Dossiers News — 01 janvier 2017
Bilan 2016 : TOP 10 des meilleurs films

Voilà, l’année 2016 s’achève, le temps des bilans est venu. Commençons avec nos coups de coeur d’une année une nouvelle fois riche en œuvres diverses comme l’atteste notre Top 11 des meilleurs films de l’année, aucun film n’étant cité plus de cinq fois, la plupart des onze titres de ce top (deux ex-aequos à la dixième place) apparaissant tout de même au moins sur trois des listes de nos quatorze rédacteurs ayant participé au vote.

toni erdmann 10

Absent du palmarès du Festival de Cannes, Toni Erdmann est le grand vainqueur de notre classement annuel, ses deux interprètes Peter Simonischek et Sandra Hüller arrivant respectivement deuxième et cinquième du Top de nos acteurs préférés. Deuxième du classement, Premier contact de Denis Villeneuve vient tout juste de sortir en salles, son actrice Amy Adams portée par l’enthousiasme de la rédaction se hisse à la troisième place du classement des acteurs.

premier-contact-amy-adams-jeremy-renner-01

Médaille de bronze pour le film de zombies Dernier train pour Busan de Yeon Sang-ho qui suit de très près. L’impact de l’année coréenne se retrouve avec cette place de choix pour le réalisateur de The King of Pigs (voir test bluray) mais aussi celle réservée à Na Hong-Jin, septième avec The Strangers, thriller flippant riche en rebondissements surprenants. Mademoiselle de Park Chan-wook a séduit certains des membres de l’équipe également. Huit des onze films sont passés par la case Cannes, en compétition, à Un Certain Regard ou en séance de minuit.

Dernier train pour Busan

Pour la deuxième année consécutive, le mexicain d’Alejandro González Iñárritu se retrouve quatrième avec The Revenant.

Merci à nos quatorze rédacteurs qui ont participé à ce bilan annuel et écrit des critiques, news, entretiens tout au long de l’année ainsi qu’aux autres qui nous ont brièvement accompagné ces douze derniers mois. Précisons que les films apparaissant dans ces listes sont sortis en salles entre le 30 décembre 2015 et le 21 décembre 2016, histoire de donner une chance aux films qui sont sortis en salles le 28 décembre.

Voir ici notre Top des acteurs et actrices de l’année…

Bonne année 2017 !

Voici donc notre classement annuel :

1er – Toni Erdmann de Maren Ade (critique pour) (critique contre)

2 – Premier contact de Denis Villeneuve (critique)

3 – Dernier train pour Busan de Yeon Sang-ho (critique)

4 – The Revenant d’Alejandro González Iñárritu (critique)

5 – Elle de Paul Verhoeven (critique)

6 – The Neon Demon de Nicolas Winding Refn (critique)

7 – The Strangers de Yeon Sang-ho

8 – La Tortue rouge de Michael Dudok de Wit

9 – Paterson de Jim Jarmusch (critique)

10 – Les Huit Salopards de Quentin Tarantino (critique) ex-aequo avec Captain Fantastic de Matt Ross (critique)

the revenant inarritu di caprio

Le classement par rédacteurs :

Le Top de Julien Mathon

1 – The Revenant
2 – Toni Erdmann
3 – The Witch de Robert Eggers
4 – Captain Fantastic
5 – Elle
6 – The Neon Demon
7 – Steve Jobs de Danny Boyle
8 – Demolition de Jean-Marc Vallée
9 – Carol de Todd Haynes
10 – Moi, de Ken Loach
11 – Danish Girl de Tom Hooper
12 – Mademoiselle de Park Chan-wook
13 – Paterson
14 – The Strangers
15 – Juste la Fin du Monde de Xavier Dolan

la passion d'augustine 2

Le Top de Jean-Jacques Corrio

  • 1 – La Passion d’Augustine de Léa Pool

Un film tout à la fois intelligent, drôle, émouvant et passionnant. En plus, le montage est parfait !

  • 2 – Une Vie de Stéphane Brizé

Un film magnifique, très fidèle à l’esprit de Maupassant et dans lequel Judith Chemla campe de façon magistrale une Jeanne restée attachée à son enfance

  • 3 – Frantz de François Ozon

Il fallait beaucoup de doigté et de maîtrise pour réussir à marier avec autant de bonheur de l’émotion jamais forcée, des surprises de scénario jamais « téléphonées » et une très juste réflexion sur les conflits armés et leurs conséquences.

  • 4 – Truman de Cesc Gay

Un film qui ne peut que marquer profondément les spectateurs, de façon positive, pas seulement durant les 108 minutes de la projection mais, peut-être, tout au long de leur vie, que ce soit de façon consciente ou inconsciente.

  • 5 – Comancheria de David Mackenzie

Un mélange de western contemporain et de thriller, rempli d’humour mais aussi de réflexions pleines de vérité et de saveur sur les Etats-Unis d’aujourd’hui, en particulier sur les injustices sociales qui y règnent.

Grâce à un scénario solide qu’il a lui-même écrit, grâce une réalisation sachant générer l’émotion sans verser dans le pathos et grâce à la prestation pleine de vérité et de sensibilité de Peter Mullan, Jake Gavin a pleinement réussi son premier film en tant que réalisateur.

  • 7 – Le Fils de Jean de Philippe Lioret

Lioret a l’art d’écrire des scénarios dans lesquels l’émotion est toujours présente sans pour autant verser dans le larmoyant ou le pathos. Une autre qualité qui ne quitte jamais, c’est sa science du tempo juste, du moment précis où une scène doit se terminer.

Un film jouissif, complètement déjanté, un film qui fonce à bride abattue mais que son réalisateur arrive à maîtriser du début jusqu’à la fin.

  • 9 – La Saison des femmes de Leena Yadav

Un film particulièrement attachant, à la fois social et politique.

  • 10 – Les Innocentes d’Anne Fontaine

Un film d’une grande sensibilité mais qui ne verse jamais dans le pathos.

  • 11 – A second chance de Susanne Bier

Plein de rebondissements inattendus, passionnant du début à la fin, A second chance apporte une nouvelle preuve du talent de Susanne Bier, un talent qui en fait une réalisatrice majeure de notre époque.

  • 12 – Le Disciple de Kirill Serebrennikov

Le disciple est un exemple de plus de ces films qui débarquent à Cannes au mois de mai, réalisés par des cinéastes dont on ne sait rien et qui prennent les spectateurs à la gorge dès la première image pour ne plus les lâcher jusqu’à la fin.

  • 13 – Le Client d’Asghar Farhadi

Film après film, Asghar Farhadi construit une œuvre qui marque son époque, d’une grande richesse quant au fond et magnifique quant à la forme.

  • 14 – Baccalauréat de Cristian Mungiu

Cristian Mungiu revendique avec force les longs plans séquence qu’il à l’habitude de pratiquer et qu’il maîtrise parfaitement, ce qui rend son Prix de la mise en scène parfaitement justifié.

  • 15 – Les Délices de Tokyo de Naomi Kawase

Un film délicat et très poétique, beaucoup plus accessible que les œuvres précédentes de Naomi Kawase

ex-aequo avec L’avenir de Mia Hansen-Løve

Un film qui, avec finesse, et légèreté, nous parle de l’amour, du couple, du vieillissement, de la mort, de la naissance, des modifications qui s’opèrent avec l’âge chez la plupart des individus et de la façon de concevoir ses rapports avec la société.

ph 45 ans Tom Courtenay Charlotte Rampling

Le Top de Pascal Le Duff

  • 1 – 45 ans de Andrew Haigh
    Une main qui se dérobe et toute l’émotion contenue jusqu’alors explose. Avec le plus beau couple de l’année formé par les vétérans Tom Courtenay et Charlotte Rampling, tous deux honorés à Berlin en 2015, avec une citation aux Oscars pour elle en février dernier.
  • 2 – Peace to us in our dreams de Sharunas Bartas
    Le film le plus bavard du réalisateur lituanien pour un film sur l’art difficile de la communication
  • 3 – Suite armoricaine de Pascale Breton
    Climat étrange au sein de l’université de Rennes 2, avec deux comédiennes magnifiques liées par un passé commun pour des retrouvailles bien tardives
  • 4 – Visite ou mémoires et confessions de Manoel De Oliveira
    Ou comment, plus de trente ans avant sa disparition, à l’âge déjà avancé de 70 ans, le réalisateur portugais signe une œuvre testamentaire (destinée à n’être montrée qu’après sa mort) alors qu’il n’a pas encore tourné la plus grande, la plus belle peut-être, partie de sa carrière.
  • 5 – Toni Erdmann de Maren Ade
    Une comédie nonsensique et potache qui se révèle petit à petit être en réalité une histoire d’amour entre un père et une fille. Un peu trop long certes mais un film rafraîchissant pour la compétition de Cannes.
  • 6 – Brooklyn Village de Ira Sachs
    Un conte d’une infinie douceur et une histoire d’amitié entre deux adolescents contrariée par un tracas immobilier.
  • 7 – Elle de Paul Verhoeven
    L’esprit iconoclaste du cinéaste néerlandais se retrouve dans cette satire de l’humanité avec une Isabelle Huppert redoutable dans la peau de cette femme fière et forte. La mécanique du scénario est brillante, avec une belle distribution chorale.
  • 8 – Paterson de Jim Jarmusch
    La poésie du réalisateur new-yorkais nous ravit sans peine. Du cinéma délicat, doux, apaisé.
  • 9 – de Bertrand Tavernier
    Plutôt que de se limiter à un voyage académique officiel, Tavernier laisse ses souvenirs venir à lui, sans hiérarchie, avec un art du montage qui évite tout sentiment d’ennui.
  • 10 – Aquarius de Kleber Mendonça Filho
    Sonia Braga, la plus grande actrice du cinéma brésilien, fait son grand retour avec ce film sur une femme qui résiste à la puissance du capitalisme. Sensualité et politique se mêlent avec un sens de la mise en scène captivant d’un futur (déjà?) grand auteur du cinéma international.
  • 11 – Le Trésor de Corneliu Porumboiu
    L’absurdité de la société roumaine et sa corruption tranquille captée via la rencontre inattendue de deux pieds nickelés, unis par le hasard et un rêve enfantin, autour d’une carte au trésor.
  • 12 – Premier contact de Denis Villeneuve
    Dans cette belle œuvre de science-fiction, Amy Adams nous fait ressentir en profondeur la fusion intellectuelle, psychologique et intime d’une femme en deuil avec une rencontre d’un autre type.
  • 13 – Sing street de John Carney
    Un feel-good musical movie autour d’un groupe pop improvisé par des lycéens pour les beaux «yeux dangereux» d’une jolie fille. John Carney prouve une nouvelle fois sa maîtrise dans le registre du film musical après «Once» et «New-York Melody», autres très plaisantes romances enchantées.
  • 14 – Moi Olga de Petr Kazda et Tomás Weinreb
    L’histoire vraie, racontée avec sensibilité et sobriété, de la dernière femme exécutée en Tchécoslovaquie, en 1975, après avoir commis un geste terrible. Michalina Olszanska – aux faux airs de Natalie Portman dans «Léon» – incarne cette fille hypersensible, fragile malgré un tempérament impétueux, détruite car elle attire des haines gratuites.
  • 15 – Fui banquero de Emilie et Patrick Grandperret
    Un film d’aventures à la française avec la prestation géniale d’Antoine Chappey que l’on peut voir comme un sympathique héritier de Han Solo, faussement filou et particulièrement malin dans son art de la manipulation pour retarder l’inévitable transformation de Cuba.

le-sanctuaire-003

Le Top de Mickaël Lanoye, sans ordre

de Corin Hardy
Triple 9 de John Hillcoat
Braqueurs de Julien Leclercq
Les Huit Salopards
Dofus – Livre 1 Judith de Jean-Jacques Denis et Anthony Roux
Krampus de Michael Dougherty
Desierto de Jonás Cuarón

et une poignée de petits plaisirs 100% bourrins :

Hardcore Henry de Ilya Naishuller
La Chute de Londres de Babak Najafi
American nightmare 3 de James DeMonaco

A ces dix films sortis dans les salles françaises, j’ajouterai, puisque je les ai vus passer dans la section Blu-ray / DVD, cinq perles sorties en Direct-To-Video sans passer par la case cinéma :

