Test Blu-ray : Les Minions 2 – Il était une fois Gru

0
709

Les Minions 2 – Il était une fois Gru

États-Unis : 2022
Titre original : Minions – The Rise of Gru
Réalisation : Kyle Balda
Scénario : Matthew Fogel, Brian Lynch
Acteurs (VO) : Steve Carell, Taraji P. Henson, Michelle Yeoh
Éditeur : Universal Pictures
Durée : 1h28
Genre : Animation
Date de sortie cinéma : 6 juillet 2022
Date de sortie DVD/BR : 16 novembre 2022

Alors que les années 70 battent leur plein, Gru qui grandit en banlieue au milieu des jeans à pattes d’éléphants et des chevelures en fleur, met sur pied un plan machiavélique à souhait pour réussir à intégrer un groupe célèbre de super méchants, connu sous le nom de Vicious 6, dont il est le plus grand fan. Il est secondé dans sa tâche par les Minions, ses petits compagnons aussi turbulents que fidèles. Avec l’aide de Kevin, Stuart, Bob et Otto – un nouveau Minion arborant un magnifique appareil dentaire et un besoin désespéré de plaire – ils vont déployer ensemble des trésors d’ingéniosité afin de construire leur premier repaire, expérimenter leurs premières armes, et lancer leur première mission. Lorsque les Vicious 6 limogent leur chef, le légendaire Will Karnage, Gru passe l’audition pour intégrer l’équipe. Le moins qu’on puisse dire c’est que l’entrevue tourne mal, et soudain court quand Gru leur démontre sa supériorité et se retrouve soudain leur ennemi juré. Contraint de s’enfuir, il n’aura d’autre choix que de se tourner vers Will Karnage lui-même, afin de trouver une solution, rencontre qui lui permettra de découvrir que même les super méchants ont parfois besoin d’amis…

Le film

[3/5]

En l’espace d’une petite douzaine d’années, les Minions sont devenus une véritable poule aux œufs d’or pour Illumination Entertainment et Universal Pictures. Imaginés par Pierre Coffin et Chris Renaud pour le film Moi, moche et méchant en 2010, ces petites créatures jaunes, tout autant inspirées des Lapins Crétins que des Gremlins, n’en finissent pas de remplir les tiroirs-caisses des producteurs Hollywoodiens. Après plusieurs films, des courts-métrages et des centaines de produits dérivés, la franchise ne montre toujours aucun signe de faiblesse. Pour s’en convaincre, il suffira de jeter un œil sur les chiffres réalisés à l’international par Les Minions 2 : Il était une fois Gru, un nouveau film suivant l’ascension de Gru dans le petit monde des Super-Méchants, alors qu’il avait 11 ans dans les années 1970 – avant même son exploitation en vidéo, le film flirte déjà avec le milliard de dollars de recettes, et a attiré presque quatre millions de français dans les salles.

La recette de ce succès reste inchangée depuis 2010 : Les Minions 2 : Il était une fois Gru nous propose une intrigue réduite à sa plus simple expression, mais permettant aux Minions de nous livrer encore plus de pitreries loufoques de la part des Minions, qui plongent dans un chaos hilarant chaque scène au cœur de laquelle ils apparaissent. Le film nous transporte donc en plein cœur des années 70 : Gru, seulement âgé de 11 ans, veut devenir un Super-Méchant. Lorsqu’il reçoit une invitation à rejoindre les Vicious 6, la plus grande équipe de super-vilains en activité, il est aux anges. Mais l’entretien d’embauche tourne mal, et Gru se retrouve poursuivi par les Vicious 6 ainsi que par l’un de ses anciens membres, Will Karnage (doublé en français par Gérard Darmon). Mais ce seront bien sûr les Minions qui sauveront la situation…

A n’en point douter, Les Minions 2 : Il était une fois Gru offrira aux fans de la franchise exactement ce qu’ils sont venus y chercher : à savoir un mélange d’action et de gags stupides assurés par les Minions, toujours doublés dans une espèce d’espéranto impossible par Pierre Coffin lui-même. C’est là que se situent à la fois la principale qualité et le plus gros défaut du film : le spectateur est installé dans une espèce de « routine », qui s’avère certes souvent très amusante (les passages enflammés en mode « Unleash the Beast » dans le dernier quart d’heure sont vraiment très, très drôles) mais qui donnent malheureusement aussi l’impression d’un manque d’ambition de la part des auteurs du film. Les Minions étaient relativement « frais » il y a une douzaine d’années, mais ils semblent maintenant faire partie du paysage au sein du cinéma d’animation : ni leur dialecte ni leurs pitreries n’ont réellement évolué, et le résultat au final s’avère certes drôle, mais prévisible, et dans un an, on confondra Les Minions 2 : Il était une fois Gru avec les autres films de la série, et on aura bien du mal à déterminer si telle scène est tirée de tel ou tel film. « Celui où Bob mange du savon et s’envole jusqu’à la lune, c’est lequel ? Moi moche et méchant 1 ou Les Minions ? »

La seule originalité du film réside dans son cadre temporel : Les Minions 2 : Il était une fois Gru se déroule dans les années 70, et les clins d’yeux au cinéma de l’époque sont nombreux, et occasionnellement réussis. Visuellement en revanche, la maîtrise technique des équipes d’Illumination Entertainment n’en finit pas de nous émerveiller : le film est vraiment magnifique, plein de couleurs et de vie. Le casting vocal est également très réussi, avec une poignée de nouveaux venus (Dolph Lundgren, Jean-Claude Van Damme, RZA, Lucy Lawless) qui ajoutent un peu de leur style et de leur fantaisie à l’univers des Minions.

Le Blu-ray

[4/5]

Le Blu-ray de Les Minions 2 : Il était une fois Gru édité par Universal Pictures s’avère un exemple parfait de ce qui se fait de mieux en Haute-Définition en matière d’immersion et de confort de visionnage. Pas la peine de chercher la petite bête, le transfert de ces nouvelles aventures des Minions est littéralement sublime et ne pourra être pris en défaut : le Blu-ray du film nous propose un piqué, des textures et des couleurs d’une richesse impressionnante. Même sur les plans larges, c’est impeccable, irréprochable, avec des noirs profonds et une profondeur de champ exceptionnelle. Côté enceintes, c’est un feu d’artifice sonore ininterrompu et époustouflant avec une VO encodée en Dolby Atmos : le mixage en envoie plein les esgourdes et fait littéralement trembler les murs pendant les scènes d’action – on appréciera tout particulièrement la délirante scène finale, qui nous propose une spatialisation de OUF. La VF n’est pas en reste, puisqu’elle est proposée en Dolby Digital+ 7.1 et se démène comme une diablesse pour remuer le spectateur dans son fauteuil ; le caisson de basses ne connaît pas le repos, les effets multicanaux rivalisent de puissance et de finesse : c’est du grand Art.

Comme souvent avec les Blu-ray édités par Universal, la section suppléments s’avère particulièrement informative et sympathique, avec des bonus très ludiques et agréables – on commencera avec deux courts-métrages mettant en scène les Minions : Minion Post-moderne (4 minutes), qui évolue dans le milieu de l’Art contemporain, et Minions et Monstres (4 minutes), qui met en scène une partie de « Donjons et Dragons » à la sauce Minions. On continuera ensuite avec une Scène prolongée (1 minute), les profils des personnages (16 minutes), avec la présentation des acteurs assurant leur doublage, un bêtisier (3 minutes), ainsi qu’avec une featurette revenant sur les différentes étapes de l’animation (6 minutes), une autre revenant sur le contexte 70’s du film (5 minutes) et une troisième revenant sur les Arts martiaux utilisés dans le film (4 minutes). Enfin, on terminera avec l’interactivité destinée aux plus petits : on commencera avec les traditionnels tutoriels de dessin (11 minutes), qui nous apprendront cette fois à dessiner un Minion, Gru et Stuart en mode Kung Fu, mais on aura également droit à un tuto pour se construire un repaire de Minions (10 minutes) et de nouveaux costumes pour vos peluches Minions (7 minutes).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici