DVD — 04 juin 2019
Test Blu-ray : 16 levers de soleil

 
France : 2018
Titre original : –
Réalisation :
Avec : , ,
Éditeur :
Durée : 1h57
Genre : Documentaire
Date de sortie cinéma : 3 octobre 2018
Date de sortie DVD : 4 juin 2019

 

S’envoler pour l’espace. C’est ce rêve que Thomas Pesquet a réalisé en décollant depuis la base de Baïkonour. A 450 kilomètres de la Terre, durant ces six mois où le monde semble basculer dans l’inconnu, un dialogue se tisse entre l’astronaute et l’oeuvre visionnaire de Saint Exupéry qu’il a emportée dans la station spatiale…

 


 

Le film

[3,5/5]

Du haut de ses 41 ans, avec son physique de rêve et sa gueule d’ange, Thomas Pesquet est sans aucun doute l’astronaute français le plus célèbre et le plus médiatisé depuis les débuts de la conquête spatiale en France. Son parcours aussi exceptionnel qu’incroyable a de quoi laisser rêveur, aussi le spationaute français a-t-il depuis quelques années été le sujet de nombreux articles, reportages, documentaires, livres et même d’une bande dessinée signée Marion Montaigne et intitulée « Dans la combi de Thomas Pesquet ». Dans le secteur qui nous intéresse, Pesquet avait déjà fait l’objet de deux documentaires en 2017, L’étoffe d’un héros et L’envoyé spatial, tous deux disponibles en Blu-ray et DVD.

2017 était d’ailleurs « l’année Thomas Pesquet », puisque de novembre 2016 à juin 2017, le spationaute a vécu six mois dans l’espace à l’occasion d’une mission baptisée Proxima. Un voyage hors-norme qu’il a d’ailleurs immortalisé en images et en réalité virtuelle : 196 jours de tournage à 450 kilomètres de la surface de la Terre, des heures et des heures de rushes et la compagnie de Saint-Exupéry, puisque l’astronaute avait emmené avec lui l’œuvre intégrale du papa du « Petit prince ».

Réalisé par Pierre-Emmanuel Le Goff à partir des centaines d’heures tournées par Thomas Pesquet, 16 levers de soleil est donc une ode à la beauté et à l’immensité de la planète bleue, qui s’impose donc au spectateur sur un mode poétique et extrêmement contemplatif. A la manière d’un livre d’images fascinantes de beauté, le film déroule une narration presque tournée vers la philosophie et l’introspection, remettant bien sûr en perspective la place de l’homme, grain de poussière dans l’univers. L’immensité cosmique confrontée à six mois de la vie de tous les jours et les petits rituels d’un homme seul face au vide. Et comme il semble avoir tous les talents, Thomas Pesquet nous gratifiera également de ses dons pour la musique, et en particulier pour le saxophone.

Indéniablement, 16 levers de soleil s’avère donc un film d’une beauté flamboyante. Mais il convient également de préciser que comme certains beaux livres d’images, le film de Pierre-Emmanuel Le Goff développe également un certain sentiment d’ennui, d’autant plus perceptible que le film dure deux heures. En deux mots, c’est très très beau… mais c’est un peu chiant. Mais qu’est-ce que c’est beau !

 

 

Le Blu-ray

[4/5]

Le film étant sensationnel d’un point de vue visuel, le Blu-ray de 16 levers de soleil édité par La vingt-cinquième heure fait littéralement des miracles, nous ravissant les mirettes quasiment à chaque seconde. L’image est d’une précision et d’une limpidité extraordinaire, la profondeur de champ est éblouissante, les couleurs explosives et les contrastes sont d’une solidité à toute épreuve. La définition est purement et simplement irréprochable, le piqué d’une précision à couper le souffle, on est vraiment en présence d’un Blu-ray somptueux. Côté son, la version française est proposée dans un mixage Dolby Digital 5.1 extrêmement efficace, riche en effets de spatialisation en tous genre, ample, fin et nous proposant une mémorable immersion au cœur du film.

Du côté des suppléments, La vingt-cinquième heure nous propose une série de featurettes superficielles mais intéressantes : on commencera tout d’abord avec le clip de « Into the Infinite » (interprété par Thomas Pesquet au saxophone), puis on poursuivra avec un le clip de« Peace » qui se déroulera sur montage photo de Thomas Pesquet. Les deux clips se compléteront d’une petite vidéo de Thomas Pesquet au saxophone. On continuera ensuite avec un court hommage à Saint-Exupéry au Panthéon (2 minutes) pour terminer avec le concours d’écriture « Le Petit Prince » organisé par l’astronaute français pendant son séjour dans la station spatiale : il s’agissait du tout premier concours d’écriture lancé depuis l’espace. On notera également la présence dans le boitier d’un livret de 30 pages consacré au film.

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles