En librairie de cinéma depuis le mois d’avril 2021

0
958

Accidentally Wes Anderson 200 lieux dignes de ses plus beaux décors de Wally Koval © 2021 E/P/A Tous droits réservés

Sous réserve d’un revirement sanitaire de dernière minute, les salles de cinéma françaises rouvriront enfin leurs portes dans moins de deux semaines. Elles le feront avec une telle avalanche de films – soit empêchés de trouver leur public par le deuxième confinement, soit restés sur les étagères des distributeurs pendant de longs mois – que le temps de tout voir manquera même aux cinéphiles assidus. Du temps que vous n’aurez plus non plus à consacrer à la lecture d’ouvrages sur le Septième art, une occupation par défaut qui a dû bien consoler certains amateurs d’expériences cinématographiques ces derniers temps.

Il ne vous reste donc plus que quelques jours tranquilles à bouquiner avant le bol d’air frais apporté par la grande reprise. La matière à lecture ne manque certainement pas, puisque les éditeurs ont maintenu leur vitesse de croisière en termes de parution tout au long du mois d’avril. Toujours en mode légèrement rétrospectif, à cause du manque de visibilité à l’avance sur le marché volatil des livres, voici la liste sans prétention d’exhaustivité des ouvrages sur le cinéma sortis le mois dernier, en France et dans le monde. La sélection était une fois de plus abondante, avec plus d’une trentaine de sorties francophones et presque autant dans des langues étrangères. Bref, le monde du livre de cinéma ne paraît pas trop connaître la crise, même si l’on se demande toujours autant qui est censé lire tout cela !


Attends-moi mon amour de Clelia Ventura et Léon Ventura © 2021 Flammarion Tous droits réservés

Les biographies

Parmi les récits biographiques, toujours à distinguer de manière plus ou moins arbitraire des monographies, on trouve quelques bons vieux habitués de l’exercice. En effet, l’autobiographie de notre BB nationale, tombée en disgrâce à cause de sa proximité supposée avec l’extrême droite, avait été rééditée chez Grasset pas plus tard qu’en novembre dernier. Son pendant masculin d’une virilité à toute épreuve, Lino Ventura, avait lui aussi vu sa vie traitée sous différents angles à l’écrit en 2019, l’année de son centenaire. Côté français, on nous permettra par conséquent d’être davantage intrigué par les souvenirs du cascadeur Jean-Claude Lagniez, aux commandes de l’action depuis La 7ème cible avec Ventura jusqu’au très récent Adieu les cons de et avec Albert Dupontel. Voire de nous pencher sur la plus élégante des vedettes françaises à Hollywood, Charles Boyer et sa biographie, accompagnée d’un documentaire sur son destin de french lover par excellence.

Dans cette sélection exclusivement franco-américaine, les icones du cinéma hollywoodien ne sont pas en reste. Entre les souvenirs étonnamment succincts des dernières années du maître Stanley Kubrick – à peine cent pages pour évoquer un réalisateur sur lequel il y a toujours tant de choses à dire, vraiment ?! – et le traitement plus consciencieux de la carrière de l’incarnation des principales valeurs américaines Gary Cooper, un bon compromis serait peut-être l’autobiographie de l’actrice Sharon Stone. Cette sortie mondiale nous a l’air de revenir avant tout sur l’événement marquant dans la vie de l’actrice de Basic Instinct, de retour en salles en version restaurée début juin, à savoir son accident vasculaire cérébral en 2001. De quoi nous rappeler à la fois à quel point la vie est précieuse et que Sharon Stone n’a sans doute pas eu la carrière qu’elle méritait depuis cette épreuve personnelle.

Brigitte Bardot : Vérité BB de Pascal Louvrier (TohuBohu Éditions – 24€)

Charles Boyer : Charles Boyer L’Ardeur et l’élégance de Patrick Cazals (Les Éditions du Horla – 25€)

Gary Cooper : Gary Cooper Le Prince des acteurs de Adrien Le Bihan (Éditions LettMotif – 26€)

Stanley Kubrick : C’était Kubrick de Michael Herr (Séguier – 14€90)

Jean-Claude Lagniez : Doublure Ma vie de pilote et de cascadeur de cinéma de Jean-Claude Lagniez (Éditions Solar – 17€90)

Sharon Stone : La Beauté de vivre deux fois de Sharon Stone (Robert Laffont – 21€)

Lino Ventura : Attends-moi mon amour de Clelia Ventura et Léon Ventura (Flammarion – 21€)


Main basse sur le film de Frédéric Sojcher © 2021 Genèse Édition Tous droits réservés

Les monographies

Parmi les traitements des filmographies en partie ou dans leur ensemble, nous retrouvons de même des noms qui sont indéniablement à la mode. A commencer par le réalisateur américain Wes Anderson, dont on attend avec impatience la sortie toujours pas datée du nouveau film The French Dispatch, sélectionné au Festival de Cannes l’année dernière. Après la publication d’une ample filmographie en novembre chez Gallimard, Anderson a même une double actualité ce mois-ci, entre le beau livre sur les inspirations de ses décors en France et outre-Manche une analyse des référents symboliques dans son univers filmique.

