Critique : Le procès de l’herboriste

5
"Le procès de l'herboriste" est un grand film, tant au niveau du fond, avec sa dénonciation subtile de l'arbitraire qui règne lorsqu'un pays vit sous un régime autoritaire ou dictatorial; que de la forme, avec une esthétique particulièrement soignée et un montage très intelligent.

Critique : Vivian et Johnny, la légende de Nashville

0
"Vivian et Johnny, la légende de Nashville", centré sur Vivian Liberto, la première épouse de Johnny Cash, est un excellent documentaire dont on peut penser que, sur de nombreux points, il est plus près de la vérité que le non moins excellent "Walk the line".

Critique : Michel-Ange (Deuxième avis)

0
Le grand art nous fait ressentir des émotions innommables. Lorsque, il y a des années, je me suis retrouvée devant La Piéta de Michel-Ange au Vatican, je suis restée sans voix. Cette émotion, qui remplit un spectateur sensible devant une œuvre d’art, est comparable à la lumière.

Critique : Michel-Ange

0
Andreï Kontchalovski a choisi de concentrer son film consacré à Michel-Ange sur une période relativement courte de la vie de ce très grand artiste, un choix qui permet de donner un portrait complet de la personnalité de l'homme tout en évitant le papillonnage et de trop fréquentes ellipses

Critique : Billie

0
Un documentaire très fouillé et passionnant, la présentation sans fard d'une femme attachante malgré ses défauts, une femme vivant dans un monde d'hommes, une femme noire confrontée à la ségrégation raciale de l'époque.

Sortie VOD : Dark waters

0
Dark waters Etats-Unis : 2019 Titre original : - Réalisation : Todd Haynes Scénario : Matthew Carnahan, Mario Correa, d'après un article de Nathaniel Rich dans le New-York...

Critique : Bloody Mama (Roger Corman)

0
En France, on a parfois tendance à résumer Roger Corman à une simple casquette de producteur débrouillard et un brin cynique. C'est un tort : on oublie trop souvent le grand cinéaste qu'il fut avant de prendre sa retraite de réalisateur au début des années 70. Touche à tout, aussi à l'aise dans la chronique socio-politique (le formidable The intruder) que dans le formalisme le plus pur (ses sublimes films gothiques adaptés d'Edgar Poe), Corman avait un don indéniable pour capter l'air du temps.

Critique : Le traître

0
Un film passionnant, haletant, un film qui a su utiliser à bon escient les moyens importants dont il a manifestement disposé, une interprétation remarquable, tout particulièrement celle de Pierfrancesco Favino dans le rôle principal, que des bonnes raisons pour aller voir "Le traitre".

Dinard 2019 : The Keeper

0
On n'en est qu'à notre deuxième film pendant notre séjour au Festival de Dinard, mais d'ores et déjà de légères tendances se profilent au sein de la sélection. D'abord, d'un point de vue formel, il s'agit de films grand public, inscrits dans la tradition pas spécifiquement britannique, mais néanmoins travaillée avec passion outre-Manche, de récits épiques, qui tentent de transposer d'une façon largement accessible des destins d'individus isolés dans le cadre d'une nation toute entière qui retient son souffle avec eux.

Critique : L’Odyssée de Charles Lindbergh

0
De nos jours, l'aviation n'a plus trop de secrets pour l'humanité, avec pour seuls enjeux restants de simples questions commerciales de durée du vol et de coûts. La frontière contemporaine se trouve ailleurs, dans l'espace plus ou moins lointain, pour les touristes fortunés quelque part entre la Terre et la lune et pour les scientifiques dans une mission de plus en plus faisable et donc probable vers la planète Mars.

La Roche-sur-Yon 2018 : Silvio et les autres

0
Ce n'est pas un règlement de compte baroque comme l'a été le magistral Il divo et ce n'est pas non plus un pamphlet provocateur. En tout cas dans sa version internationale quelque peu tronquée, Silvio et les autres nous a laissés passablement perplexes quant à son positionnement par rapport à cette figure mythique des temps modernes que Silvio Berlusconi reste en Italie, voire en Europe.

Critique : Los adioses

0
Même si le nom de Rosario Castellanos ne dit rien à la très grande majorité des cinéphiles de notre pays, cela ne doit pas empêcher le public de l'hexagone de s'intéresser à cette fine description des problèmes au sein d'un couple, dans un autre pays que le nôtre, dans une autre époque que celle que nous vivons. Malheureusement, c'est toujours d'actualité !

Restons connectés

3,832FansJ'aime
2,817SuiveursSuivre
1,750AbonnésS'abonner

Derniers articles

Les sorties du 8 décembre 2021

C'est en marge de la société que se déroulent les histoires les plus captivantes des films à l'affiche dès aujourd'hui. Une marge franche et sans concession, très loin de la nostalgie complaisante du mastodonte hollywoodien de la semaine – allez plutôt revoir l'original de la comédie musicale indémodable de Arthur Laurents, Leonard Bernstein et Stephen Sondheim – et du regard outrancièrement caricatural sur la société française de la grosse comédie franchouillarde des fêtes de fin d'année.

Test Blu-ray : Porco Rosso

0
S’il est souvent considéré comme un Ghibli un peu mineur, Porco Rosso garde auprès de nombreux cinéphiles une aura toute particulière : il s’agit en effet du premier long-métrage d'Hayao Miyazaki à avoir bénéficié d’une sortie dans les salles françaises...

Critique express : Lingui les liens sacrés

En plus de traiter de sujets forts et importants, le film a pour lui de peindre une relation très forte entre une mère et sa fille ainsi que la force que peut avoir l'entraide entre les femmes dans un pays dominé par les hommes.

Les 101 meilleurs scénarios du siècle selon la Writers Guild

0
Il y a toujours quelque chose de foncièrement subjectif dans l'établissement d'une liste. Celle-ci ne traduit au mieux qu'un point de vue légèrement biaisé, qui risque de surcroît d'évoluer avec le temps. La liste des meilleurs scénarios du 21ème siècle – jusqu'à présent – que la Writers Guild of America, l'influent syndicat des scénaristes d'outre-Atlantique, a communiqué hier est donc à prendre avec des pincettes.

Critique Express : Une femme du monde

Les recherches que la réalisatrice a menées pour "La contre-allée" puis pour "Une femme du monde" lui ont donné une bonne connaissance du milieu de la prostitution et elle nous montre les divers facettes de ce métier avec, semble-t-il, beaucoup de vérité mais sans aucun voyeurisme malsain. A côté, le film n'oublie pas de montrer jusqu'où peut aller l'amour d'une mère pour son fils.