Test Blu-ray : OSS 117 – Alerte rouge en Afrique noire

1
1092

OSS 117 – Alerte rouge en Afrique noire

France : 2021
Titre original : –
Réalisateur : Nicolas Bedos
Scénario : Jean-François Halin, Nicolas Bedos
Acteurs : Jean Dujardin, Pierre Niney, Fatou N’Diaye
Éditeur : Gaumont
Durée : 1h57
Genre : Comédie
Date de sortie cinéma : 4 août 2021
Date de sortie DVD/BR : 8 décembre 2021

1981. Hubert Bonisseur de La Bath, alias OSS 117, est de retour. Pour cette nouvelle mission, plus délicate, plus périlleuse et plus torride que jamais, il est contraint de faire équipe avec un jeune collègue, le prometteur OSS 1001…

Le film

[3/5]

La carrière de Jean Dujardin stagne dangereusement depuis une dizaine d’années : l’aura dont il a bénéficié en 2011 avec le succès de The Artist s’est estompée, et ses choix de carrière ne sont plus en phase avec le public depuis de longues années. De fait, alors qu’il ne voulait pas en entendre parler il y a encore quelques mois, décision fut finalement prise de ressortir le personnage d’Hubert Bonisseur de la Bath – alias OSS 117 – du placard.

Douze ans après OSS 117 – Rio ne répond plus, Jean Dujardin a donc pris le parti de ré-enfiler le costard étriqué du personnage d’espion franchouillard et borderline dans OSS 117 – Alerte rouge en Afrique noire, qui permet au scénariste historique de la série Jean-François Halin d’aborder de front l’épineux sujet de la « Françafrique » par le biais d’un personnage sans filtre, aux valeurs d’un autre temps, un peu à la Eric Zemmour, tiens – raciste, homophobe, misogyne, le personnage devra ici tenter, par souci de diplomatie, de contenir ses préjugés. Mais chassez le naturel…

La plume de Jean-François Halin est toujours aussi fine, et vise particulièrement juste quand il s’agit de dénoncer les petits et gros travers de la France. OSS 117 – Alerte rouge en Afrique noire contient de fait quelques passages savoureux, et bien sûr, les retrouvailles avec OSS 117 sont globalement agréables. Pour autant, la mayonnaise ne prend jamais réellement, peut-être à cause d’un contexte géopolitique qui prend ici d’avantage le pas sur le récit que dans les deux films précédents, ce qui le rend moins drôle, moins vif, plus cynique, presque sombre.

Le problème vient peut-être aussi tout simplement du fait que l’intrigue semble un peu trop centrée sur le personnage d’OSS 117, quand un format « choral » dans la lignée de la série Au service de la France lui aurait probablement permis de se diversifier d’avantage. C’est d’ailleurs d’autant plus dommage que Jean-François Halin profite de OSS 117 – Alerte rouge en Afrique noire pour introduire « officiellement » trois personnages d’Au service de la France dans l’univers OSS 117 – Karim Barras (Jacky Jacquard), Bruno Paviot (Roger Moulinier) et Jean-Édouard Bodziak (Jean-René Calot) apparaissent en effet au début du film.

Peu séduit par le scénario du film, Michel Hazanavicius n’avait pas souhaité remettre le couvert, et le projet arriva finalement entre les mains de Nicolas Bedos, qui dut composer avec la nouvelle tonalité du métrage, malheureusement sans parvenir à insuffler un rythme solide à OSS 117 – Alerte rouge en Afrique noire. Nicolas Bedos ne démérite pourtant pas, et malgré des effets spéciaux d’un autre âge, livre plutôt un beau boulot côté réalisation. Cependant, rien n’y fait : l’ensemble donne toujours vaguement l’impression de tourner à vide, et la pluie de gags qui rythmaient les deux premiers épisodes de la saga laissent ici la place à quelques éclats de rire un peu trop espacés dans le temps.

Malgré une exploitation rendue difficile par la période post-pandémique, OSS 117 – Alerte rouge en Afrique noire est tout de même parvenu à réunir 1,7 millions de français dans les salles cet été : c’est moins que les deux précédents films bien entendu, mais étant donné le contexte sanitaire, les nombreuses années qui séparent le deuxième volet de celui-ci et, ne nous voilons pas la face, le côté extrêmement décevant de ce troisième épisode, on ne peut finalement que saluer la jolie performance du film de Nicolas Bedos. On n’est pas sûr cependant que les scores du film – inférieurs à ceux de Lucky Luke et de Brice 3 – permettront à Jean Dujardin de retrouver le cœur des français, ni si le film parviendra réellement à donner l’impulsion nécessaire au redémarrage de sa carrière.

Le Blu-ray

[4,5/5]

Le Blu-ray de OSS 117 – Alerte rouge en Afrique noire nous arrive aujourd’hui sous la bannière de Gaumont, et force est de constater qu’ Hubert Bonisseur de la Bath bénéficie ici d’un transfert Haute Définition proche de la perfection. Chaque plan affiche une beauté exemplaire, rendant clairement hommage à la photo du film signée Laurent Tangy, les couleurs sont chaudes, profondeur de champ et piqué sont au meilleur de leur forme et offrent une quantité incroyable de détails. Les contrastes sont francs, et les noirs profonds : il s’agit d’une une superbe galette. Côté son, OSS 117 – Alerte rouge en Afrique noire s’offre également une belle réussite acoustique, avec un mixage DTS-HD Master Audio 5.1 : chaque canal sait se faire remarquer, les effets multidirectionnels sont nombreux et précis, les dialogues sont cristallins, et les surrounds nous proposent de puissants retours arrières, facilitant l’immersion. Du beau travail acoustique. On notera également que Gaumont n’oublie pas les cinéphiles qui visionnent leurs films à domicile sans utiliser de Home Cinema, puisque l’éditeur nous propose également un mixage DTS-HD Master Audio 2.0 plus cohérent si vous visionnez OSS 117 – Alerte rouge en Afrique noire sur un « simple » téléviseur.

Du côté des suppléments, on trouvera tout d’abord un entretien avec Jean Dujardin (20 minutes). D’une façon très étrange, l’acteur nous donnera l’impression de se justifier pendant toute la durée de son intervention, de chercher des arguments afin de se convaincre lui-même que ce troisième opus d’OSS 117 est tout aussi réussi que les précédents, et complémentaire avec eux. Selon lui, le film prend donc son temps avant de faire rire, il « infuse », et il faudra le voir et le revoir avant de le trouver drôle. L’absence de Michel Hazanavicius est selon lui compensée par une autre somme de talents : les dialogues de Jean-François Halin, la vision de Nicolas Bedos (très basée sur le mouvement) et la gourmandise des acteurs. Il nous affirme ainsi qu’il ne fera « jamais un OSS 117 pour de mauvaises raisons » – sa carrière en chute libre n’est donc pas l’explication au retour de l’espion français. Non non. Hola ! Non.

Jean Dujardin saluera ainsi la finesse et le côté « très malin » et « troisième degré » du script de OSS 117 – Alerte rouge en Afrique noire, ce que « certains » n’ont pas compris. Ainsi, l’acteur affirme le plus sérieusement du monde que le Covid a empêché l’équipe de tourner à travers la France afin de présenter le film aux spectateurs, de leur expliquer qu’il était « plus malin de le jouer comme ça », et donc de leur donner les bonnes « clés de lecture ». Ça serait pas un peu condescendant, ça ? Ho non, pensez-vous, les gens sont juste trop cons pour comprendre la finesse et la subtilité qu’on leur donne – figurez-vous que Dujardin nous explique également que lors des premières projections d’OSS 117 – Le Caire, nid d’espions en 2006, il n’y avait « pas un rire dans les salles », tout simplement parce que les spectateurs n’avaient pas « la lecture », et qu’il avait fallu lui donner les clés de la compréhension du film. Mais bien sûr…

On poursuivra avec un entretien avec Jean-François Halin (20 minutes). Beaucoup plus modeste que l’acteur principal, il reviendra donc sur l’écriture du film, nous donnant sa note d’intention. Françafrique, clivage droite / gauche, jeu sur le temps… Il évoquera l’excellente idée qu’il avait eu pour la première séquence du film (mais qui fut considéré comme « trop cher »), ainsi que les références au vieillissement d’Hubert Bonisseur de la Bath, les influences conscientes quant à la construction de ce « nouveau » personnage, qu’il voit comme un mélange de Jacques Chirac et du Jean-Pierre Marielle issu du cinéma de Joël Séria. Il ne ferme évidemment pas la porte à un quatrième épisode des aventures d’OSS 117. On terminera ensuite avec la traditionnelle bande-annonce.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici