Test DVD : Alors on danse

0
824

Alors on danse

France : 2022
Réalisation : Michèle Laroque
Scénario : Michèle Laroque, Stéphane Ben Lahcene
Acteurs : Michèle Laroque, Isabelle Nanty, Thierry Lhermitte
Éditeur : TF1 Studio
Durée : 1h24
Genre : Comédie
Date de sortie cinéma : 16 mars 2022
Date de sortie DVD : 20 juillet 2022

Bien décidée à reprendre sa vie en main après avoir découvert les infidélités de son mari, Sandra se réfugie chez sa sœur Danie. A l’opposé l’une de l’autre, elles se retrouvent autour de leur passion commune : la danse. Avec les pieds nickelés de la chorégraphie Lucien et Roberto, des amis de sa sœur, Sandra trouve enfin la liberté et le grain de folie qui manquaient à sa vie. Une nouvelle vie commence : parce qu’on a tous le droit à une deuxième danse !

Le film

[3/5]

En France, on a toujours un peu de mal avec la notion de « remake » au cinéma. Dans le pays des frères Lumière, du cinéma d’Auteur et de la Nouvelle Vague, l’idée de reproduire une œuvre d’Art en provenance d’un autre pays a toujours entraîné avec elle un vague sentiment de honte, alors même que nos voisins en Espagne ou en Italie n’ont jamais tellement hésité à le faire. Pourtant, depuis quelques années, on a vu apparaître en France au cinéma et à la télévision une poignée de remakes, ayant dans l’ensemble l’étrange particularité d’être des remakes « inavoués » : leur nature d’adaptation fut ainsi le plus souvent dissimulée au public au moment de leur sortie.

Le phénomène du remake inavoué s’est ainsi multiplié en France ces dernières années, surtout dans le domaine de la comédie : Et ta sœur (Marion Vernoux, 2016) est un remake de Ma meilleure amie, sa sœur et moi (2012). Un homme à la hauteur (Laurent Tirard, 2016) est un remake de Corazón de león (2013). Just a Gigolo (Olivier Baroux, 2019) est un remake de How to Be a Latin Lover (2017). Les Fantasmes (Stéphane et David Foenkinos, 2020) est un remake de If you love me (2014). Pourris gâtés (Nicolas Cuche, 2021) est un remake de Nosotros los Nobles (2013). Coupez ! (Michel Hazanavicius, 2022) est un remake de Ne coupez pas ! (2017). Et, bien sûr, le film qui nous intéresse aujourd’hui, Alors on danse (Michèle Laroque, 2022), est un remake du film britannique de Richard Loncraine intitulé Finding your feet (2017).

Un point commun semble réunir ces comédies cependant : celui de ne pas avoir trouvé son public. Si l’on excepte Un homme à la hauteur, qui avait réuni 700.000 entrées dans les salles, et peut-être Pourris gâtés, qui avait attiré 440.000 spectateurs auxquels il convient d’ajouter un large public sur Netflix par le biais de VPN, tous ces films se sont vautrés au box-office, comme si leur nature de « photocopie » avait été immédiatement ressentie par le public malgré les efforts déployés pour la dissimuler. Alors on danse n’est ainsi parvenu à attirer que 235.000 spectateurs dans les salles obscures, malgré une campagne de promo intensive doublée d’une tournée pour accompagner le film par le biais d’une série d’avant-premières à travers toute la France.

Alors on danse peut-il pour autant être considéré comme le Finding your feet de chez Wish ? Pas tout à fait, rassurez-vous : même si Michèle Laroque et son co-adaptateur Stéphane Ben Lahcene n’ont pas changé grand-chose au scénario du film anglais (la principale modification dans le récit est que le personnage de la sœur mourait à la fin du film d’origine), la personnalité des acteurs, et en particulier d’Isabelle Nanty, parvient tout de même régulièrement à accrocher l’intérêt du spectateur. Le duo qu’elle forme à l’écran avec Michèle Laroque est efficace, et son tempérament comique allié à son sens inné de la punchline permettent ponctuellement au film de nous arracher quelques sourires. Le danseur et chorégraphe Sofiane Chalal fait également preuve d’une sacrée présence à l’écran, et Alysson Paradis s’avère convaincante lors des deux/trois séquences dans lesquelles elle apparait.

Pour le reste, Alors on danse souffre malheureusement d’un manque flagrant d’ambition formelle, et Michèle Laroque ne parvient pas à insuffler la vie nécessaire dans ses scènes de danse, qui ne réussissent jamais réellement à apporter au film l’énergie dont il aurait besoin. Et si les acteurs sont globalement bien dirigés, les personnages masculins du film, incarnés par Thierry Lhermitte, Patrick Timsit, Jean-Hugues Anglade ou encore Antoine Duléry, s’avèrent complètement transparents, sans âme et sans intérêt. Des coquilles vides. Dommage !

Le DVD

[4/5]

Si Alors on danse n’a pas rencontré le succès escompté dans les salles, le film de Michèle Laroque aura l’occasion de s’offrir une séance de rattrapage au format DVD, sous les couleurs de TF1 Studio. Le DVD nous permettra d’ailleurs de découvrir ce petit film dans des conditions tout à fait satisfaisantes. L’éditeur est rodé depuis de nombreuses années au format DVD, et nous propose une nouvelle fois un master sans faille : définition, piqué et couleurs composent parfaitement avec les limites d’un encodage en définition standard. Côté son, la version française est proposée en Dolby Digital 5.1, dans un mixage dynamique et bien enveloppant, toujours clair malgré la profusion de personnages s’exprimant parfois en même temps. Un mixage Dolby Digital 2.0 est également disponible, et s’avérera sans doute plus cohérent si vous visionnez Alors on danse sur un simple téléviseur.

Dans la section bonus, l’éditeur nous propose de nous plonger dans un entretien avec Michèle Laroque, Isabelle Nanty et Sofiane Chalal (13 minutes). Sans jamais citer le film original, l’actrice / réalisatrice reviendra notamment sur les thématiques qu’elle voulait aborder à travers le scénario d’Alors on danse, puis évoquera les acteurs, les chorégraphies signées Sofiane Chalal ou l’ambiance sur le tournage.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici