News — 04 juin 2019
Le box-office de la semaine du 22 mai 2019
© Metropolitan Filmexport Tous droits réservés

L’hémorragie d’entrées du box-office français a été quelque peu stoppée en cette semaine 21, allant du 22 au 28 mai. Le cumul hebdomadaire reste en effet quasiment stable, avec exactement 28 888 spectateurs en moins par rapport à la semaine dernière, à un niveau un peu faiblard pour la saison d’environ 2 400 000 de tickets vendus. On a donc évité tout juste le record négatif dans lequel les chiffres de la fréquentation des cinémas français s’étaient engouffrés l’année dernière pour deux semaines consécutives. Sinon, rien de particulier n’est à signaler sur la globalité des résultats de cette semaine, si ce n’est le déclin supplémentaire de la part de marché du cinéma français, qui s’établit désormais à moins d’un quart des spectateurs. De quoi nous préparer aussi sereinement que fatalement à un nouvel été sous le signe des productions hollywoodiennes.

Guy Ritchie ne dispose certainement pas du même cachet que Tim Burton auprès du public français. Par contre, l’univers de suscite apparemment un élan de nostalgie au moins comparable, voire supérieur à celui de Dumbo, avec en plus le bonus commercial de Will Smith, la vedette internationale aux onze films millionnaires sur le marché français depuis le début du siècle, qui a su attraper au vol la vague des réseaux sociaux comme le démontre sa chaîne Youtube avec près de cinq millions et demi d’abonnés. Le remake en prises réelles du classique Disney de 1993 démarre par conséquent au même niveau que Dumbo deux mois plus tôt, avec un avantage négligeable de moins de 13 000 spectateurs. Reste à démontrer qu’il pourra faire preuve de la même stabilité que le petit éléphant volant, qui avait terminé son parcours français à près de 2 300 000 de spectateurs, le coup de pouce des vacances de Pâques aidant évidemment. Arrivé deuxième, John Wick Parabellum de Chad Stahelski remplit déjà plus confortablement son contrat, puisqu’il arrive à cumuler en une seule semaine autant d’entrées que le film précédent de l’univers, sorti en février 2017. Les sorties cannoises ne font guère le poids face à ces mastodontes américains : avec deux jours d’exploitation en moins, de Justine Triet s’en sort toujours mieux que le nouveau Lelouch, Les Plus belles années d’une vie et ses retrouvailles entre Anouk Aimée et Jean-Louis Trintignant, 53 ans après Un homme et une femme, sa Palme d’or à Cannes en 1966 et ses plus de quatre millions d’entrées lors de sa sortie initiale.

En continuation, le film d’ouverture réalisé par Jim Jarmusch ne trouve pas son public et enregistre la plus forte baisse du Top 10. Contrairement au prix d’interprétation masculine, de Pedro Almodovar, qui peut se vanter d’une belle stabilité, en guise de gage de la popularité presque inconditionnelle du réalisateur espagnol en France.

Voici les principaux chiffres du Top 10 du box-office français entre le mercredi 22 et le mardi 28 mai 2019 :

  1. Aladdin – distribué par Walt Disney Studios France – Nouveauté – 563 243 entrées cumulées – 23 % part de marché
  2. John Wick Parabellum – distribué par Metropolitan Filmexport – Nouveauté – 336 599 entrées cumulées – 14 % part de marché
  3. Douleur et gloire – distribué par Pathé – 2ème semaine / – 14 % – 205 379 entrées / 443 150 cumul – 9 % part de marché
  4. – distribué par Pathé – 4ème semaine / – 49 % – 181 916 entrées / 2 489 770 cumul – 8 % part de marché
  5. – distribué par Warner Bros. France – 3ème semaine / – 50 % – 176 730 entrées / 1 265 472 cumul – 7 % part de marché

6. – distribué par Walt Disney Studios France – 5ème semaine / – 54 % – 156 358 entrées / 6 496 155 cumul – 6 % part de marché

7. Sibyl – distribué par Le Pacte – Nouveauté – 124 696 entrées cumulées – 5 % part de marché

8. Les Plus belles années d’une vie – distribué par Metropolitan Filmexport – Nouveauté – 85 689 entrées cumulées – 4 % part de marché

9. – distribué par Universal Pictures France – 3ème semaine / – 44 % – 79 857 entrées / 476 045 cumul – 3 % part de marché

10. The Dead don’t die – distribué par Universal Pictures France – 2ème semaine / – 62 % – 70 547 entrées / 257 353 cumul – 3 % part de marché


Brightburn L’Enfant du mal © Sony Pictures Releasing France Tous droits réservés

Aux États-Unis, le week-end du Memorial Day, jour férié en hommage aux vétérans des guerres menées par l’armée américaine, a permis à Aladdin de faire le plein. Avec 116 millions de dollars sur quatre jours ou bien 91 millions de dollars sur trois jours, il fait deux fois mieux que Dumbo, qui avait rapporté à peine plus sur l’ensemble de sa carrière assez décevante dans les salles américaines. Le film de Guy Ritchie se classe même quatrième des meilleurs démarrages des remakes récents des films d’animation Disney, juste derrière Le Livre de la jungle de Jon Favreau sorti en 2016 et environ à la moitié des débuts tonitruants de La Belle et la bête de Bill Condon l’année suivante. A l’international, le génie d’Aladdin était également sorti avec fracas de sa lampe, bien que la part de la recette française, estimée à près de quatre millions de dollars, soit plutôt dérisoire, comparée aux dix-huit millions de dollars rapportés en Chine, aux neuf millions de dollars au Mexique, aux huit millions de dollars au Royaume-Uni ou encore aux six millions de dollars en Italie. Enfin, il s’agit du deuxième meilleur démarrage de la carrière de Will Smith, derrière Suicide Squad de David Ayer qui s’était imposé il y a trois ans avec 133 millions de dollars. Les autres sorties sur un parc large de salles se partagent équitablement les miettes laissées par le monopole potentiel de Disney, avec le film d’horreur Brightburn L’Enfant du mal de David Yarovesky qui a déjà amorti son budget modeste dès ses premiers jours à l’affiche, à l’image de la plupart des films de son genre façonnés à peu près convenablement, et la comédie d’adolescentes Booksmart de Olivia Wilde, bien reçue par la critique, mais un peu moins par le public, qui ne sortira pas en salles en France puisque elle y est d’ores et déjà disponible sur Netflix.

Voici les principaux chiffres du Top 5 du box-office américain pour le week-end se terminant le dimanche 26 mai 2019 :

  1. Aladdin – distribué par Buena Vista – Nouveauté – 91 500 929 $ cumulés
  2. John Wick Parabellum – distribué par Lionsgate – 2ème semaine / – 56 % – 24 587 676 $ / 101 226 617 $ cumul
  3. Avengers Endgame – distribué par Buena Vista – 5ème semaine / – 42 % – 17 200 742 $ / 798 532 478 $ cumul
  4. Pokémon Détective Pikachu – distribué par Warner Bros. – 3ème semaine / – 46 % – 13 416 259 $ / 116 238 881 $ cumul
  5. Brightburn L’Enfant du mal – distribué par Screen Gems – Nouveauté – 7 845 658 $ cumulés, sortie française le 26 juin

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Tobias Dunschen

Cet article a été rédigé par Tobias Dunschen, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles