Quinzaine 50 : entretien avec Pierre-Henri Deleau, épisode 6 – retour sur quelques films

Héritière directe de ceux qui voulaient affranchir le cinéma de ses chaînes en 1968, la Quinzaine célèbre cette année sa 50e édition. L’occasion d’une promenade à son image – en toute liberté, et forcément subjective – dans une histoire chargée de découvertes, d’audaces, d’enthousiasmes, de coups de maîtres et de films devenus incontournables.

En partenariat avec Ecran Noir. Retrouvez tout le dossier ici.

Maître d’oeuvre des trente premières éditions de la Quinzaine, est considéré comme «l’âme» de la Quinzaine, celui qui a su donner une identité à cette section marquée par son éclectisme et ses choix aventureux et un goût sur sur pour un cinéma audacieux, dénué du conservatisme qui plombait les premières années de la sélection officielle du Festival de Cannes.

Merci à lui pour le temps qu’il nous a accordé pour ce long entretien que nous dévoilerons sur plusieurs journées.

À l’occasion de cette rencontre, Pierre-Henri Deleau revient sur quelques films présentés au sein de sa sélection.

Parmi les réalisateurs que vous avez invité, quelques noms sont étonnants, comme ceux de et

J’ai pris leurs films car ça m’amusait. Celui de Yoko Ono c’était The Fly. Une fille nue étendue sur un matelas, on suit une mouche et on attend qu’elle se pose sur son sexe. Ça dure vingt minutes, jusqu’au moment où elle se pose. Celui de John Lennon, Apotheosis, c’était une montgolfière qui montait, qui montait. Ça se passait à Oulan Bator, en Mongolie, c’était pollué et tout à coup on dépasse les nuages et on retrouvait le ciel bleu. Ce n’était que ça. Je prends les films, je trouve ça rigolo comme tout. John vient avec Yoko, un autre Beatle mais je ne sais plus lequel, en avion privée, avec une trentaine de groupies. Ils déjeunent à la Colombe d’or, un restaurant de luxe en dehors de cannes, lui et toute sa bande, ils étaient une vingtaine au moins. Beaucoup de rosés, de vins, mais aussi beaucoup d’autres substances ! Si bien que quand ils sont revenus vers trois heures de l’après-midi, l’un d’entre eux s’évanouit devant la Malmaison où sont nos bureaux. Nous sommes allés le secourir et, comme on arrivait pas à le réanimer, il a fallu appeler les pompiers, ça a fait scandale. Jacques Doniol-Valcroze et moi avons été convoqués par le maire qui disait qu’on est un repère de voyous. Doniol m’avait prévenu qu’il était fou furieux et j’ai donc mis une cravate et une décoration. On lui dit qu’on ne savait pas qui c’était mais qu’on l’avait secouru, sinon c’était non assistance à personne en danger. Doniol ajoute, malin, monsieur le maire, vous auriez fait pareil. L’atmosphère se détend et sur ces belles paroles, Richard Dembo entre en santiags, avec une robe comme les hippies, une rose dans la main et fait le signe peace… Doniol et moi on ne pouvait pas le croire, on a éclaté de rire, on n’arrivait plus à s’arrêter devant les trois membres du conseil municipal et on est parti en se disant advienne que pourra. Ils nous voyaient comme des voyous. Cette réputation ne nous a pas suivi longtemps heureusement. Les anglais ont mis de l’huile sur le feu en nous appelant «counter cannes festival». Ce qui n’était pas du tout le cas. C’était à côté, ce n’est pas pareil.

Comment avez-vous découvert  ?

Je l’avais vu à New-York. Il m’a foutu une trouille si épouvantable que je l’ai pris. Je me suis fait engueuler à la Quinzaine ! Par beaucoup de critiques qui me disaient ce n’est pas un film Quinzaine. Je leur ai répondu, ça fait X années que je fais la quinzaine, je n’ai jamais su ce que c’était qu’un film Quinzaine, expliquez-le moi alors ! C’était le premier du genre ! Je ne regrette pas du tout de l’avoir pris. La Quinzaine surprenait par rapport à la compétition, mais là d’un seul coup, un film qu’on dit de genre aujourd’hui, cette appellation est grotesque d’ailleurs.

?

Un film sur les films érotiques de bordel, ça m’amusait, c’est insolent et on était aussi dans la veine d’une époque où il n’y avait pas le sida. Une veine libertine un peu partout, tout le monde s’envoyait en l’air, c’était une grande époque. L’année 68… ce qui se passait à la Sorbonne occupée par les étudiants ! Moi j’avais à l’époque une chambre près de là, j’ai passé des nuits dans le grand amphithéâtre Richelieu, je ne vous dis pas ce qu’on y faisait…

de Tinto Brass ?

Rien à voir avec les films érotiques qu’il fera ensuite. C’est un film assez violent dans mon souvenir. Tinto Brass, c’est curieux car il avait travaillé à la cinémathèque chez Langlois, il déchirait les billets. Il était devenu cinéphile comme ça. J’ai le souvenir d’avoir été impressionné par le film et je ne l’ai pas revu depuis. Je n’en ai pas d’images sauf des couleurs violentes.

 d’Anje Breien ?

Elle vivait à l’époque avec Henning Carlsen. Elle a fait ce film que j’ai trouvé très bien mais c’était à l’époque où on découvrait le cinéma pornographique. En France, ce n’était pas autorisé, mais à cannes, il y a avait extraterritorialité, donc les gens allaient voir au marché rue d’Antibes – il n’y avait pas encore les salles au palais – et découvrir Derrière la porte verte. Des gens sont allés voir Viol en pensant que c’était érotique alors qu’il s’agissait d’un drame psychologique féministe, ce n’est pas du tout pareil ! Le malentendu a été complet ! Le cinéma norvégien d’ailleurs n’existait pas à l’époque. Suédois, oui, mais pas le norvégien.

De Scandinavie, qui vous a le plus marqué ?

Aki Kaurismaki ! D’abord parce que pochard comme ça, il tient bien la route avec son cinéma. Il est sympa, avec un humour à froid. Les finlandais, ce n’est pas des gais. Helsinki, c’est une ville chiante, toute en béton pour résister aux tempêtes de neige. Franchement, ce n’est pas drôle, le protestantisme dur. Pas une statue, pas une peinture dans la cathédrale. On s’emmerde dans cette ville, à part boire ! Et ça, ils boivent !

Propos recueillis par Pascal Le Duff de critique-film

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Pascal Le Duff

Cet article a été écrit par Pascal Le Duff, rédacteur en chef cinéma sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles