Berlinale 2016 : La Communauté

Présenté en compétition au 66ème Festival de Berlin, le nouveau film danois de Thomas Vinterberg contient très tôt la promesse d’un puzzle à pièces variables. La plus singulière d’entre elles aurait pu être la grande maison familiale, où le groupe d’amis a élu domicile ensemble.

Berlinale 2016 : les autres prix

En marge des palmarès des jurys de la compétition officielle, du premier film et des courts-métrages, d'autres prix ont été remis lors de cette...

Berlinale 2016 : le palmarès

Nous l'espérions en annonçant le palmarès 2015, nous l'avons bel et bien fait ce déplacement à Berlin pour couvrir cette 66ème édition et ce...

Berlinale 2016 : les Teddy Awards

Quelques heures avant le palmarès du jury de la compétition officielle présidé par Meryl Streep, nous connaissons déjà celui des Teddy Awards qui fêtait...

Berlinale 2016 : pronostics et palmarès personnel

Quels films pour remporter l'Ours d'or cette année ? Quels films se détachent positivement de la compétition ? Pour notre première intrusion dans les...

Berlinale 2016 : Miles ahead

Il n’existe pas de genre plus usé et ennuyeusement prévisible que la biographie filmique. Le personnage central est né, a accompli des choses exceptionnelles dans le domaine pour lequel il est plus ou moins connu, puis est mort, au choix de façon tragique, ignorée par ses contemporains ou honorable, à la hauteur de la réputation qui lui a valu qu’une production d’envergure lui soit consacrée.

Berlinale 2016 : Genius

Au secours, ce film nous a complètement bloqués dans notre élan d’écriture ! Est-ce que nos textes sont trop longs ou trop courts ? Faisons-nous trop attention aux tournures de phrase fleuries ou bien rabâchons-nous sans verve des évidences sans aucun intérêt pour le lecteur ?

Berlinale 2016 : Soy Nero

Traverser sans entraves les barrages entre deux pays, comme ce ballon de volley lors d’une partie mexico-américaine des deux côtés de la frontière. Profiter sans crainte des joies de la civilisation humaine, au lieu de courir à couvert dans le no man’s land entre les murs qui séparent deux peuples, pendant que ces derniers fêtent la nouvelle année, chacun de son côté.

Berlinale 2016 : Mort à Sarajevo (Grand Prix)

Denis Tanovic, qui a surtout marqué les esprits avec son brillant premier film No Man's Land en 2001, continue d'interroger l'histoire dramatique de son pays. Avec cette très libre appropriation, plus qu'adaptation, de Hôtel Europa, la pièce de théâtre de Bernard-Henri Levy jouée à Sarajevo même à l'occasion du centenaire de l'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand d'Autriche, il signe un nouveau film engagé qui mêle la Grande Histoire à celle, non moins peu glorieuse, de l'époque actuelle dans les Balkans en particulier et en Europe en général. Après La Femme du Ferrailleur en 2013, il participe pour la deuxième fois à la compétition du Festival de Berlin et tourne pour la première fois chez lui, en Bosnie.

Berlinale 2016 : Maggie a un plan

Greta Gerwig, la nouvelle coqueluche de New York, a plus d’une corde à son arc. Alors qu’on l’adorait déjà en tant que héroïne désordonnée de l’univers de Noah Baumbach, elle s’essaye à une variation plus compétente du même type de personnage dans Maggie a un plan. Ce film confirme donc le talent pétillant de l’actrice principale et nous gratifie de surcroît de la bonne surprise que Rebecca Miller sait faire autre chose que des drames.

Berlinale 2016 : La Route d’Istanbul

Visiblement, Rachid Bouchareb n’aime pas coller trop près à l’actualité. Bien que plusieurs de ses films traitent d’un sujet brûlant, le réalisateur trouve régulièrement une façon indirecte de se l’approprier. Nous pensons notamment à London River, où les séquelles des attentats terroristes dans la capitale anglaise étaient évoquées par le biais d’une mère en deuil.

Berlinale 2016 : Fuocoammare, par-delà Lampedusa (Ours d’or)

L'un des thèmes au cœur de cette 66ème édition du Festival de Berlin est celui de la migration, de l'exil, des réfugiés, de l'engagement en temps de crise. Pour Fuocoammare (Fire at Sea en anglais, la mer en feu en français), le documentariste Gianfranco Rosi s'est immergé pendant plusieurs mois à Lampedusa pour nous confronter à ce qu'il définit dans la conférence de presse officielle de la Berlinale 2016 comme la pire tragédie vécue dans le monde depuis l'Holocauste. Un cri hélas justifié à la vision de son film qui a vivement secoué les spectateurs de la Berlinale 2016.

Restons connectés

3,832FansJ'aime
2,817SuiveursSuivre
1,750AbonnésS'abonner

Derniers articles

À voir sur Netflix : The last days of american crime

0
The last days of american crime, à la base, c’est une mini-série de comics indépendants. Créée par Rick Remender et Greg Tocchini, publiée en 2009 chez Radical, puis à l’été 2010 en France, chez Emmanuel Proust Editions.

Manga : Assassin’s creed – Blade of Shao Jun – Tome 1

Assassin’s creed – Blade of Shao Jun est le deuxième manga officiel autour de la licence Assassin's Creed. Dessinée et scénarisée par Minoji Kurata, cette nouvelle incursion dans l’univers des Assassins se base sur un personnage très secondaire de la licence.

Cannes 2020 : la sélection du label de la Semaine de la Critique

Au lendemain de l'annonce de la sélection officielle du Festival de Cannes qui n'a pas eu lieu, c'était à la Semaine de la Critique de communiquer ce matin la liste des films qu'elle soutiendra malgré et contre tout.

L’appel des 50 : les éditeurs unis pour sauver la vidéo physique

0
Le communiqué est tombé ce 3 juin, traduisant l'inquiétude d'un secteur économique tout entier : 50 éditeurs vidéo français indépendants (éditeurs de DVD, Blu-ray et UHD) viennent de s'unir afin de demander aux pouvoirs publics qu’une aide spécifique leur soit accordée. Sur critique-film.fr, la défense de la vidéo sur support physique est notre cheval de bataille. Vous trouverez donc ci-joint l'intégralité du communiqué, sobrement appelé « l'appel des 50 ».

Test Blu-ray : Vij ou le diable

0
Si le film d’horreur n’a jamais existé en URSS, Vij ou le diable est l’exception qui confirme la règle. S’il est toujours possible de remettre en question cette absence totale de cinéma d’horreur dans la Russie soviétique au Vingtième Siècle...