préparation du Festival de Cannes 2012, Yes we Cannes !

Yes we Cannes ! En direct du Festival de Cannes 2012

3
Bon, tentons de rester professionnels et dignes mais tout de même : obtenir une (même 2) accréditation presse pour le Festival français du cinéma le plus attendu, c’est la super classe et ça mérite de danser sur les tables ! Mais une fois passée l’explosion de joie, on laisse la place aux grandes questions existentielles : où va-t-on dormir, comment allons-nous manger et avec quel argent, on y va en train, en voiture ou à dos de chameau…bref, la galère commence.

Quinzaine 50 : entretien avec Pierre-Henri Deleau – épisode 4, amitiés et coups de...

0
Maître d'oeuvre des trente premières éditions de la Quinzaine, Pierre-Henri Deleau est considéré comme «l'âme» de la Quinzaine, celui qui a su donner une identité à cette section marquée par son éclectisme et ses choix aventureux et un goût sur sur pour un cinéma audacieux, dénué du conservatisme qui plombait les premières années de la sélection officielle du Festival de Cannes.

Quinzaine 50 : entretien avec Edouard Waintrop

0
À l'occasion de l'anniversaire de la Quinzaine des Réalisateurs, rencontre avec son délégué général, Edouard Waintrop, qui quittera ses fonctions après sa septième édition en tant que sélectionneur. Merci à lui pour cet entretien. Quelle image aviez-vous de la Quinzaine avant d'en devenir le sélectionneur ? Avant tout celle des premières années. Je me suis intéressé au cinéma à l'adolescence alors que la Quinzaine naissait. Du coup j'ai découvert La Première charge à la machette de Manuel Octavio Gomez, le film d'ouverture de cette

Quinzaine 50 : entretien avec Pierre-Henri Deleau, épisode 6 – retour sur quelques films

0
Maître d'oeuvre des trente premières éditions de la Quinzaine, Pierre-Henri Deleau est considéré comme «l'âme» de la Quinzaine, celui qui a su donner une identité à cette section marquée par son éclectisme et ses choix aventureux et un goût sur sur pour un cinéma audacieux, dénué du conservatisme qui plombait les premières années de la sélection officielle du Festival de Cannes.

Quinzaine 50 : entretien avec Pierre-Henri Deleau – épisode 7 : la salle de...

0
La quinzaine a mis du temps à trouver son lieu de prédilection ? La première année, on a retenu 65 films, présentés chacun une seule fois dans l'un des deux cinémas aujourd'hui disparus : le Rex (une salle de quartier dégueulasse) et l'Olympia. L'année d'après j'ai choisi la meilleure salle de la rue d'Antibes possible. Au fil des ans, on a changé plusieurs fois. Il y a eu le Français, le Star puis l'ancien palais dont j'ai hérité lorsque la sélection officielle s'est installée dans le bunker actuel. Cette salle était magnifique. J'avais supplié Jack Lang [alors ministre de la Culture] de le classer mais il m'a dit qu'Anne Marie Dupuy [alors maire de Cannes] était couverte de dettes avec la construction du nouveau palais et donc devait vendre le bâtiment. Ça a été un bonheur, pendant cinq ou six ans. Une salle de 1200 places, pas une seule mauvaise, même au balcon ou sur les côtés. Et vous sortiez sur la mer tout d'un coup !

Entretien avec Tobe Hooper (septembre 2014)

0
Lors de la septième édition du Festival de Strasbourg, Tobe Hooper était invité à présider le jury à l'occasion de la ressortie en salles,...

A Girl walks home alone at night : entretien avec Ana Lily Amirpour

0
Entretien avec Ana Lily Armirpour, la réalisatrice de A Girl walks home alone at night sorti en salles le 14 janvier et en DVD...

Rencontre avec Andy Serkis pour La Planète des Singes : l’affrontement

0
Le 25 avril dernier, Andy Serkis était à Paris pour nous présenter les premières images de La Planète des Singes : l'affrontement. Le comédien a évoqué...
Jérémie Duvall en Interview

Interview Jérémie Duvall

0
Il n’a pas 20 ans, déjà deux courts métrages à son actif en tant qu’auteur et réalisateur. Devant la caméra, on l’a vu à deux reprises en 2011 : dans « Mon fils à Jo » aux côtés de Gérard Lanvin et partenaire de François Cluzet dans « Mon père est femme de ménage ». Deux films qui ont totalisé de beaux scores au box-office. La conversation, après avoir fait un tour vers le foot, arrive sur Fabrice Luchini et le « Molière » de Laurent Tirard… Rencontre avec un jeune artiste bien dans son époque qui sait se servir de twitter bien mieux que Nadine Morano et qui promène sa cinéphilie de « Star Wars » à Kubrick…
itw

Télé gaucho: une table ronde pour une télé libre!

0
A l’occasion de la sortie du film Télé gaucho le 12.12.12 (oui tremblez !!), UGC nous offre l’occasion de rencontrer le réalisateur du film – et du « Nom des gens » avant ça - ainsi que son acteur principal, Félix Moati. C’est dans une ambiance ultra conviviale et joyeuse, à l’image du film, que nous pouvons en découvrir un peu plus sur les conditions de tournage et les projets des deux hommes.

Entretien avec Pablo Berger (Abracadabra)

C'est au bar de l’Hôtel de l’Abbaye, dans le VIème arrondissement que je retrouve Pablo Berger pour parler de son film Abracadabra en salles...

Dans le(s) monde(s) de Catherine Corsini

0
Alors que « Trois Mondes » sort en salles ce 5 décembre, nous avions rencontré Catherine Corsini, la scénariste et réalisatrice du film, à l’occasion de la première présentation publique de celui-ci lors du dernier Festival de Cannes. L’occasion d’aborder quelques secrets de tournage, et d’en connaître un peu plus sur la façon de travailler de la réalisatrice. Retour sur l’interview :

Restons connectés

3,969FansJ'aime
4,448SuiveursSuivre
1,960AbonnésS'abonner

Derniers articles

Critique : Tant que le soleil frappe

"Tant que le soleil frappe" dresse un beau portrait d'un homme qui veut aller jusqu'au bout de son idée, qui ne renonce pas quel que soit le prix à payer.

BAFTA 2023 : Sandy Powell lauréate honorifique

0
La costumière anglaise Sandy Powell va bientôt recevoir le BAFTA Fellowship, le prix honorifique de l'Académie du cinéma britannique. L'annonce en a été faite ce jour, à moins de deux semaines de la cérémonie qui aura lieu le dimanche 19 février au Royal Festival Hall du Southbank Center à Londres.

Critique : Le Diabolique docteur Mabuse

Quelle tristesse de voir la carrière d'un immense cinéaste se conclure avec un policier à la facture aussi statique et bavarde ! Après avoir été l'un des principaux réalisateurs allemands des années 1920 et '30, puis avoir officié à Hollywood pendant une vingtaine d'années comme spécialiste de films de genre de qualité, Fritz Lang avait opéré un ultime virage germanique assez peu satisfaisant.

Critique Express : La grande magie

0
Souvent drôle, parfois poétique, parfois émouvant, La grande magie réunit une pléiade de comédiennes et de comédiens, toutes et tous d'autant plus excellent.e.s qu'elles et ils donnent l'impression de s'être beaucoup amusé.e.s.

Test DVD : La Reine des vampires (Les Contes de la Crypte)

0
La Reine des vampires est une adaptation cinéma de la série culte Les Contes de la crypte. Le film nous propose un mélange d’humour et d’horreur assez efficace - une bonne petite série B horrifique.