Berlinale 2018 : bilan et pronostics

À l'occasion de notre troisième visite sur la Potsdamer Platz, un constat s'impose : le projet du Festival de Berlin (dans la sélection officielle...

Berlinale 2018 : Invasion (Kiyoshi Kurosawa)

Tant qu'on peut en juger à partir d'un échantillon personnel forcément incomplet, le cinéma asiatique nous a plutôt déçus pendant cette Berlinale. Après avoir été laissés sur notre faim par les Coréens Hong Sang-soo et Kim Ki-duk, nous voici confrontés à un autre cinéaste prolifique en mode redondance.

Berlinale 2018 : Don’t worry he won’t get far on foot

Il est loin, le temps où Gus Van Sant était l'une des figures de proue du cinéma indépendant américain, irrespectueux, inventif et fièrement gay. Aussi nostalgique cette phrase sonne-t-elle, l'évolution de Van Sant en tant que cinéaste doit au moins autant aux influences extérieures, telles que ses rendez-vous souvent manqués avec Hollywood, qu'au processus de mûrissement que chaque artiste, voire chaque personne, est censé accomplir au cours d'une vie.

Berlinale 2018 : La enfermedad del domingo

Quand on fait des choses qu'on aime, le temps a tendance à filer à toute vitesse. Alors que notre séjour annuel au Festival de Berlin est désormais sur la dernière ligne droite avant le retour à Paris et que nous ressentons bien la fatigue, compensée par la tête remplie d'images en mouvement, l'heure était venue pour faire une pause, afin de reposer la rétine après tant d'heures passées dans les fuseaux lumineux des projecteurs.

Berlinale 2018 : Otages à Entebbe

Parmi les trois grands festivals de cinéma européens, celui de Berlin est peut-être le plus empreint d'une conscience politique et par assimilation historique. Tandis que les actualités cannoise et vénitienne sont ponctuées de scandales sur des tabous rompus à l'écran dans la forme ou le fond, en Allemagne, les esprits peinent à s'échauffer en plein mois de février pour ce genre de question artistique.

Berlinale 2018 : Ma fille

Le public formé en majorité de représentants de la presse internationale au Festival de Berlin a beau être moins expressif à l'issue des projections qui lui sont dédiées en avance que celui à Cannes, nous avons clairement entendu des cris de « vergogna » - « quelle honte ! » - à la fin de celle de Figlia mia, en même temps que des applaudissements, soyons honnêtes.

Berlinale 2018 : La Prière

Les journalistes en mission au Festival de Berlin ont eu droit à une programmation bien en phase avec les pratiques du dimanche matin, grâce à la projection en compétition de ce film français, qui pourrait faire office de substitut pour la visite de la messe dominicale. Au détail près que La Prière ne prétend pas forcément être un film religieux.

Berlinale 2018 : Profile

Le sujet des jeunes adultes européens, filles et garçons, partis faire le djihad en Syrie, fonctionne comme une terrible bombe à retardement : parfois en dehors de l'attention des cycles médiatiques, il est pourtant prédestiné tel un boomerang à venir hanter tôt ou tard notre conscience collective, à nouveau sur le point de s'assoupir faute d'attentats à intervalles réguliers.

Berlinale 2018 : Human Space Time and Human

Le cinéma coréen nous laisse décidément de marbre en cette 68ème édition du Festival de Berlin ! Après la première déception de notre séjour, le nouveau Hong Sang-soo, en voici une deuxième de la part d'un réalisateur, qui nous avait habitués à mieux dans le passé. Plus ample dans son ambition cinématographique que son compatriote, Kim Ki-duk savait en effet nous emmener avec une certaine sophistication des moyens narratifs vers des terres pas nécessairement hospitalières, quoique toujours fascinantes à explorer.

Berlinale 2018 : Waldheims Walzer

Kurt Waldheim, ce nom ne dit plus forcément grand-chose aux hommes et aux femmes du monde d'aujourd'hui, en dehors du pays, l'Autriche, dont il avait marqué l'Histoire par ses aspirations présidentielles à l'écho plutôt tumultueux dans les années 1980. Puisque l'Histoire a cependant tendance à se répéter, l'occasion est plus que bienvenue de se remémorer, à travers ce documentaire présenté dans la section Forum du Festival de Berlin, la vie politique d'une personnalité pour le moins controversée.

Berlinale 2018 : Zentralflughafen THF

Berlin et ses aéroports, c'est toute une histoire ! Ou bien peut-être même une tragédie sans fin, comme le laisse craindre le chantier interminable du nouvel aéroport dont la date d'ouverture a été sans cesse repoussée. En effet, la capitale allemande a beau posséder une surface conséquente, en comparaison huit fois plus grande que celle de Paris, elle ne semble pas avoir trouvé de solution pérenne, pour l'instant, quant à l'endroit où décolleront et atterriront les centaines d'avion qui la desservent chaque jour.

Berlinale 2018 : Grass

Nous ne faisons que colporter une évidence en affirmant que Hong Sang-soo tourne beaucoup, jusqu'à l'excès même. Sa renommée lui permet d'être invité par tous les grands festivals, qui s'arrachent presque ses films, programmés dans des sélections plus ou moins adaptées, comme dans le cas présent le Forum du Festival de Berlin, une partie initialement dédiée au « jeune » cinéma, prêt à l'aventure et à l'exploration de nouvelles formes filmiques.

Restons connectés

3,832FansJ'aime
2,817SuiveursSuivre
1,750AbonnésS'abonner

Derniers articles

Décès du réalisateur Alan Parker

0
Le réalisateur anglais Alan Parker est décédé vendredi dernier, le 31 juillet, à Londres. Il était âgé de 76 ans. Malgré un nombre d'œuvres plutôt réduit dans sa filmographie et aucun genre ou style de prédilection, Parker a su s'imposer comme l'un des réalisateurs incontournables de sa génération.

Test Blu-ray : La belle de San Francisco

0
Réalisé en 1945, La belle de San Francisco était en quelque sorte un film « événement » pour la Republic Pictures, dans le sens où on célébrait cette année-là les dix ans d’existence du studio. Pour célébrer cet événement en bonne et due forme, un confortable budget de 600.000 dollars fut alloué au projet, dont la réalisation fut confiée à Joseph Kane...

De retour en salles au mois d’août 2020

0
Pour un mois en pleine période estivale, jadis la saison privilégiée des ressorties en salles, celui d'août 2020 se distingue par le nombre plutôt réduit de films qui feront leur retour sur grand écran. C'est à peine une quinzaine de titres qui sera soumise en version restaurée au fil des quatre mercredis à venir au regard du public contemporain.

Test Blu-ray : Mortal Kombat Legends – Scorpion’s revenge

0
Pour ceux qui n'auraient pas été ados dans les années 90, Mortal Kombat est une série de jeux vidéo de combat créée en 1992 par Ed Boon et John Tobias, dans le but assumé de concurrencer la franchise Street Fighter. La série de jeux se différenciera de son modèle par le recours à des graphismes réalistes et surtout à une violence brutale et sanglante, dont la marque de fabrique est la Fatalité (« Finish him ! »)

Test Blu-ray : Confession à un cadavre

0
Confession à un cadavre suit - durant une large partie du film du moins - le face à face ambigu entre une gouvernante incarnée par Bette Davis et un horrible petit gamin (William Dix)