Critique : Retour à Howards End

La période où les productions Merchant-Ivory étaient au sommet de leur art, des représentants incontournables d'un cinéma feutré de qualité, a finalement été assez brève. Qu'il n'y ait pas de malentendu, ces films à forte valeur littéraire ont toujours été soignés et susceptibles d'enthousiasmer un public à l'exigence intellectuelle certaine.

10 affiches de films représentées par des vêtements

Le costume dans le cinéma joue un rôle très important au près des acteurs. Faisant partie intégrante du personnage, il devient bien souvent un...

Critique : Arc de Triomphe

Cette adaptation du roman de Erich Maria Remarque, qui a déjà dû sembler assez démodée lors de sa sortie après-guerre, a regagné une pertinence insoupçonnée en notre époque de flux migratoires inégalés. Malgré son décor artificiel, vrai uniquement en termes de reconstructions hollywoodiennes friandes de clichés sur Paris, elle sait par moments retranscrire ce que cela veut dire d’être un immigré clandestin dans un pays, préoccupé par des soucis plus pressants et égoïstes que l’accueil digne des hommes, des femmes et des enfants qui y cherchent refuge.
Dark Shadows photo de Johnny Depp

Critique : Dark Shadows

En 1752, Joshua et Naomi Collins quittent Liverpool, en Angleterre, pour prendre la mer avec leur jeune fils Barnabas, et commencer une nouvelle vie en Amérique. Mais même un océan ne parvient pas à les éloigner de la terrible malédiction qui s’est abattue sur leur famille. Vingt années passent et Barnabas a le monde à ses pieds, ou du moins la ville de Collinsport, dans le Maine. Riche et puissant, c’est un séducteur invétéré… jusqu’à ce qu’il commette la grave erreur de briser le cœur d’Angelique Bouchard. C’est une sorcière, dans tous les sens du terme, qui lui jette un sort bien plus maléfique que la mort : celui d’être transformé en vampire et enterré vivant. Deux siècles plus tard, Barnabas est libéré de sa tombe par inadvertance et débarque en 1972 dans un monde totalement transformé…

Critique : Blackkklansman

Dans le cinéma américain récent, Spike Lee est probablement l'un des réalisateurs à la filmographie la plus politisée. En tout cas dans le cadre méticuleusement délimité de la production afro-américaine, il compte parmi les rares cinéastes à faire entendre leur voix non pas pour divertir simplement les masses avec un enchaînement guère éclairé de stéréotypes, comme le fait avec une dextérité commerciale remarquable Tyler Perry, mais afin d'alerter sans relâche sur la nature profondément raciste de la société américaine de hier et d'aujourd'hui.

Critique : Le tout nouveau testament

Avec "Le tout nouveau testament", Jaco Van Dormael prouve, une fois de plus, combien le cinéma belge sait être inventif. Conte fantastique, comédie désopilante, film plein de saveur et d'intelligence, "Le tout nouveau testament" devrait faire un tabac dans les salles, permettant à celles et ceux qui ont un travail d'aborder la reprise post-congés avec un moral en béton. Reste à espérer que la gent religieuse, même la plus radicale, ait suffisamment d'humour pour accepter de voir Dieu en slip sale s'amuser à pourrir la vie de ses fidèles.

Critique : Le Vagabond du Sexe

0
Pré-générique mystérieux. De drôles de cris se font entendre, entre incantations et chants à la Yoko Ono, entre cris de douleurs et de plaisir, le tout dans un noir complet à l'écran. Un démarrage vraiment intriguant, pour le moins. Le décor récurrent de barres de cités urbaine, le quartier fétiche des films de Koji Wakamatsu et on arrive dans l'appartement confiné d'un homme et d'une femme dans une relation houleuse. Elle lui fait des reproches. Coupure soudaine et l'homme se réveille dans un train, dont il descend dans une gare qu'il ne connaît pas.

Critique : L’Économie du couple

Dans ce quasi huis-clos, grâce à la fluidité des plans séquences et au jeu très naturel des comédien(ne)s, on ne ressent quasiment jamais l'impression d'assister à du théâtre filmé.

Critique : Nous nous marierons

Un film-uppercut qui sonne vrai, des personnages attachants, une peinture d'une grande justesse du monde de la boxe. Un film qui devrait enthousiasmer un nombreux public, même parmi celles et ceux que le boxe rebute a priori.
Low Cost

Low Cost

0
Après Casablanca Driver et Papa, Maurice Barthélémy revient derrière la caméra avec Low Cost, une comédie satirique. Une bonne raison de vérifier si l'humour absurde des Robins des bois fonctionne toujours aussi bien.

Critique : Rush

0
RUSH retrace le passionnant et haletant combat entre deux des plus grands rivaux que l’histoire de la Formule 1 ait jamais connus, celui de James Hunt et Niki Lauda concourant pour les illustres écuries McLaren et Ferrari. Issu de la haute bourgeoisie, charismatique et beau garçon, tout oppose le play-boy anglais James Hunt à Niki Lauda, son adversaire autrichien, réservé et méthodique. RUSH suit la vie frénétique de ces deux pilotes, sur les circuits et en dehors, et retrace la rivalité depuis leurs tout débuts.
trio

7 Psychopathes

0
Un scénariste en manque d'inspiration se retrouve mêlé malgré lui à un plan d'enlèvement de chiens orchestré par deux de ses amis. Mais l'affaire tourne mal lorsque le fidèle compagnon à quatre pattes d'un gangster disparaît.

Restons connectés

3,832FansJ'aime
2,817SuiveursSuivre
1,750AbonnésS'abonner

Derniers articles

Le box-office de la semaine du 19 janvier 2022

0
En manque flagrant de films locomotives, le box-office français passe pour la première fois depuis longtemps sous la barre des deux millions de spectateurs cumulés en cette semaine 4, allant du 19 au 25 janvier.

Test Blu-ray : Attention bandits

0
Entre l'échec critique et public d’Un homme et une femme : 20 ans déjà en 1986 et le triomphe d’Itinéraire d’un enfant gâté en 1988, Claude Lelouch n'a pas chômé : l’année 1987 fut en effet marquée par la sortie d'Attention bandits.

Prix du Syndicat Français de la Critique de Cinéma 2022 : les nominations livres

0
C'est l'une de nos plus grandes ambitions de modeste bloggeur cinéma : faire partie un jour du jury du prix littéraire du Syndicat Français de la Critique de Cinéma ! Hélas, comme le résume si justement notre cher rédacteur en chef Pascal, pour pouvoir y prétendre, il faudra lire, voire lire énormément.

Test Blu-ray : Stillwater

0
Quelques années après Spotlight, qui lui permit d'obtenir 2 Oscars, Tom McCarthy revient sous les feux de la rampe avec Stillwater, un intéressant drame prenant la forme d’une chronique familiale teintée d’enquête policière.

American Society of Cinematographers 2022 : les nominations

0
Les salles de cinéma en Europe et aux États-Unis ont beau s'en sortir à peine, économiquement parlant, en cette fin de deuxième année de pandémie, les annonces des récompenses tombent à leur rythme habituel en ces derniers jours du mois de janvier.