Près de cinq ans après sa disparition en juillet 2016, le réalisateur iranien Abbas Kiarostami fait l’objet d’une exposition et d’une rétrospective au Centre Pompidou à partir du mercredi 19 mai. L’intégrale de ses films, longs et courts, ressortira de même en version restaurée à partir du 23 juin. Afin d’accompagner cet été sous le signe de Kiarostami, deux livres viennent de sortir pour l’instant. Le premier sur l’œuvre transversale du réalisateur, qui était également photographe, artiste et poète, et le deuxième sur son lien profond avec son pays natal, malgré ses derniers films à l’aspect plus international.

Trois autres légendes plus ou moins anciennes du cinéma que l’on croise souvent dans ces chroniques littéraires à la régularité perfectible sont les réalisateurs Billy Wilder et Christopher Nolan, ainsi que le scénariste Michel Audiard. Les deux extrémités de la longue carrière du réalisateur de Certains l’aiment chaud sont mises à l’honneur à travers la traduction du roman de Jonathan Coe – initialement paru en novembre dernier – sur le tournage de son avant-dernier film Fedora et, également sous forme de traduction exclusive, la publication de ses textes en tant que journaliste dans les années 1920 à Berlin par la prestigieuse université américaine de Princeton. Toujours en activité, car sensiblement plus contemporain que Wilder, le cinéaste anglais Christopher Nolan a droit à une mise à jour de la monographie publiée en 2018 chez Playlist Society, qui inclut désormais son nouveau puzzle filmique Tenet, sorti au cinéma l’été dernier.

Enfin, il n’existe sans doute aucun scénariste français plus généreusement traité par les éditeurs de livres de cinéma que Michel Audiard. L’année de célébration de son centenaire a beau toucher bientôt à sa fin, le père de Jacques Audiard étant né le 15 mai 1920, les traitements plus ou moins farfelus de sa plume mi-exquise, mi-populaire, continuent de débarquer en librairie. Celui du mois d’avril s’intéresse ainsi à la pensée juridique et politique véhiculée par les dialogues hors pair signés Michel Audiard.

Wes Anderson : Accidentally Wes Anderson 200 lieux dignes de ses plus beaux décors de Wally Koval (E/P/A – 29€95)

Michel Audiard : Les Lois de Michel Audiard Liberté Égalité Fraternité de Fabrice Defferrard (Mare & Martin – 25€)

Catherine Deneuve : Une certaine lenteur de Arnaud Desplechin (Rivages – 6€)

Jacques Doillon : Les Prises Doillon de Antoni Collot (Marest Éditeur – 12€)

Abbas Kiarostami : Abbas Kiarostami l’œuvre ouverte de Agnès Devictor et Jean-Michel Frodon (Gallimard – 29€)

Abbas Kiarostami : Kiarostami de Youssef Ishaghpour (Éditions Verdier – 10€)

Christopher Nolan : Christopher Nolan La Possibilité d’un monde de Timothée Gérardin (Playlist Society – 14€) édition augmentée

Frédéric Sojcher : Main basse sur le film de Frédéric Sojcher (Genèse Édition – 14€)

Billy Wilder : Billy Wilder et moi de Jonathan Coe (Gallimard – 22€)


Dans les coulisses du Marvel Cinematic Universe Vol 2 de Jean-Christophe Detrain © 2021 Third Éditions
Tous droits réservés

Thématiques du cinéma

Le spectre des sujets liés de près ou de loin au cinéma traités par les livres du mois d’avril ne donne pas moins le tournis. Vous avez le choix entre de magnifiques encyclopédies partielles, comme les deuxièmes volumes de l’Histoire du cinéma français publiée depuis août 2020 près de Lille chez les Éditions LettMotif ou des coulisses de l’usine à super-héros que sont les studios Marvel chez Third Éditions, basées pour leur part à Toulouse. Ou bien chez le même éditeur, une approche aussi large que ludique de ce monstre mythique du grand écran Godzilla, qui vient de faire une fois de plus forte impression au box-office américain grâce à Godzilla vs. Kong de Adam Wingard, que la Warner française ne prévoit malheureusement pas de distribuer au cinéma, pour l’instant.

Trois œuvres majeures du cinéma mondial reçoivent un traitement de luxe par le biais de monographies qui leur sont entièrement dédiées. Alors que les deux chefs-d’œuvre absolus que sont La Ruée vers l’or de Charles Chaplin et Le Guépard de Luchino Visconti devront se contenter d’une entrée dans la collection d’analyses publiée chez l’éditeur d’origine italienne Gremese, l’un des films les plus personnels de Brian De Palma, l’épopée intimiste de guerre Outrages, bénéficie d’un gros livre potentiellement passionnant sur sa genèse et le terrible fait divers sur le champ de bataille au Vietnam à l’origine de son histoire.

États-Unis : Le Loser l’Amérique et le cinéma de Yves Pédrono (Éditions Kimé – 22€)

Godzilla : L’Apocalypse selon Godzilla Le Japon et ses monstres de Nicolas Deneschau et Thomas Girogetti (Third Éditions – 34€90)

Le Guépard : Le Guépard de Piero Spila (Gremese – 19€50)

Histoire du cinéma : Le Zapping du cinéma de Quentin Mazel, Benjamin Barbier et Mélanie Boissonneau (Larousse – 19€95) édition augmentée

Histoire du cinéma français : Artmedia Une histoire du cinéma français de Dominique Besnehard et Nedjma Van Egmond (Éditions de l’Observatoire – 20€)

Histoire du cinéma français : Une histoire du cinéma français Tome 2 1940-1949 de Philippe Pallin et Denis Zorgniotti (Éditions LettMotif – 36€)

Économie du cinéma : Je veux faire du cinéma Petit manuel de survie dans le 7e art de Frédéric Sojcher (Genèse Édition – 14€)

Marvel Cinematic Universe : Dans les coulisses du Marvel Cinematic Universe Vol 2 de Jean-Christophe Detrain (Third Éditions – 29€90)

Outrages : Outrages De Daniel Lang à Brian De Palma de Nathan Réra (Éditions Rouge Profond – 28€)

La Ruée vers l’or : La Ruée vers l’or de Karine Abadie (Gremese – 18€)


Pour les esprits universitaires

Si vous aimez le style et le contenu intellectuellement exigeants, en somme, si vous n’êtes pas allergiques à une conception hautement théorique du cinéma, les éditeurs spécialisés dans ce marché de niche infime ont de quoi vous ravir dans leur catalogue depuis le mois dernier. Ainsi, L’Harmattan met en deux livres l’accent sur les thématiques annexes de l’immigration et de la représentation des origines étrangères dans les documentaires autobiographiques. Les pensées du théoricien américain Victor Oscar Freeburg au temps du cinéma muet nous paraissent au moins aussi pointues. Elles sont disponibles pour la première fois en langue française chez Classiques Garnier.

Éventuellement un peu plus accessibles : la mise en parallèle du travail pour le théâtre et le cinéma du réalisateur américain à l’esprit férocement indépendant John Cassavetes et celle de deux films mémorables, le Frankenstein de James Whale et le classique du cinéma d’animation de Walt Disney Pinocchio. Enfin, l’éminent enseignant Jacques Aumont est apparemment toujours en activité, puisqu’il théorise avec sa bravoure habituelle sur le visible et l’invisible au cinéma. Tout un programme pour quiconque souhaite creuser un peu plus l’essence même du cinéma, au delà de sa qualité indéniable de divertissement d’évasion !

Documentaire : Français.e d’origine étrangère ? de Guglielmo Scafirimuto (L’Harmattan – 30€)

Esthétique du cinéma : L’Attrait du silence de Anthony Fiant (Éditions Yellow Now – 12€)

Esthétique du cinéma : Doublures du visible Voir et ne pas voir en cinéma de Jacques Aumont (Presses Universitaires Septentrion – 24€)

John Cassavetes : John Cassavetes Imaginaire des corps Entre la scène et l’écran sous la direction de Alix De Morant (Publications de l’Université de Provence – 18€)

Pinocchio / Frankenstein : Deux fils de Laurent Quinton (Éditions Pontcerq – 10€)

Société africaine : Regards sur les migrations sous la direction de Daniela Ricci et Véronique Corinus (L’Harmattan – 20€50)

Théorie du cinéma : L’Art de faire des films de Victor Oscar Freeburg (Classiques Garnier – 35€)


Felliniana de Milo Manara © 2021 Giangiacomo Feltrinelli Editore Tous droits réservés

Bookworm y Leseratte

Vous maîtrisez l’anglais, l’italien, l’espagnol ou encore l’allemand, en tout cas suffisamment pour lire des livres à l’ambition littéraire plus ou moins poussée ? Alors, cet échantillon forcément très partiel de ce qui se fait en dehors de nos frontières en matière d’édition d’ouvrages de cinéma est fait pour vous. Là aussi, le choix est tout simplement écrasant, sans même parler du prix parfois salé de ces aperçus passionnants de champs cinématographiques peu étudiés en France. Et il vous faudra également un rythme de lecture soutenu, afin de venir à bout de ces montagnes de papiers ou de ces millions d’octets qui risquent de s’accumuler chez vous ou sur votre liseuse …

On a déjà mentionné plus haut les livres consacrés à Wes Anderson et à Billy Wilder. Un autre nom qui revient avec une régularité bluffante ici est celui de Federico Fellini, choyé outre mesure dans son Italie natale. Pas moins de deux livres se sont ajoutés récemment à une bibliographie d’ores et déjà exponentielle au sujet du réalisateur de La dolce vita.

Guère moins traitée comme une valeur sûre du livre de cinéma est l’actrice Audrey Hepburn, qui aurait eu 92 ans cette semaine-ci. Une comédienne infiniment plus rare – au cinéma et sur la page écrite – était Vivien Leigh à laquelle l’université d’Oxford administre une relecture sous le prisme féministe. Rien d’aussi tortueux n’est à redouter dans le livre au ton satirique et richement illustré paru en Espagne sur les cent premiers films de cet acteur à l’extravagance boulimique qu’est, hélas, Nicolas Cage.

Pour parfaire le tour d’horizon des réalisateurs visiblement dignes d’intérêt en ce moment, vous pourriez vous plonger dans les filmographies de John Carpenter et de Abdellatif Kechiche en italien, de Lucio Fulci et de Emir Kusturica en espagnol, voire de David Lean en allemand. Côté anglais, on est quand même grandement tentés par les livres sur la vie mouvementée du pionnier Max Linder et sur les centaines de témoignages qui ne se sont pas retrouvés dans les près de dix heures du documentaire-fleuve Shoah de Claude Lanzmann !

Wes Anderson : Wes Anderson’s Symbolic Storyworld de Warren Buckland (Bloomsbury Academic – 28£99)

Cinéma australien : Australian Genre Film de Kelly McWilliam et Mark David Ryan (Routledge – 120£)

Cinéma brésilien : Bilder der Enge de Martin Schlesinger (Transcript Verlag – 45€)

Nicolas Cage : Las 100 primeras peliculas de Nicolas Cage de Paco Alcazar et Torïo Garcia (Astiberri Ediciones – 20€)

John Carpenter : John Carpenter Il regista da un altro mondo de Edoardo Trevisani (Edizioni NPE – 14€)

Federico Fellini : Almanacco Fellini de Annamaria Gradara (Edizioni Sabinae – 16€)

Federico Fellini : Felliniana de Milo Manara (Giangiacomo Feltrinelli Editore – 24€)

Lucio Fulci : Lucio Fulci Autopsia de un cineasta de Javier Pueyo (Applehead Team Creaciones – 24€95)

Audrey Hepburn : Audrey Hepburn La farfalla di ferro de Alessandro Ruta (Diarkos – 18€)

Histoire du cinéma américain : Hollywood and the Military Bureaucracy de Bob Herzberg (McFarland – 39$95)

Films d’horreur : Lost in the Dark A World History of Horror Film de Brad Weismann (University Press of Mississippi – 25$)

Abdellatif Kechiche : La carne e l’anima Il cinema di Abdellatif Kechiche de Emanuele Di Nicola (Mimesis Edizioni – 12€)

Emir Kusturica : Emir Kusturica de Daniel Seguer (Ediciones Catedra – 15€)

Claude Lanzmann : Claude Lanzmann’s Shoah Outtakes de Sue Vice (Bloomsbury Academic – 76£50)

David Lean : Alienität und Alterität Raumkonzepte in den Filmen David Leans de Sarah Brauckmann (Schüren Verlag – 48€)

Vivien Leigh : Reframing Vivien Leigh Stardom Gender and the Archive de Lisa Stead (Oxford University Press – 25£99)

Max Linder : The Rise & Fall of Max Linder de Lisa Stein Haven (BearManor Media – 30$)

La Planète des singes : Es lebe der Planet der Affen de Peter Osteried (In Farbe und Bunt Verlag – 14€80)

Robert Redford : Robert Redford and American Cinema de Michael Allen (Bloomsbury Academic – 76£50)

David Tomlinson : Disney’s British Gentleman de Nathan Morley (The History Press – 16£)

Western : La conquista del west 100 western americani da leggenda de Mario Simoncini (Profondo Rosso – 29€)

Billy Wilder : Billy Wilder on Assignment de Noah Isenberg (Princeton University Press – 24$95)

Christopher Nolan La Possibilité d’un monde de Timothée Gérardin © 2021 Playlist Society Tous droits réservés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici