Accueil Tags Lino Ventura

Tag: Lino Ventura

Test Blu-ray : Le diable et les 10 commandements

0
Le diable et les 10 commandements était déjà disponible en DVD sur le territoire français. Le film de Julien Duvivier était en effet sorti en 2005 chez René Château, puis en 2015 chez TF1 Studio. Pourtant, la sortie du film chez Coin de mire Cinéma au sein de la fameuse collection « La séance » constitue un véritable événement. Pourquoi, me demanderez-vous ? Tout simplement parce que l'éditeur français nous propose non seulement un nouveau master 4K de toute beauté mais aussi et surtout parce que cette version remasterisée est en fait la « version intégrale » du film, visible pour la toute première fois en France !

Test Blu-ray : Maigret tend un piège

0
Le scénario de Maigret tend un piège prend le parti de mettre le psychopathe incarné par Jean Desailly au centre du film, en mettant en avant son impuissance et un jeu assez fort de tensions sexuelles. La femme du criminel, Yvonne (Annie Girardot), y est donc présentée comme ayant une liaison avec un gigolo nommé « Jo »

Test Blu-ray : Le monocle rit jaune

0
Troisième épisode de la saga du Monocle, adaptation « pour de rire » des très sérieux romans du Colonel Rémy, Le monocle rit jaune joue ouvertement la carte de l’exotisme, puisqu’il se déroule en quasi-totalité à Hong Kong.

Vu sur OCS : La Gifle

0
« Arrêtez de vous embrasser » qu'ils disent dans les annonces de mise en garde publique contre la propagation du coronavirus. Au train où vont les choses, on est en droit de se demander, si cette stratégie de la distanciation sociale maximale finira par nous rendre tout contact physique au moins un peu suspect …

Test Blu-ray : 125 rue Montmartre

0
125 rue Montmartre est un récit de machination, qui invitera le spectateur à se plonger dans les arcanes d’un mystère tout droit issu d’un roman policier – littéralement parlant d’ailleurs, puisque le film de Gilles Grangier est adapté du roman éponyme d’André Gillois, publié chez Hachette en 1958. Malgré la belle collection affichée dans l’appartement de Dora Doll dans le film, le roman d’origine ne faisait pas partie de la fameuse « Série Noire » de chez Gallimard – mais il en est un cousin pas très éloigné, de la même façon que le film de 1959 s’avère forcément à sa manière un peu cousin du Film Noir américain. Les clins d’yeux aux U.S.A. sont d’ailleurs assez explicites dans le film de Grangier, avec le personnage de Lino Ventura arborant une belle paire de Converse, le commissaire et sa cartouche de Chesterfield…

Test Blu-ray : La raison du plus fou

0
Les captations des prestations des grands artistes de music-hall des années 50/60 (Line Renaud, Annie Cordy, Johnny Hallyday, etc) sont extrêmement rares, et tendront forcément à disparaitre avec le temps. Les enregistrements musicaux demeurent néanmoins, et l’on pourra certes occasionnellement retrouver certains « numéros » au cœur de films tournés à l’époque, ce qui permettra à ceux-ci d’atteindre une certaine forme d’immortalité. Dans le cas des artistes spécialisés dans l’humour, certains sketchs ont eu la chance d’être enregistrés pour la télévision, et pourront être retrouvés dans les archives de l’INA. On retrouvera également Fernand Raynaud dans un peu plus d’une quinzaine de films au cœur desquels il recycle le personnage de candide qu’il avait créé pour la scène. Dans le cas d’un artiste tel que Raymond Devos, les choses se compliquent un peu : peu de captations existent, si l’on excepte une série d’enregistrements sonores de ses spectacles, se concentrant naturellement sur l’Art de l’humoriste à jouer avec les mots, d’une façon assez inimitable d’ailleurs. Quelques recueils de sketches sont également facilement dénichables dans toutes les bonnes bouquineries. Mais cela serait une erreur de limiter l’artiste à son seul plaisir à s’amuser avec la langue française : il était également mime, musicien, jongleur, équilibriste, prestidigitateur…

Test DVD : Cadavres exquis

0
Et si, après tout, il s'agissait de la mise en œuvre d'un vaste complot dans lequel seraient mouillées des personnes a priori insoupçonnables ?

Les centenaires de l’an 2019

0
A qui le tour en 2019 de bénéficier d'un hommage aussi vaste que celui qui a été rendu à Ingmar Bergman au cours de l'année dernière, composé de pas moins de vingt-cinq films et deux documentaires pour célébrer le centenaire de la légende suédoise du cinéma ? Honnêtement, aucun mythe de l'envergure de Bergman ne figure sur notre liste, toujours aussi peu exhaustive et forcément subjective, des neuf hommes et de la femme qui ont marqué l'Histoire du cinéma, chacun à sa façon, et qui sont donc nés en 1919.

Test Blu-ray : Le silencieux

0
Principalement connu du public pour avoir rendu compte des émois de l'adolescence des années 70/80 avec La gifle et La boum, Claude Pinoteau ne véhicule pas l'image d'un cinéaste de « Série Noire » telle que pouvaient l'avoir ses contemporains Henri Verneuil, Yves Boisset ou Jacques Deray. « Occasionnel » du genre, Pinoteau a pourtant signé avec son premier film un sacré classique du genre. Suivant un Lino Ventura plus taciturne que jamais pris au cœur d'une machination opaque à base d'espionnage international, Le silencieux s'impose comme un thriller de « chasse à l'homme » tendu et bien nerveux, enchaînant les rebondissements sans occasionner de temps mort et développant une intrigue paranoïaque tout à fait dans l'air du temps de l'époque.

Test Blu-ray : Adieu poulet

0
Si le film est mis en scène par Pierre Granier-Deferre, que l’on connaît surtout aujourd’hui pour ses adaptations de Simenon, Adieu poulet porte surtout la marque de son scénariste, Francis Veber. Celui qu’on connaît aujourd’hui comme un scénariste / réalisateur de talent, à qui l’on doit une série de perles incontournables de la comédie des années 70/80 était en effet à l’époque un « simple » scénariste évoluant, à l’image d’un Jean-Marie Poiré, dans l’ombre de Georges Lautner et du producteur Alain Poiré. Tout comme Jean-Marie Poiré, il avait acquis en travaillant auprès de Lautner une efficacité certaine, livrant des scripts riches en « punchlines » souvent très drôles, et dégraissant suffisamment ses intrigues pour aller à l’essentiel (On aura tout vu, La valise, Il était une fois un flic…). Ainsi, on ne pourra se voiler la face : une bonne partie de l’énergie d’Adieu poulet repose non pas sur la réalisation du film, fonctionnelle, sans génie, mais bel et bien sur le scénario de Veber, qui nous livre avec régularité des répliques qui « claquent » et parvient à insuffler à ce polar typique des 70’s une personnalité très attachante.

Test Blu-ray : Les tontons flingueurs – Réédition 2017

0
S’il n’est probablement ni le plus maitrisé ni même le plus drôle parmi les nombreux films qu’auront signé, en tandem, Georges Lautner et Michel Audiard, Les tontons flingueurs est néanmoins rapidement entré dans la « légende » du cinéma français, et demeure encore aujourd’hui une comédie bien tenue, à l’impact durable et aux punchlines souvent hilarantes.

Test Blu-ray : Garde à vue

0
Avant d'être le face à face que tout le monde connait entre deux acteurs au sommet de leur Art (Michel Serrault et Lino Ventura), Garde à vue s'imposait comme le film de toutes les contraintes pour Claude Miller. Après deux films aussi intimistes que réellement lumineux, le cinéaste abordait en effet un long-métrage paraissant à mille lieux de son univers esthétique : adapté d'une série noire, tourné en studio, sur le principe du huis-clos et sur une partition de dialogues extrêmement précise signée Michel Audiard... Qui aurait cru qu'en 1981, en acceptant ce film « de commande », très éloigné de l'univers de ses deux premiers longs-métrages, Claude Miller signerait avec Garde à vue un des plus grands classiques du cinéma français ?