wildwins office 2016 key Office 2016 Product Key Office Professional Plus 2016 Key validkeyshop cheap-windows-10-product-key
Castle Saison 6 Episode 8  – A Murder is Forever

Épisode d’honnête facture, (clin d’œil au slogan A diamond is Forever – Un diamant est éternel -) a le mérite de donner du temps de caméra à tout le 12e precinct, fait plutôt rare dans cette 6e saison pour ne pas être soulevé.

Quel est le lien entre un diamant rare d’une valeur inestimable et le meurtre d’un coach pour les couples riches en difficultés ? C’est la question que doivent se poser et Beckett dans cette enquête où les bouches ne se délient pas facilement.

À part quelques incursions ça et là, les personnages secondaires de Castle ont été dans cette 6e saison relégués…au second plan. Ce qui peut sembler normal aux premiers abords (leur titre de « secondaire » n’est pas innocent !) mais pas pour la série qui a toujours mis un point d’honneur à trouver de vraies histoires à ces seconds couteaux. Si Esposito () et Ryan () (nominés pour leur alchimie au People’s Choice Award) ne risquent pas d’être oubliés (ils font partie de la famille Castle), il n’en va guère de même pour le Capitaine Gates (Penny Johnson Jerald) dont l’absence notable finit par porter préjudice au personnage. Aussi quand A murder Is Forever réussit le tour de force de réunir tous ces personnages et de leur donner de manière équilibrée du temps de présence à l’écran, nous ne pouvons être que contents.

D’ailleurs la scène d’embuscade à la moitié de l’épisode entre les malfaiteurs et Esposito et Ryan permet aux deux détectives de briller dans l’action et de faire montre d’une complicité sans faille, même sous les feux des balles. Castle est une série comique certes mais elle a le don de réussir à chaque fois ses scènes d’actions. On regrettera seulement leur rareté

Detective Kate Beckett-6x8

Si ces 45 minutes font la part belle aux personnages secondaires, il nous donne également l’occasion de retrouver un personnage apparu dans The Fast and The Furriest (Saison 5 Episode 20) Tory, l’experte informatique. , dont c’est ici le premier grand rôle, est arrivée sans crier gare et aux regards appuyés d’Esposito envers la jeune femme, on ne peut s’empêcher de penser qu’il y a peut-être de la romance dans l’air. Cela signifie t-il que le couple Lanie/Esposito est définitivement enterrée ? Rien n’est moins sûr si on en croit les interviews du créateur de la série .

En outre, on ne manquera pas de souligner la présence d’Anthony Ruivivar (Third Watch, Banshee) dans le rôle du méchant, froid et méthodique de l’enquête.

Quant à notre couple préféré (et infernal), il est confronté, comme dans toutes les histoires d’amour, à quelques problèmes domestiques. En l’occurrence, ici, à un tableau de lion accroché dans la chambre de Castle qui semble menacer Beckett. Ou du moins le perçoit-elle ainsi. Et c’est dans une scène très drôle qu’elle en réfère à son chéri d’écrivain qui voit cette remarque d’un mauvais œil. On ne le répétera jamais assez et ont une alchimie absolument incroyable qui semble transcender leur potentiel individuel comique . Les scénaristes ont su trouver un rythme qui les laissent libres de s’exprimer aussi bien dans l’émotion que dans la comédie. La preuve avec la dernière scène de l’épisode où Castle, après avoir entendu et compris la remarque de sa bien-aimée, a changé le tableau menaçant contre un assemblage de coquillages ramassés lors de leur week-end dans les Hamptons (Murder He Wrote, saison 5 épisode 4). Alors qu’il récolte la récompense de son geste romantique, avec un câlin très tendre de Beckett, il lui fait croire que le rugissement qu’ils entendent dans la chambre est le cri de vengeance de Linus (le lion) alors que c’est simplement une application sur son téléphone. Mal placée, cette rupture de rythme aurait pu être malvenue alors qu’ici elle ponctue à merveille l’épisode.

On a demandé de l’action, l’épisode de la semaine prochaine, , a l’air de nous en donner !

Image de prévisualisation YouTube

Articles semblables

Partage

Auteur

Marina

Cet article a été rédigé par Marina Leggiero, Responsable séries de Critique Film.