Test Blu-ray : 66-5

0
1268

66-5


France : 2023
Titre original : –
Création : Anne Landois, Audrey Fouché
Acteurs : Alice Isaaz, Raphael Acloque, Nailia Harzoune
Éditeur : StudioCanal
Durée : 7h environ
Genre : Série TV, Policier, Thriller
Date de sortie DVD/BR : 18 octobre 2023

Roxane Bauer, 32 ans, est collaboratrice dans un prestigieux cabinet parisien spécialisé dans le droit des affaires, propriété de la famille de son mari. À l’âge de 15 ans, Roxane a tourné le dos à la cité de Bobigny où elle a grandi, suite à un évènement traumatique qui a détruit sa famille. ? Alors que sa carrière parisienne semble toute tracée, son mari est accusé de viol par une ancienne stagiaire du cabinet. L’affaire plonge Roxane au cœur d’une tourmente personnelle et professionnelle qui va la ramener malgré elle dans la cité de son enfance où elle va tenter de réinventer sa vie parmi les voyous qu’elle a fuis…

La saison

[4/5]

Après la réussite de B.R.I. il y a quelques mois, Canal+ est à nouveau revenu au policier tendance noir et réaliste avec la série 66-5, diffusée entre le 18 septembre et le 9 octobre 2023, qui s’est imposée auprès du public comme une espèce de spin-off féministe d’Engrenages. Plusieurs raisons expliquent ce parallèle. Comme la série créée par Alexandra Clert, 66-5 fait le choix d’aborder de façon réaliste les rouages du système judiciaire français, sans pour autant oublier « l’humain » au cœur de la machine. Et surtout, 66-5 est une série créée par Anne Landois et Audrey Fouché.

Si le nom d’Audrey Fouché ne vous sera probablement pas familier (coscénariste sur les séries Canal+ Borgia et Les Revenants), celui d’Anne Landois devrait cependant allumer une petite lumière dans votre esprit : elle fut en effet showrunner d’Engrenages sur les saisons 3 à 6. Parmi les coscénaristes de 66-5, on trouvera également Simon Jablonka, qui avait collaboré à l’écriture d’Engrenages sur les saisons 3, 4 et 5. Il n’y a donc finalement rien de très étonnant à ce que le spectateur ne puisse s’empêcher de dresser de petites passerelles mentales entre Engrenages et 66-5 : les deux shows partagent le même univers, les mêmes codes, la même approche semi-documentaire.

Le titre de la série 66-5 fait référence à l’article 66, aliéna 5 du Code de procédure pénale, assurant que les échanges entre un avocat et son client sont couvertes par le secret professionnel. Sans en dévoiler trop sur l’intrigue du show, il s’agit d’un élément important, dans le sens où les truands font parfois appel à des « baveux » susceptibles de leur livrer frauduleusement des informations qui auraient dû rester dans le secret de l’instruction. Pour autant, il ne s’agit que d’un élément narratif parmi d’autres au cœur de 66-5, qui s’avère avant tout un beau portrait de femme et de résilience féminine.

Le personnage principal de 66-5, Roxane Bauer, la kaïra au lourd passé devenue avocate des beaux quartiers, est inspiré de l’expérience de Clarisse Serre, déjà conseillère sur la série Engrenages. Ce rôle difficile est globalement plutôt bien tenu par Alice Isaaz qui, en dépit de quelques occasionnelles petites faiblesses de jeu, s’avère étonnante de justesse et de naturel, que cela soit dans ses interactions au barreau ou dans les blocs de Bobigny. Mais au-delà de ce joli portrait de battante, 66-5 nous propose également d’autres beaux personnages féminins, tels que Yasmine (Nailia Harzoune), la meilleure amie de l’héroïne, ou la juge Bokobza (Rani Bheemuck) – des femmes qui ont réussi à s’imposer et à se faire respecter dans des univers peu ouverts aux femmes, et qui ont chacune leurs petits secrets.

S’attachant à creuser le personnage de Roxane et à nous en révéler davantage sur son passé, 66-5 rompt néanmoins avec la narration d’Engrenages, qui se conjuguait toujours au présent. Ici, on découvrira les failles du personnage principal par le biais de deux temporalités différentes. Les flashbacks reviendront donc sur le passé de Roxane, et l’enchaînement d’événements l’ayant conduite à décider de prendre la robe. Si ces allers-retours entre passé et présent ralentissent un peu la narration, 66-5 se révèle de plus en plus addictive et intense au fil des épisodes, en plus de creuser la psychologie des différents personnages, et de finalement montrer la « banlieue » de Bobigny sous un jour légèrement différent.

Si bien sûr cette représentation de la banlieue n’évite pas forcément les clichés attendus – et dans un sens nécessaires à l’intrigue – elle a au moins le mérite de proposer une vision plus lumineuse et réaliste de ces quartiers où, finalement, règne un véritable esprit d’entraide communautaire, et où il est possible de vivre et de s’épanouir. Ainsi, au fond, le retour de Roxane à Bobigny ne représente-t-il pas la redécouverte d’un paradis perdu pour l’héroïne de 66-5  ? Sortez les copies, vous avez deux heures.

Le coffret Blu-ray

[4/5]

La diffusion TV est à peine terminée, et StudioCanal sort déjà 66-5 – Saison 1 sur support Blu-ray – car oui, la fin est ouverte et appelle une hypothétique deuxième saison. Comme d’hab avec les séries made in Canal+, le moins que l’on puisse dire, c’est que l’éditeur a soigné sa copie : le résultat est superbe, définition au taquet, piqué d’une précision redoutable, couleurs éclatantes de naturel… Les scènes nocturnes, évidemment nombreuses, notamment dans les flashbacks sur le passé de Roxane, ne marquent par ailleurs aucune baisse de définition – on est vraiment en présence d’un beau coffret, proposant un excellent boulot technique. Même constat d’excellence pour les pistes son : la série est mixée en DTS-HD Master Audio 5.1 et s’impose sans peine par son dynamisme de tous les instants, proposant des effets parfois surprenants, dont l’impact est encore renforcé par un caisson de basses régulièrement sollicité. La répartition et le placement des voix est très subtil et le tout délivre une parfaite efficacité, c’est absolument remarquable. StudioCanal a également pensé aux spectateurs n’étant pas équipés de Home Cinema, et propose de visionner 66-5 – Saison 1 en DTS-HD Master Audio 2.0, un mixage plus efficace (et plus cohérent) si vous visionnez le film sur un téléviseur classique. Pas de suppléments.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici