À voir sur Amazon Prime Video : Brutus vs César / Ave Kheiron

3
3100

France : 2020
Titre original : –
Réalisation :
Scénario : Kheiron
Acteurs : Kheiron, ,
Distributeur :
Durée : 1h27
Genre : Comédie
Date de sortie : 18 septembre 2020

Note : 3,5/5

Face à la tyrannie de César qui agit en maître absolu sur Rome, les sénateurs Rufus et Cassius fomentent un complot pour l’assassiner. Pour avoir le soutien du peuple, ils proposent à Brutus, le fils renié de César, d’être celui qui lui portera le coup de grâce. Seul problème : Brutus est un marginal qui n’a pas du tout les épaules taillées pour le costume…

Qui est Kheiron ?

Brutus vs César est déjà le troisième long-métrage écrit et réalisé par Seyed Manouchehr « Nouchi » D. Tabib, dit Kheiron. Après un passage par le Jamel Comedy Club et quelques spectacles joués sur scène, Kheiron le touche-à-tout se fait remarquer en 2011/2012 grâce à un rôle récurrent dans la série de Kyan Khojandi Bref.

Après une courte expérience dans le rap, il se lancerait finalement dans le cinéma en 2015 avec le très beau . Ce premier long-métrage, dont il est le réalisateur, le scénariste et l’interprète principal racontait avec humour et sensibilité l’histoire de ses parents depuis leur jeunesse en Iran jusqu’à leur arrivée en France.

Après ce succès public et critique, son deuxième film en tant que réalisateur, Mauvaises herbes, sort en 2018, obtenant un nouveau succès critique, même si le film trouve un peu moins son public que le précédent. Son troisième film Brutus vs César serait en revanche marqué par les événements liés à la crise sanitaire du Covid-19, dont il deviendrait une victime collatérale. Ainsi, le film, qui devait initialement sortir en avril dans les salles françaises, se verrait « privé » d’exploitation traditionnelle et débarquerait finalement le 18 septembre sur la plateforme de SVOD Amazon Prime Video.

Virage à 180 degrés

Avec Brutus vs César, Kheiron prend donc à nouveau le parti de changer radicalement de style, d’aller là où personne ne l’attendait vraiment, avec une comédie non-sensique sur fond de péplum probablement pensée comme un appel du pied aux Monty Python et à leur formidable La vie de Brian (1979). De fait, et puisque les français se sont déjà frottés à l’exercice, Brutus vs César s’inscrivant de fait dans la veine de Deux heures moins le quart avant Jésus Christ (Jean Yanne, 1982) ou encore de la série Peplum (Fabien Rault et Alain Kappauf, 2015), avec notamment Jonathan Lambert.

Avec ce virage à 180 degrés, laissant loin derrière lui l’émotion et la portée sociale douce-amère de ses deux premiers longs-métrages, Kheiron s’est malheureusement permis un changement de registre un peu trop radical pour la critique et le public français, qui attendait un Nous trois ou rien 2 : Le retour et s’est retrouvé face à une bouffonnerie populaire à l’impact humoristique franc, sans sophistication aucune ni sous-texte auquel se raccrocher. Comme on pouvait s’y attendre, Brutus vs César a donc reçu un accueil catastrophique de la part du public.

Un accueil catastrophique

Le site de référence IMDb attribue à ce jour une note de 3,5/10 à Brutus vs César (peu représentative car basée sur les notes de seulement 165 spectateurs), tandis qu’Allociné, agrégateur critique à ses heures, lui attribue quant à lui une note de 1,3/5, calculée sur la base de 540 spectateurs. Dans le même état d’esprit, de nombreux YouTubeurs toujours en quête du « clic » le plus putassier y sont allés de leurs lamentables « critiques » destinées à tirer sur l’ambulance et mises en avant sur les réseaux à grands renforts de formules choc (« Aux chiottes », « C’est de la merde », « Pire qu’Aladin », etc). Si bien sûr l’humour et l’appréciation d’une comédie quelle qu’elle soit sont des notions tout à fait subjectives, le recours systématique au Bad Buzz et à la culture du bashing est gênante, surtout quand elle est érigée en technique de marketing. Si on n’aime pas le film, quel intérêt d’arborer un T-shirt aux couleurs de Brutus vs César ?

Bref, à priori, Brutus vs César semble avoir créé l’unanimité contre lui. Cependant, il faut relativiser ces notes et ces critiques, parfois attribuées avec la pire mauvaise foi du monde ou sur le simple visionnage d’une bande-annonce : c’est le lot de très nombreuses comédies françaises de se voir ainsi dénigrées par une niche de « trolls » sur Internet – surtout quand la tête d’affiche vient du monde du stand up ou de la scène. Cela ne reflète en rien le ressenti positif que pourront avoir les milliers de spectateurs qui découvriront Brutus vs César sur Amazon Prime Video, ni même le statut de film-culte que le film risque bien d’obtenir d’ici quelques années.

Un casting réussi

D’un point de vue strictement et méchamment analytique, il n’y a pas grand-chose à dire concernant Brutus vs César, qui s’avère une œuvre de pur divertissement destiné à amuser le spectateur pendant un peu moins d’une heure et demie. On notera que le production design de l’ensemble est extrêmement soigné : les costumes ainsi que les décors du film sont réussis, et ne trahissent jamais un manque d’investissement de ses équipes techniques. Techniquement, c’est un sans-faute, les quelques scènes d’action sont remarquablement mises en scène, et on remarquera de la même façon quelques jolies compositions de plans et autres idées de prises de vue, qui dénotent d’une vraie volonté de bien faire de la part de Kheiron, qui ne traite jamais son sujet par-dessus la jambe.

Du côté des acteurs, Kheiron est parvenu à réunir sur son seul nom un grand nombre d’humoristes et d’acteurs comiques : outre Thierry Lhermitte et l’irrésistible Gérard Darmon (qui assure d’ailleurs une espèce de filiation entre Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre et Brutus vs César), Kheiron sera accompagné d’une poignée d’acteurs s’offrant, à l’image de ou de , quelques scènes vraiment mémorables. A leurs côtés, on notera également la présence à l’écran de quelques-uns des talents les plus marquants de la scène actuelle : , Artus, , , ou encore sont en effet de la partie dans des rôles plus ou moins importants.

Une bonne comédie

Mais la réussite du film de Kheiron se mesurera surtout – et quasi-uniquement pour être honnête – au nombre d’éclats de rire qu’il suscitera du côté du public, et de ce point de vue, Brutus vs César marque clairement des points, quoi qu’en disent les tristes sires sans humour traînant leurs guêtres numériques du côté d’Allociné et de Twitter. Bien sûr, et comme souvent avec ce genre de comédie « mitraillette » balançant le plus souvent plusieurs gags à la minute, le fil de Kheiron ne fait pas toujours mouche. Mais dans l’ensemble, le fait est qu’on rit souvent, et plutôt de bon cœur, au rythme des mésaventures de ce Brutus de pacotille.

Conçu comme un véritable « laboratoire de la vanne », Brutus vs César enchaîne les blagues pour le pire et le meilleur, tout le monde ne riant pas forcément aux mêmes gags ou aux mêmes moments. On notera d’ailleurs que le film n’exclut d’ailleurs pas les enfants, qui riront également souvent sans que l’on n’ait à s’inquiéter d’éventuels débordements trash comme ceux qui émaillent par exemple les films de la Bande à Fifi – le film de Kheiron s’impose donc comme une vraie comédie familiale, efficace et drôle.

Qu’il s’agisse d’humour verbal ou purement visuel, des running-gags les plus absurdes (tels que celui qui veut que Brutus soit physiquement incapable de courir) ou des jeux de mots les plus foireux (- « nous sommes des sénateurs » – « Ah ! J’ai moi-même une grande passion pour le dessin »), Brutus vs César atteint clairement ses objectifs en termes de rires et de sourires. C’est tout ce qu’on lui demandait.

3 Commentaires

  1. J’ai personnellement rencontré un gros problème avec ce film. Brutus VS César est (pour moi) un raté mais pas de manière aussi catégorique que d’autre critique que j’ai pu lire. Premier point négatif et pas des moindres, une direction d’acteur inexistante. On ne peut pas faire jouer Thierry Lhermitte, Gérard Darmond ou Pierre Richard comme des clown amateurs sans comprendre qu’il y a un problème. Une bonne comédie ce n’est pas vouloir sur jouer constamment pour montré à quel moment il faut rire, surtout quand c’est mal fait. Autre point négatif c’est l’impression que Kheiron n’est pas allez au bout de ses vannes ou est passé totalement à côté. Exemple le plus parlant la potion viagra. On sait tous ce qu’il va passer, on si attend (dans le bon sens du terme) on veux savoir comment ça va se passer et quand la chute arrive, ce n’en est même pas une… Il y a tant de chose qu’il aurait pu faire avec cette histoire et… Rien ! C’est tellement dommage !
    Dommage parce qu’il faut rendre à César ce qui appartient à César, ce film a un potentiel immense, ce qui rend encore plus frustrant le fait qu’il a été mal exploiter. Je n’ai pas aimé ce film c’est clair mais je dois avouer que, si j’ai soufflé du nez pas mal de fois, j’ai aussi eu deux bons éclats de rire dont j’ai eu du mal à me relever. Spécial mention à la scène où le légionnaire et le cuisinier discute sur la tourelle échangeant sur leurs places au seins de leur garnison et dans l’armée de César. Tout y est, de bon dialogue, un bon jeu d’acteur et des regards et des temps calculé à la seconde prêt. Et cette scène démontre que Kheiron sait faire de la comédie mais qu’il est encore un jeune réalisateur qui, après deux succès dans un tout autre style, doit apprendre qu’on ne devient pas les Monty Piton du jour au lendemain. Si Brutus contre César m’a laissé frustré, j’ai hâte de découvrir la prochaine comédie de Kheiron.

    Mais par pitié il faut qu’il revoit sa direction d’acteurs parce que j’aurais pu tout excusé si ce point avait été géré un minimum.

    Après ce n’est que mon avis

  2. Bonjour Nym, et merci pour votre commentaire ! Il est certain que le film de Kheiron comporte de nombreuses vannes ne fonctionnant pas (ou mal), il est également certain que celles qui marchent ne sont pas une majorité, mais disons que dans l’ensemble, le film provoque selon moi suffisamment de rires et de sourires pour être considéré comme une bonne comédie, que j’aurais envie de revoir à l’occasion d’ici quelques années. La chute du gag du viagra aurait certes pu être différente, mais disons qu’au moins, on évite le trash à la Philippe Lacheau (qui est parfois franchement gênant, comme si le fait de voir une bite était marrant en soi). Et rien que pour le numéro de Pierre Richard quand il confie la fiole à Kheiron, ça valait le coup 🙂

  3. En dépit d un casting réussi, et d un scénario naissant laissant augurer de quelques « bonnes blagues », il s agit bien d un navet.
    Le tout oscille, sans savoir où se situer, entre humour lourdaud, naïveté fleur bleue, en filigrane une sorte de revendication relative à la perception de ceux qui sont les « barbares » ou les « étrangers »…. Si la distribution est bonne, l ensemble demeure assez consternant… Et malheureusement, la fin laisse augurer d un éventuel deuxième opus… Qui ne fera rire, ni les adultes, ni mes enfants…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici