Test Blu-ray : Comme un oiseau sur la branche

0
Et au final, devant la caméra solide et expérimentée de John Badham, Comme un oiseau sur la branche est devenu un véritable petit film culte, un OVNI que l’on se régalera à redécouvrir en famille trente ans après sa sortie. Véritable madeleine de Proust cinématographique, le film de Badham est un actioner 100% plaisir

Critique : Adolescentes

0
L'état des lieux de la société française actuelle que nous propose Sébastien Lifshitz est très intéressant et on s'attache aux deux adolescentes qui ont grandi devant sa caméra, même si, parfois, on les trouve injustes, voire horripilantes.

À voir sur Netflix : Tyler Rake – Badass au Bengladesh

0
Tyler Rake est un projet de longue date pour les frères Russo. Les premiers articles concernant la mise en chantier du film datent en effet de 2008. A la base, les deux frères devaient réaliser eux-mêmes l'adaptation de Ciudad, leur propre graphic novel, signé avec l'aide d'Ande Parks et Fernando León González.

À voir sur Netflix : Balle perdue – Pas perdue pour tout le monde

0
Balle perdue est porté par deux personnalités fortes. Le cinéaste Guillaume Pierret d'une part, repéré grâce à un excellent court-métrage en 2012 puis avec des vidéos tournées pour les rigolos de Golden Moustache. L'acteur Alban Lenoir d'autre part, promu ici coscénariste et directeur artistique...

À voir sur Netflix : Eurovision Song Contest – The Story of Fire Saga

0
Eurovision song contest – The story of Fire Saga s’inscrit parfaitement dans la filmographie de Will Ferrell, avec une comédie qui n’est pas dans la moquerie acerbe et l’humour cynique, mais propose au contraire une réelle tendresse pour son sujet et ses personnages de losers / rêveurs.

À voir sur Netflix : The old guard / Mercenaire for ever

0
The old guard est adapté du « premier arc » de la série de comics éponymes, sortis chez Image Comics en 2017 (puis chez Glénat en France, début 2019). Greg Rucka et Leandro Fernández ont repris la série parallèlement au tournage du film, proposant un deuxième chapitre dont le cinquième et dernier volume sortira d’ailleurs le 15 juillet 2020.

Test Blu-ray : Le justicier de New York (Un justicier dans la ville 3)

0
Dans les années 80 aux États-Unis, après l'élection de Ronald Reagan, les républicains se sentent pousser des ailes : comme pour appuyer la politique ultra-sécuritaire prônée par le gouvernement, la mode est alors aux films mettant en scène des vigilantes moustachus
80s-heros-de-film-action

Top 12 des meilleurs films d’action (génération 80-90)

3
Les années 80 et la première moitié des années 90 furent une période phare dans l’industrie du cinéma d’action. En tant qu’adolescents ayant grandi durant ces années bénies, nous avons établi le classement des meilleurs films d’action de cette génération pour votre plus grand plaisir.

Test Blu-ray : Laurin

0
Quand Laurin sort sur les écrans allemands en 1989, son réalisateur Robert Sigl n’a que 27 ans, et il ignorait probablement à l’époque qu’il tournerait assurément là le film de sa vie. Diamant noir et romantique, visuellement époustouflant, le film préfigure même une partie des délires visuels d’Hélène Cattet et Bruno Forzani sur Amer, qui serait pourtant tourné rien que vingt ans plus tard.

Test Blu-ray : Trilogie Majin

1
Jusqu’ici totalement inédite en France, que cela soit en Blu-ray, en DVD ou même sur support VHS, la Trilogie Majin débarque aujourd’hui au sein d’un très beau – et très épais – coffret Combo Blu-ray + DVD édité par Le chat qui fume, le tout s’imposant dans un superbe Digipack 4 volets surplombé d’un fourreau cartonné et contenant la bagatelle de quatre disques, soit 2 Blu-ray et 2 DVD.

Test Blu-ray : 3 from Hell

0
3 from Hell permet à Rob Zombie de retrouver la « famille » Firefly, dont nous avons fait la connaissance en 2003 dans La maison des 1000 morts, puis en 2005 dans The devil’s rejects. Dans la dernière scène du film de 2005, le trio de psychopathes était supposément abattu par la police. Rob Zombie prend donc ici le parti de littéralement ressusciter ses personnages après un résumé-express de leurs frasques dans les deux premiers films.

Test Blu-ray : Atomic cyborg

0
Révélé à la fin des années 60 par une série de films tournés avec Edwige Fenech (qui se trouvait être sa belle-sœur), Sergio Martino a œuvré, au fil de ses 25/30 ans de bons et loyaux services consacrés au « bis », dans à peu près tous les genres du cinéma d’exploitation italien : giallo, comédie, horreur, mondo, polar, érotique, western, science-fiction… Si sa filmographie est riche en pépites (ses cinq gialli tournés entre 1971 et 1973 font vraiment partie des incontournables du genre), son film le plus célèbre si l'on en croit le site de référence IMDb est Atomic cyborg, sorti en 1986, qui se rattache donc à une époque durant laquelle le cinéma d'exploitation italien vivait ses derniers sursauts.

Restons connectés

3,832FansJ'aime
2,817SuiveursSuivre
1,750AbonnésS'abonner

Derniers articles

Les sorties du 21 octobre 2020

Avancer, reporter ou maintenir ? Ce dilemme, les distributeurs français le connaissent hélas très bien depuis la réouverture des salles obscures il y a quatre mois. Il est devenu encore plus aigu depuis le couvre-feu, instauré dans les plus grandes villes du pays depuis samedi dernier.

Critique : Le Sang à la tête

Au plus tard au milieu des années 1950, Jean Gabin était devenu la figure paternelle à la fois par excellence et par défaut du cinéma français. Ses rôles ne variaient alors plus tellement jusqu'à la fin de son illustre carrière, vingt ans plus tard.

Critique : une vie secrète

Sur un sujet fort, mais difficile à traiter, "Une vie secrète" ne manquera pas de partager les spectateurs. Par contre, l'unanimité se fera quant au jeu de Antonio de la Torre et de Belén Cuesta.

Test DVD : #JeSuisLà

Alain Chabat en homme-enfant redécouvrant dans l’attente les joies simples de la vie, Blanche Gardin avec un accent du Sud-Ouest, le temps dilué, les rencontres, les rires… #JeSuisLà est un joli film, plein de charme et d’espoir.

Test Blu-ray : Death warmed up

0
S’il y a bien une chose qui doit prodigieusement agacer David Blyth, le réalisateur du film d’horreur-culte Death warmed up (1984), c’est que TOUS les articles consacrés à son film évoquent, à un moment ou à un autre, Peter Jackson, Bad taste (1989) ou Braindead (1992).