Test DVD : Pas de répit pour les salauds

0
Arpentant les bas fonds de la misère madrilène, hantant les bars à la petite semaine et les dancings miteux, le script signé Urbizu et Michel Gaztambide s'inscrit dans une veine contemporaine du polar hardcore, quelque part entre Driller killer et l’indien Ugly

Test DVD : João Pedro Rodrigues : l’intégrale – Coffret 4 films

0
João Pedro Rodrigues est un réalisateur & scénariste portugais, dont la renommée s’est faite aux yeux du public à la Mostra de Venise en 2000 avec le long-métrage choc O fantasma. Souvent catalogué « cinéaste gay », à cause de ses errances homosexuelles et de ses personnages troubles (transsexuels, travestis, homos refoulés…), Rodrigues a donc créé le choc avec son premier long-métrage, en partie à cause d’une scène de fellation non simulée.
photo de Mission impossible : protocole fantôme Tom Cruise

Mission : Impossible – Protocole fantôme

0
Dans ce 4ème opus, Tom Cruise renfile son costume d’agent secret Ethan Hunt de l’IMF avec brio, signant ainsi ce que l’on peut presque considérer comme étant le meilleur film de la saga Mission Impossible. A mi-chemin entre James Bond et un blockbuster quelconque plein d’action, MI4 trouve l’équilibre pour nous faire passer un moment agréable, drôle et rythmé, malgré une scène finale trop poussée gâchant un peu le plaisir. MI4 s’offre même le luxe de nous faire partager quelques scènes d’action parmi les plus réussies du cinéma du genre. Vivement le 5 !

Test Blu-ray : Comme des rois

0
Le registre dramatique sied décidément bien à Kad Merad, parfait en bonimenteur usé à qui il reste un fond d’habileté pour soutirer quelques dizaines d’euros à des cibles de moins en moins naïves. Dans Comme des rois, Joseph (Kad Merad) est un VRP guère recommandable, spécialisé dans des ventes douteuses de produits illicites en porte-à-porte. Cet escroc de petite envergure a entraîné depuis longtemps son fils Micka (Kacey Mottet Klein).

Test Blu-ray : L’homme orchestre

0
Même si Louis de Funès ne parait pas forcément très à son aise en plein feu d’artifices pop à la shebam ! Pow ! Blop ! Wizz ! avec cinquante minettes qui dandinent du croupion autour de lui, cela n'empêchera pas L'homme orchestre d'être apprécié pour ce qu'il est

Test DVD : Fièvres

0
On pourrait s'attendre à un film de plus sur la banlieue, avec, bien entendu, son traditionnel cortège de dealers et sa bande-son à base de rap : il n'en est rien. En réalité, "Fièvres" montre une vision presque poétique de la banlieue, à l'opposé de ce que l'on a l'habitude de voir sur ce sujet. A mi chemin entre réalisme et conte urbain, "Fièvres" est un film attachant et parfois très fort sur la recherche d'identité d'un gamin perturbé,

Test Blu-ray : À armes égales

0
S’il est plus que probable qu'en 1982, la production d’À armes égales ait fortement profité de l’immense succès rencontré par L'implacable ninja l'année précédente, on serait bien mal avisé de ne voir dans le film de John Frankenheimer qu'un succédané de la franchise dégénérée créée par la Cannon. Bien entendu, les deux films ont en commun le fait d’avoir au centre de leur récit un américain initié aux Arts du combat japonais, mais on ne pourra que reconnaître que le film de Frankenheimer fait preuve d’une ambition plus grande, et de qualités cinématographiques bien supérieures au film de Menahem Golan. 

Test Blu-ray : Miracle mile – Appel d’urgence / Blaq Market #08

0
S’il aborde de front la thématique de la « fin du monde », Miracle mile se révèle rapidement l’antithèse du blockbuster-type américain. Prenant le temps de poser ses personnages (leur rencontre, leurs flâneries), le film de Steve De Jarnatt met bout à bout une suite d’événements mineurs, huile ses rouages à la perfection, déclenchant un engrenage narratif implacable. Un mégot jeté par la fenêtre, un faux numéro, l’annonce inéluctable que la fin du monde est proche, et l’effet boule de neige prend place, montant crescendo au fil que les bobines s’égrènent. Prenant le contrepied total du schéma du « héros » traditionnel,

Test Blu-ray : Mojave

0
Quelques années après le sympathique London Boulevard, on retrouve William Monahan au scénario et à la réalisation de Mojave, qui lui permet d’aborder à nouveau le désœuvrement et la solitude mortifère des étoiles filantes d’Hollywood. Que désire-t-on quand on a déjà tout ? Le danger, et le fait de flirter avec la mort, semble nous répondre Monahan. Si son film précédent évoluait plutôt dans le registre de la comédie, Mojave aborde cette fois cette thématique sous un angle différent, et avec le plus grand sérieux du monde.

Test Blu-ray : Night is short, walk on girl

0
La nuit a toujours fasciné les artistes. La nuit, qui arrive comme un « négatif » de la journée, où tout semble « inversé », à l'envers ; la nuit, sa vie, son œuvre, sa faune, et tout ce qu'elle implique en termes d'errances, de personnages haut en couleurs – la nuit en tant que telle a déjà, à de nombreuses reprises, été le sujet « officieux » de quelques grands films, comme un personnage central, même si elle n'est jamais explicitement citée. On pense bien sûr au cinéma de Martin Scorsese (After hours, A tombeau ouvert), mais également à d'autres grands films « noctambules » explorant les arcanes de l'après-minuit : Naked (Mike Leigh, 1993), Night call (Dan Gilroy, 2014), Ouvert la nuit (Édouard Baer, 2016)...

Test DVD : Ce que veulent les hommes

0
Avec 72 millions de dollars de recettes au box-office américain, Ce que veulent les hommes semble clairement avoir rencontré son public aux Etats-Unis, mais n’a pas bénéficié de sortie dans les salles françaises. La raison pour laquelle le film arrive chez nous directement en DVD est simple : l’actrice principale du film, Taraji P. Henson, ne bénéficie pas d’une notoriété de notre côté de l’Atlantique pour convaincre les distributeurs de se lancer dans l’exploitation du film en salles.

Test DVD : Les fauves

0
Découvert en 2014 avec la comédie Tristesse Club, Vincent Mariette change aujourd'hui radicalement de registre avec Les fauves, film fantastique sous perfusion de Jacques Tourneur, évoquant tout à la fois La féline (1942) et L'homme léopard (1943). Si on ne retrouve pas dans ce thriller l'humour à froid tendance absurde de son film précédent, le cinéaste fait en revanche à nouveau preuve d'un talent singulier quand il s'agit de développer une ambiance, une atmosphère étrange, aux confins du rêve et de la réalité, d'autant plus efficace que le spectateur ne sait jamais réellement si ce qu'il est en train de voir est réel ou s'il s'agit d'une projection de l'esprit de l'héroïne. Parce qu'en effet, à l'image des films de Tourneur que l'on vient d'évoquer, Les fauves pourra tout à la fois être vu comme un « simple » récit surnaturel ou comme un récit fantasmé de coming of age à la sauce psychanalytique. Qui sont « Les fauves » du titre ? Même quand arrive le générique de fin, il n'est pas certain que le spectateur puisse répondre avec certitude à cette question.

Restons connectés

3,832FansJ'aime
2,817SuiveursSuivre
1,750AbonnésS'abonner

Derniers articles

San Sebastian 2020 : la sélection officielle

0
Le Festival de San Sebastian, au pays basque espagnol, figure parmi ces festivals qui annoncent leur sélection au compte-gouttes. Profitons donc du creux estival et de l'annonce du programme de la section parallèle New Horizons ce jour pour faire le point en cette année 2020 si particulière sur ce festival européen prestigieux.

Test Blu-ray : L’étreinte du destin

En 1955, avec L’étreinte du destin, George Sherman est au sommet de son Art, prenant à bras le corps cette histoire aux nombreux niveaux de lecture suivant un personnage tentant désespérément de repartir à zéro dans un endroit où personne ne veut de lui. Extrêmement fine, l’intrigue du film nous propose de découvrir des personnages à la psychologie riche...

Décès du réalisateur Alan Parker

0
Le réalisateur anglais Alan Parker est décédé vendredi dernier, le 31 juillet, à Londres. Il était âgé de 76 ans. Malgré un nombre d'œuvres plutôt réduit dans sa filmographie et aucun genre ou style de prédilection, Parker a su s'imposer comme l'un des réalisateurs incontournables de sa génération.

Test Blu-ray : La belle de San Francisco

Réalisé en 1945, La belle de San Francisco était en quelque sorte un film « événement » pour la Republic Pictures, dans le sens où on célébrait cette année-là les dix ans d’existence du studio. Pour célébrer cet événement en bonne et due forme, un confortable budget de 600.000 dollars fut alloué au projet, dont la réalisation fut confiée à Joseph Kane...

De retour en salles au mois d’août 2020

0
Pour un mois en pleine période estivale, jadis la saison privilégiée des ressorties en salles, celui d'août 2020 se distingue par le nombre plutôt réduit de films qui feront leur retour sur grand écran. C'est à peine une quinzaine de titres qui sera soumise en version restaurée au fil des quatre mercredis à venir au regard du public contemporain.