Festival de Marrakech : c’est parti !

0
174

Un jury présidé par un président cinéphile : Martin Scorsese, des hommages à la Scandinavie et à quelques grands noms du cinéma contemporain : la 13ème édition du Festival de Marrakech donne des envies de voyage.

REFN

Lumières du nord

L’événement de cette 13e édition du , qui a lieu du 29 novembre au 7 décembre, est la plus grande réunion de talents du cinéma venus de Scandinavie jamais vue en dehors – et probablement même à l’intérieur – de ses frontières. Sous la présidence du bipalmé cannois Bille August (Pelle le Conquérant, Les Meilleures Intentions) , la délégation inclut, pour faire court, la quasi totalité des plus grands noms actuels de Suède, Danemark, Finlande, Islande et Norvège.

On y retrouve notamment les deux grands noms actuels du Danemark – même s’il préfère vivre loin comme il le précisait dans le documentaire NWR – mais aussi son acteur fétiche . Jan Troell, 82 ans, est l’un des plus grands cinéastes du cinéma suédois avec Ingmar Bergman même s’il reste moins connu ou reconnu que le réalisateur du Septième Sceau. Son grand titre de gloire restera le diptyque /Le Nouveau Monde au début des années 70. Le premier volet était le premier long-métrage non anglophone depuis La Grande Illusion de Jean Renoir à être nommé à l’Oscar du meilleur film. Lui-même fut cité à celui du réalisateur, du scénario original et du film étranger. Liv Ullman, compagne de Bergman et actrice principale du film, avec Max Von Sydow, fut nommée à l’Oscar de la meilleure actrice.

EMIGRANTS 01

Parmi les autres invités : les danois Susanne Bier (Revenge), et son scénariste de La Chasse Tobias Lindholm, lui-même réalisateur de Hijacking, Søren Malling, acteur principal de ce dernier, les finlandaises Maria Heiskanen (Les Lumières du faubourg d’Aki Kaurismaki ou Everlasting moments de Jan Troell) et Kati Outinen, les réalisateurs islandais Dagur Kári (Noi albinoi), Baltasar Kormákur (Jar City) et la monteuse islandaise Valdis Óskarsdóttir ( Eternal sunshine of the spotless mind ), les réalisateurs norvégiens Bent Hamer (La Nouvelle vie de Monsieur Horten), Jens Lien (Une éducation norvégienne), Pål Sletaune (Babycall) avec les acteurs Maria Bonnevie et Anders Danielsen Lie (Reconstruction) et enfin pour la Suède : , réalisateur de La Taupe et de la version originale de Morse ainsi que les comédiennes (Royal affair), , vue dans Millenium première version et sa célèbre partenaire . Certes, on ne peut s’empêcher de remarquer les absences, dans les annonces, de Liv Ullman, Max Von Sydow, Aki Kaurismaki ou encore du peu nomade Lars Von Trier, mais la variété des membres de la liste complète reste impressionnante. Le film suédois We are the best! de Lukas Moodysson fera la clôture du festival.

SCORSESE PATRICIA CLARKSON

Martin Scorsese président d’un jury prestigieux

Au total, ce sont plus de 110 films représentant 23 nationalités qui seront projetés durant la manifestation, à commencer par une compétition de 15 titres.

Le réalisateur de Taxi Driver sera accompagné, excusez du peu, par les réalisateurs Fatih Akin, Amat Escalante, Anurag Kashyap, , Paolo Sorrentino et par les actrices Patricia Clarkson, Marion Cotillard et Golshifteh Farahani. La réalisatrice, scénariste et productrice Narjiss Nejjar représente le Maroc. La Marche de Nabil Ben Yadir avec Jamel Debbouze, qui vient de sortir en salles avec des recettes pour le moment jugées décevante, représentera la France face aux films suivants : Again de Junichi Kanai (Japon), Blue ruin de Jeremy Saulnier (États-Unis) étrange film noir décalé, présenté à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes en 2013, Fièvres (France, Maroc) d’Hicham Ayouch avec Didier Michon et Slimane Dazi, The Gambler d’Ignas Jonynas ( Lituanie, Lettonie), Han Gong-ju de Lee Su-jin (Corée du Sud), Hotell de Lisa Langseth avec (Suède), Ida de Pawel Pawlikowski (Pologne,Danemark), Maintenant, c’est ma vie ( How I Live Now ) de Kevin Macdonald avec Saoirse Ronan (Royaume-Uni), Medeas d’Andrea Pallaoro avec Catalina Sandino Moreno et Brian F. O’Byrne (États-Unis, Mexique), Pelo Malo de Mariana Rondón (Venezuela), The Swimming Pool de Carlos Machado Quintela (Cuba), Traitors de Sean Gullette (Maroc, États-Unis), Viva la libertà de Roberto Andò avec Toni Servillo et Valeria Bruni Tedeschi (Italie) et The Wishful Thinkers de Jonás Trueba (Espagne).

L’Attentat du libanais Ziad Doueiri avait remporté le grand prix l’an dernier.

SHARON STONE 2

Des rencontres avec de grands noms

Au programme encore des masterclass avec les réalisateurs Bruno Dumont, James Gray, Abbas Kiarostami et et avec l’écrivain Régis Debray ; une sélection de coups de cœur du cinéma marocain ; des avant-premières hors compétition (Tel père, tel fils de Kore-Eda Hirokazu, The Immigrant de James Gray, The Zero Theorem de Terry Gilliam avec Christoph Waltz, Mélanie Thierry et David Thewlis.. ) et des hommages aux comédiennes et Juliette Binoche, à l’acteur marocain Mohamed Khouyi et aux réalisateurs Kore-Eda Hirokazu et Fernando Solanas.

[youtube]http://youtu.be/SRAhP3KRLK0[/youtube]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici