À la une Interview News — 25 novembre 2015
Entretien avec Robert Alonzo, coordinateur cascades de À la poursuite de demain 1/2

Le 06 Octobre 2015 est sorti en DVD et Blu-Ray (voir test ici), l’excellent film Made in Disney, du non moins excellent Brad Bird, avec Mister George Clooney. A cette occasion, nous avons eu la chance et l’immense honneur de nous entretenir avec une figure emblématique du monde cinématographique, à savoir , le coordinateur du film, par téléphone. Cet homme qui travaille dans l’ombre de nos acteurs chéris, mérite une réelle ovation tant il est sympathique, tant il a été extraordinaire, humainement parlant, avec moi, et tant sa carrière à Hollywood est réellement impressionnante. Alors, Messieurs, Dames, levez-vous et ovationnez-moi ce formidable personnage, qui a travaillé pour de nombreuses grosses productions comme Avengers : L’Ere d’Ultron, Oblivion, Jack Reacher, Mission Impossible : , , , : la Face cachée de la Lune, , , Je suis une Légende, et des séries comme , , (J’en passe et des centaines d’autres !). La cascade c’est son domaine ! Et Dieu sait qu’il gère cela de main de maître, à la vision de son immense filmographie !

Cela faisait plusieurs jours, que l’interview était annoncée, et le stress montait… Mes enfants autour de moi ne comprenaient pas ce soudain engouement. Normal, ce fut mon baptême du feu. Ma toute première fois, mon dépucelage. Même notre fondateur et directeur de publication, Julien, s’était déplacé pour l’occasion afin de me tenir compagnie. Je ne parle même pas des messages de soutien de Mickael et Pascal qui m’ont été d’une grande aide. Merci à toute l’équipe de Critique-Film ! Merci aussi à Raphaël Ghrenassia, le chargé de relations presse pour The Walt Disney Company France, d’avoir répondu promptement à certaines de mes interrogations, et surtout de m’avoir mis en contact avec cet impeccable personnage qu’est Robert Alonzo. Allez, c’est parti !

robert alonzo

Critique-Film : Bonjour Monsieur Alonzo. Quelle impressionnante carrière ! Apparemment vous êtes présent partout, dès qu’il y a de l’action. A la Poursuite de Demain, Oblivion, Transformers, les Avengers, Jack Reacher… Nous sommes tous réellement respectueux pour le travail que vous accomplissez au quotidien… Mais surtout désireux de savoir comment se déroule votre collaboration dans vos films ? En quoi consiste votre rôle ? En bref, parlez-nous de votre travail dans votre domaine : l’action.

Robert Alonzo : Ma principale fonction dans tous les films sur lesquels j’ai travaillé est d’être celui qui accompagne les comédiens dans le domaine de l’action. Je prépare. Je supervise beaucoup. J’entraîne les acteurs, les doublures dans les différentes scènes d’action. On débriefe beaucoup avec l’ensemble de mon équipe en règle générale. Le superviseur donne son avis sur le bon déroulement des scènes jusqu’à ce que ce soit crédible. Je fais très attention aussi à anticiper les moindres risques que peuvent prendre les gens qui tournent. En fait, l’entraînement est une chose primordiale car elle permet aux artistes de comprendre la scène qu’ils jouent, et surtout d’être prêts quand le directeur du film crie « action ! ».

Critique-Film : Vous apparaissez dans de nombreux blockbusters, des films qui, finalement, sont incontournables au cinéma… Je crois que tout le monde est curieux de savoir comment tout ça a commencé. Et surtout, ce que vous avez fait pour être, vous aussi, devenu si incontournable ?

Robert Alonzo : Whaou ! Faut remonter très loin (rires) ! Mon histoire a débuté quand j’étais tout petit. J’étais très attiré par les films de combat. J’étais un grand fan de films d’arts martiaux. Je suis tombé dedans très jeune. Je devais avoir moins de dix ans, ça c’est sûr (rires). A l’époque, je m’entraînais énormément dans mon dojo près de chez moi. J’aimais cela. J’aimais le sport. Plus tard, quand j’allais à l’école, je prenais des cours de comédie. Vous vous imaginez bien le mélange que ça a donné aujourd’hui. Donc, en fait, un jour, un producteur de spectacles m’a repéré alors que je donnais des cours à des plus jeunes dans mon dojo. J’ai dû lui donner quelques coups de main dans la mise en œuvre de ses spectacles. Ce n’est que par après, que j’ai commencé à faire de la télévision en tant que doublure. Ce fut mes premiers pas dans le monde de la télévision. J’ai travaillé en même temps dans de nombreux domaines touchant la cascade : le feu, les chevaux, les voitures afin de me spécialiser et d’acquérir un maximum d’expérience. Il est vrai que les arts martiaux dans leur globalité, ont révélé en moi beaucoup de choses, et je me suis toujours vu transmettre mes connaissances aux autres. Cela paraissait évident. J’ai toujours beaucoup étudié. Étudié dur. Étudié tard le soir. Je m’entraînais continuellement, tout en jouant mes rôles de doublure dans les films et dans les séries. Logiquement, plus je me suis entraîné et plus j’ai appris. Et plus j’ai appris, et plus je me suis spécialisé. Et plus je me suis spécialisé, plus j’ai eu envie d’apprendre aux autres. Naturellement, les directeurs de films, les producteurs sont venus vers moi. J’ai bâti mon équipe. Et voilà où j’en suis aujourd’hui (rires).

Critique-Film : Vous paraissez être un homme « overbooké » et je crois savoir que vous avez plusieurs projets en cours… Pouvez-vous nous en parler un petit peu ?

Robert Alonzo : J’ai beaucoup de projets en cours, d’autres qui sont déjà terminés. Par contre, oui, on peut dire que je suis un homme très occupé. Je ne peux pas vraiment me plaindre, c’est sûr. Je travaille très dur tous les jours. Je travaille pour, et avec, beaucoup de monde. Je dois jongler entre les préparations, les entraînements, étudier les différentes propositions qui me sont offertes. Donc oui, on peut dire que je suis un homme occupé, mais surtout très chanceux de faire ce qu’il aime plus que tout.

Critique-Film : Vous êtes un chorégraphe pour tous ces acteurs, un chef d’orchestre, vous les soumettez à rude épreuve dans toutes ces scènes de combat et d’action. Avez-vous des acteurs avec qui vous aimez travailler ? Vous apparaissez souvent avec apparemment…

Robert Alonzo : (rires). Ce que vous dites est vrai. Tom Cruise est un type vraiment fantastique. C’est un passionné dans ce qu’il fait et dans ce qu’il entreprend. Effectivement, j’ai beaucoup travaillé avec lui. Disons, que c’est quelqu’un qui se surpasse énormément. Même fatigué, il s’entraîne, même fatigué, il en redemande. Il travaille vraiment dur pour être au top. C’est un perfectionniste. Il s’entraîne, s’entraîne et s’entraîne encore. En fait, le plus difficile à dire, c’est que tous les acteurs, tous les cascadeurs ont un style différent. Je fais ce que je peux pour m’adapter à leurs styles, je fais ce que je peux pour m’adapter à leur façon d’évoluer et d’être, que ce soit derrière et devant la caméra. Mon but, c’est de faire en sorte qu’ils courent, qu’ils sautent et qu’ils se battent comme le veut le film, comme le veut le scénario. Je ne peux pas dire que j’aime untel ou untel. Ma satisfaction ultime, c’est qu’ils prennent du plaisir à travailler avec moi, c’est de leur montrer comment bouger, comment évoluer, comment se conduire dans les différentes séquences d’actions.

a la poursuite de demain 01

 

Entretien avec Robert Alonzo partie 2/2

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Julien Chabrier

Cet article a été rédigé par Julien Chabrier, Rédacteur de Critique Film.