The Green Inferno d’Eli Roth
Frankenstein de Bernard Rose
Kung fu killer de Teddy Chan
Les enquêtes du département V – Délivrance de Hans Petter Moland
Kenshin – La fin de la légende de Keishi Otomo

quand on a 17 ans 2

Le Top de Tobias Dunschen

1 – 45 ans
2 – Quand on a 17 ans d’André Téchiné
3 – Dernier train pour Busan
4 – Ave César des frères Coen
5 – Dead slow ahead de Mauro Herce
6 – Miles ahead de Don Cheadle (sorti en VOD)
7 – Mr Holmes de Bill Condon
8 – Tour de France de Rachid Djaïdani
9 – Louise en hiver de Jean-François Laguionie
10 – Room de Lenny Abrahamson

the-strangers

Le Top d’Aubin Bouillé

  • 1 – Premier Contact

Denis Villeneuve signe un long métrage qui renoue avec les origines de la science fiction profonde viscérale et lancinante. Le cinéaste parvient à trouver la quintessence de l’imaginaire collectif, offrant une rencontre merveilleuse et pertinente avec une intelligence extraterrestre. Un guide sur la communication, l’écoute et la compréhension de soi et des autres. Une leçon pour l’humanité, un film poignant, intelligent et parfaitement maîtrisé. Certainement le film de l’année 2016.

  • 2 – Captain America – Civil War des frères Russo

Les frères Russo signent le meilleur film Marvel Studio à ce jour réunissant personnages passionnants et traitement très fidèle aux comics, avec des scènes d’action impressionnantes et spectaculaires, des thématiques sombres avec des protagonistes aux agissements idéalistes représentatifs de leurs caractères, de l’humour cocasse et réellement drôle, et une des meilleures séquences d’action de l’histoire cinématographique super héroïque. Un grand divertissement !

  • 3 – The Strangers

Le meilleur thriller de l’année, un film brillamment écrit qui repose sur de vieilles légendes coréennes et qui oscille constamment entre réel et imaginaire. Froid, violent, viscéral, une claque absolue.

  • 4 – 10 Cloverfield Lane de Dan Trachtenberg

Cette «suite» surpasse son prédécesseur par son originalité. Inattendu, 10 Cloverfield Lane joue avec les clichés Hollywoodiens, mélange les genres et surprend constamment son spectateur. Très psychologique et angoissant, 10 Cloverfield Lane est bien dosé, suffisamment calme et lent pour apprécier l’ampleur de la situation, des décors et des personnages mais suffisamment rapide pour passionner à chaque instant. Les protagonistes sont ambigus et la réalisation soignée. 10 Cloverfield Lane promène son public jusqu’à un final qui répond aux attentes.

Dès le générique d’ouverture le jeune réalisateur français démontre ses qualités de metteur en scène. Très inspiré du cinéma de Guy Ritchie, Moonwalkers mélange brillamment action décomplexée, situations funs, buddy movie et scènes psychédéliques renversantes. Classique mais efficace, cette comédie emmènera son spectateur en terrain conquis quelque part entre Las Vegas Parano, Rock’n Rolla et Good Morning England, mélangeant des univers anglais, français et américain avec brio. La drogue est magnifiée, ses effets omniprésents, et le long métrage finit par être le meilleur trip hallucinogène depuis des années.

  • 6 – Paterson

Des personnages aux relations complexes, dirigés par l’amour et des vies qu’ils ne parviennent pas a prendre en mains. Les dialogues, le ton, le montage et l’humour discret rapprochent Jim Jarmush de son compère Woody Allen. La photographie et la prestation de Adam Driver, associés à un beau portrait du temps qui passe et de la monotonie professionnelle d’un individu enfermé dans une classification dégradante font de Paterson une brillante étude de la conscience humaine ancrée dans une société qui le dépasse et l’empêche de se développer et de s’épanouir. Le dernier film de Jim Jarmush est une ode à la sérénité, une petite poésie subtile et calme.

  • 7 – Captain Fantastic

Une brillante histoire humaine qui suit une famille en marge de la société capitaliste et matérialiste. Une marginalisation idéaliste en apparence impossible, pourtant Viggo Mortensen et sa bande d’enfants démontrent que le développement intellectuel et culturel peut se faire en dehors des normes sociales. Pour autant Matt Ross n’est pas idiot et affirme que pour le développement personnel, notamment amoureuses, les interactions sociales sont indispensables. Morale de l’histoire ? Trouver un juste milieu !

  • 8 – The Revenant

Le nouveau film d’Alejandro Gonzales Innaritu, oscarisé l’année dernière avec Birdman, signe avec The Revenant une épopée glaciale dans le grand froid filmée en conditions et décors réels pour un réalisme saisissant et une photographie absolument somptueuse. Leonardo DiCaprio a également enfin obtenu son Oscar grâce à ce film.

  • 9 – Spotlight de Tom McCarthy

Une enquête rudement menée par une équipe de journalistes brillamment interprétés par un casting quatre étoile : Spotlight est une incontestable réussite. Avec sobriété, efficacité et clarté, une complexe et terrible affaire d’éthiques, de politique, de social et de religion. Liev Schreiber et Mark Ruffalo sont mémorables, le scénario précis, et la fin est un déferlement d’informations, de révélations et d’émotions de grande envergure.

  • 10 – Deadpool de Tim Miller

Le personnage le plus fun de l’univers Marvel est enfin adapté au cinéma et, malgré quelques faiblesses et facilité, Deadpool est honorablement recréà l’écran via une violence jouissive, des situations cocasses, un humour omniprésent et une irrévérence respectée jusqu’à la destruction totale du quatrième mur.

  • 11 – Green Room de Jeremy Saulnier

Un thriller horrifique de haute volée qui réunit une unité de lieu et de temps, avec des personnages intéressants et une émotivité géniale. Green Room est en plus d’être un véritable hommage au hard rock un long-métrage sous tension passionnant et royalement réalisé ou la couleur verte prépondérante est une représentation subtile de l’espoir inébranlable des personnages. A ajouter à cela un Patrick Stewart qui se la joue Heisemberg, et Green Room est incontestablement un grand film.

  • 12 – Triple 9

Ce nouveau film du réalisateur de Des Hommes sans Loi est un brillant thriller au casting alléchant. Un film d’action rudement mené, au rythme effréné et aux scènes d’action brillamment exécutées, qui parvient à rester humble et remplir sa seule et unique promesse, celle d’être un film clair, précis et efficace à l’intrigue menée sans détour jusqu’à son dénouement.

  • 13 – Café Society

Sans être original le dernier Woody Allen demeure précis sur la technique, le scénario, les dialogues et la direction artistique. Ses interprètes transpercent tout simplement l’écran. Le génial dialoguiste parvient à faire ressortir les sentiments les plus profonds de l’être humain, en décrivant le terrible mélange d’amertume, de regret, de tristesse que peut parfois être l’amour.

  • 14 – Les Huit Salopards

Quentin Tarantino, après Django Unchained, revient au western mais cette fois il adopte un huit clos théâtral admirablement développé, porté par un casting quatre étoiles, des dialogues passionnants, une esthétique renversante et froide dans les tréfonds des montagnes américaines et surtout une violence littéralement viscérale.

  • 15 – The Neon Demon

L’esthétique est une fois de plus renversante, NWR est un génial orfèvre de la lumière, du cadrage et de la couleur. Il fait vivre ses acteurs en adéquation avec le décor. Une critique intéressante de la mode. Elle Fanning est parfaite.

dead-slow-ahead-mauro-herce

Le Top de Valentin Buchens, sans ordre de préférence

Aquarius de Kleber Mendonça Filho, Homeland d’Abbas Fadhel, Suite Armoricaine de Pascale Breton, La Mort de Louis XIV d’Albert Serra, The Strangers de Na Hong-Jin, L’Ornithologue de Joao Pedro Rodrigues, Kaili Blues de Bi Jan, Ta’Ang de Wang Bing, Rester Vertical d’Alain Guiraudie, Toni Erdmann de Maren Ade, Clash de Mohamed Diab, Sieranevada de Cristi Puiu, The Neon Demon de Nicolas Winding Refn, Visites, Mémoires ou Confessions de Manoel de Oliveira, Dead Slow Ahead de Mauro Herce

manchesterbythesea

Le Top de Sébastien Dard

1 – The Strangers : Na Hong-Jin transfigure le polar coréen poisseux typique en film d’horreur cauchemardesque, véritable descente aux enfers qui laisse tétanisé. Le véritable choc de cette année cinématographique.

2 – Manchester by the sea de Kenneth Lonergan : Un mélo à la fois lyrique et intériorisé, bouleversant par son universalité et la qualité de son interprétation.

3 – Premier contact : Denis Villeneuve livre une fois de plus une pièce majeure du genre qu’il investit, à savoir ici la SF humaine et intimiste. Brillant et émouvant.

4 – Nocturama de Bertrand Bonello : Un trip sensoriel prenant un sujet brûlant pour en faire un exercice de style électrisant à la croisée des genres. Virtuose et stupéfiant.

5 – Dernier train pour Busan : Un tour de grand huit, aux ruptures de ton parfaitement gérées, comme le cinéma coréen en est coutumier. Le blockbuster de l’année, qui n’aura réalisé qu’un peu plus de 270.000 entrées en France.

6 – Room : Film à Oscars peut-être, mais ça ne l’empêche pas d’être un drame psychologique déboussolant qui laisse une profonde empreinte dans l’esprit du spectateur. L’interprétation est de haut niveau.

7 – La Tortue Rouge : Le film d’animation de l’année. Poétique et d’une simplicité désarmante, le film raconte la vie, avec un visuel subjuguant de beauté.

8 – The Revenant : Même s’il n’a pas fait l’unanimité, il faut quand même être sacrément mauvais public pour bouder son plaisir devant cet énorme morceau de cinéma sensoriel, où l’essentiel passe par la mise en scène hallucinante d’immersion et le jeu habité de DiCaprio. On en ressort groggy.

9 – Ma Loute de Bruno Dumont : Une comédie jusqu’au-boutiste dans sa loufoquerie, somptueuse formellement, et dominée par un Fabrice Luchini en très grande forme. Certaines scènes sont inoubliables.

10 – Les Huit Salopards : Du grand Tarantino, qui derrière sa décontraction, raconte son pays avec une radicalité surprenante et des bouffées de violence extrême. Les dialogues sont une fois de plus mémorables, et le score de Ennio Morricone fera date.

11 – Poesia sin fin : Alejandro Jodorowsky continue de raconter son histoire à sa façon poétique et libre. Extrêmement stimulant et touchant.

12 – – l’héritage de Rocky Balboa de Michael B. Jordan : Même si c’est classique, difficile de ne pas vibrer devant un tel film. Sylvester Stallone est génial, sans aucune ironie.

13 – Tu ne tueras point de Mel Gibson : Jamais la guerre n’aura été filmée avec une telle rage, et le pire est que l’on se dit que cela doit être encore pire en vrai. Un gros morceau de cinéma qui fera date.

14 – Aquarius : Brillant, romanesque et porté par une Sonia Braga vibrante. On se demande ce qu’il est passé par la tête du jury du dernier festival de Cannes pour oublier ce film au palmarès.

15 – La Terre et l’ombre de César Acevedo : Rude et somptueux, du cinéma d’Amérique du Sud typique, très exigeant, mais d’une beauté qui laisse extatique, si l’on accepte son rythme lent.

les huit salopards 8

Le Top de David Huriot

1) The Revenant, 2) Les 8 Salopards, 3) Jodorowsky’s Dune de Frank Pavich, 4) Tout En Haut Du Monde de Rémi Chayé, 5) Elle, 6) Kubo et l’armure Magique, 7) Le Garçon et la Bête de Mamoru Hosoda, 8) Dernier Train pour Busan, 9) The Strangers, 10) Sing Street, 11) Truman, 12) Room, 13) The Witch, 14) Manchester By The Sea, 15) Ma Loute, ex-aequo avec The Nice Guys de Shane Black

Mentions spéciales DTV/VOD/SVOD :
de Ramin Bahrani
The Diary Of A Teenage Girl de Marielle Heller
The Invitation de Karyn Kusuma
Mi Gran Noche d’Álex de la Iglesia
The Wolfpack de Crystal Moselle

Mentions spéciales « On cherche un distributeur » :
de Taika Waititi
I Am A Hero de Shinsuke Sato
Love & Peace de Sono Sion
The Mermaid de Sono Sion
Swiss Army Man de Daniel Kwan et Daniel Scheinert

Mention très spéciale : – Fury Road : Black And Chrome Edition de George Miller

rester vertical 4

Le Top de Justine Monchecourt

1 – Toni Erdmann 2) Rester Vertical, 3) La Tortue Rouge, 4) Le Ruisseau, le pré vert et le doux visage de Yousry Nasrallah, 5) Personal Shopper d’Olivier Assayas, 6) Midnight special de Jeff Nichols, 7) Julieta de Pedro Almodóvar, 8) Dans ma tête, un rond-point de Hassen Ferhani, 9) Paterson, 10) Carol, 11) Mad Love in New York de Ben et Josh Safdie, 12) L’avenir, 13) Juste la fin du monde, 14) Elle, 15) La Loi de la Jungle

frantz 9

Le Top de Julia Montagu

  • 1 – Toni Erdmann : aussi drôle qu’émouvant
  • 2 – Frantz : une adaptation réussie de Lubitsch et Rostand, qui sublime et enrichit la thématique de la guerre
  • 3 – de Julio Medem : un beau portrait de femme et de vie
  • 4 – Les Innocentes : poignant
  • 5 – Captain fantastic : une bouffée d’oxygène
  • 6 – La Danseuse de Stéphanie Di Giusto : un superbe jeu d’acteur et un réel rendu esthétique
  • 7 – Néon demon  : une thématique et une esthétique fascinantes
  • 8 – Apnée de Jean-Christophe Meurisse : Original ! Hors norme !
  • 9 – Equals de Drake Domremus (sortie VOD) : là encore une thématique et une esthétique intéressantes
  • 10 – Aquarius : un portrait de femme poignant, qui s’inscrit dans la lignée d’Erin Brockovitch
  • 11 – Personal shopper : une réflexion intéressante
  • 12 – Elle : performance d’actrice et un comique véritable malgré le scénario noir
  • 13 – L’avenir : un petit peu de philosophie…
  • 14 ex-aequo : Zootopie de Byron Howard et Rich Moore et Anomalisa de Charlie Kaufman et Duke Johnso

sitges-2016-swiss-army-man-paul-dano-daniel-radcliffe

Le Top de OGB

  • 1 – Premier contact

Après Enemy, Denis Villeneuve nous montre qu’il fait partie de ces grands réalisateurs qui utilisent toutes les facettes du cinéma pour s’exprimer. Une oeuvre superbe qui fait du bien en ces temps où la communication a disparu au profit des conflits. Elle va changer à jamais votre perception du temps et des relations. Enfin un film de science-fiction qui choisit de travailler ses dialogues, son scénario plutôt qu’uniquement ses effets visuels.

  • 2 – Swiss army man (sortie VOD)

Tellement drôle, tellement fou, tellement jusqu’au-boutiste et ça reste touchant.

  • 3 – Dernier train pour Busan

World War Z en bien, en vraiment bien. Enfin un personnage principal qui n’est pas un héros. Une oeuvre qui nous fait comprendre le sens même d’être parent. En plus, les scènes de tensions sont parfaitement gérées et on passe son temps à rester bouche bée.

  • 4 – Détour de Christopher Smith (sortie VOD)

Une leçon de montage. Tout simplement une leçon de montage.

  • 5 – Sausage party de Conrad Vernon et Greg Tiernan

Laissez tomber les films d’animation Disney, Pixar ou Dreamworks et allez voir Sausage Party. Entre adultes bien entendu. C’est drôle, certes très lourd, mais surtout très juste avec un deuxième niveau de lecture tout à fait pertinent.

  • 6 – Les Huit Salopards

À ranger parmi les meilleurs Tarantino. Des dialogues acérés et une scène finale en apothéose.

  • 7 – Room

Un sujet grave, traité avec sobriété, tout cela en nous faisant réfléchir sur notre rapport au monde qui nous entoure.

  • 8 – The Neon Demon

Une plongée dans l’enfer des strasses et paillettes très esthétique. Un film glaçant et beau. En gros la mode c’est du cannibalisme.

  • 9 – X-men: Apocalypse de Bryan Singer

La scène où Vif-Argent sauve les élèves d’une explosion…la scène où Vif-Argent sauve les élèves d’une explosion…la scène où Vif-Argent sauve les élèves d’une explosion…la scène où Vif-Argent sauve les élèves d’une explosion.

  • 10 – Les Animaux Fantastiques de David Yates

Ou comment agrandir son univers de façon pertinente sans se reposer uniquement sur du fan service.

  • 11 – Spotlight

Un film qui pour une fois critique en bien les journalistes. Intéressant et déprimant.

  • 12 – Ave, César!

Les frères Cohen nous parlent d’Hollywood avec beaucoup d’humour et de cynisme. Chaque acteur y est parfait.

  • 13 – Rogue One: A star wars story de Gareth Edwards

Oui, les persos sont clichés et peu attachants. Oui, le robot est un rip-off de celui d’Interstellar en moins bien. Mais la deuxième partie est si puissante. Riche en mélancolie et en action.

Pour les trouvailles visuelles et l’inventivité de sa mise en scène.

  • 15 – Zootopia

Film d’animation très sympathique qui prône de bonnes valeurs. Mais si vous êtes adultes et que vous avez de l’humour allez voir Sausage Party !

zootopie

Le Top d’Atlantide Pereira

1) Zootopie, 2) Rogue One : A Star Wars Story, 3) Dr Strange, 4) Star Trek Sans Limites de Justin Lin, 5) Le Livre de la Jungle de Jon Favreau, 6) Les Animaux Fantastiques, 7) Miss Peregrine et les enfants particuliers de Tim Burton, 8) Ballerina de Éric Summer et Éric Warin, 9) Les Sept Mercenaires d’Antoine Fuqua, 10) Eddie The Eagle de Dexter Fletcher, 11) La Tortue Rouge, 12) de Derek Cianfrance, 13) Deadpool, 14) Beauté Cachée de David Frankel, 15) Creed L’héritage de Rocky Balboa

neon-demon-001

Le Top de Nicolas Santal

Le top 4 m’apparaît comme une évidence, et forme – à mes yeux bien sûr – « l’élite » des long-métrages sortis cette année. Quatre films importants, de quatre réalisateurs d’origine différente, qui sortent du lot. Le reste a quand même été un plaisir à voir, sans toute fois posséder le petit plus du très grand film. On notera qu’une seule réalisatrice est présente dans ce top (Maren Ade). Pour autant, cette année peut être plus que les précédentes, les femmes auront été au centre de nombreux films (et pas des moindres!), peut-être un pas de plus dans leur représentation (souvent inégale) sur grand écran. Ainsi le nouveau film de Refn tourne autour de l’obsession du mannequinat, porté par une Elle Fanning épatante. Et que dire de Mademoiselle de Park Chan-wook, dans lequel les deux héroïnes se rebellent contre une société peuplée d’hommes pervers, ou encore du Elle de Paul Verhoeven, avec la toujours géniale Isabelle Huppert ! N’oublions pas non plus Carol, avec son histoire d’amour entre Rooney Mara et Cate Blanchett, Toni Erdmann avec sa « working-girl » insensible aux tentatives de son père pour la sauver d’une vie faite que de travail, voire 10 Cloverfield Lane et son héroïne séquestrée, loin d’être une demoiselle en détresse …

1 – The Neon Demon de Nicolas Winding Refn
2 – Nocturama de Bertrand Bonello
3 – Mademoiselle de Park Chan-wook
4 – Poésie sans fin de Alejandro Jodorowsky
5 – The Nice guys de Shane Black
6 – Carol de Todd Haynes
7 – La Tortue rouge de Michael Dudok de Wit
8 – Dernier train pour Busan de Yeon Sang-ho
9 – Premier contact de Denis Villeneuve
10 – The Revenant de Alejandro G. Inárritu
11 – Elle de Paul Verhoeven
12 – Paterson de Jim Jarmusch
13 – Midnight Special de Jeff Nichols
14 – Toni Erdmann de Maren Ade
15 – Kubo et l’armure magique de Travis Knight

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Pascal Le Duff

Cet article a été écrit par Pascal Le Duff, rédacteur en chef cinéma sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles