Test Blu-ray : Trois films d’Yves Robert chez Gaumont

0
127

 Si les grandes réussites de la carrière d’ en tant que cinéaste ne sont pas toutes liées au nom de , la complicité des deux hommes aura tout de même durablement marqué les mémoires : à travers le succès du diptyque Un éléphant ça trompe énormément / On ira tous au paradis, public et critique ont découvert un duo dont la tendresse et l’humour n’empêchaient pas un regard acéré sur leurs contemporains. Si ces deux films ont définitivement marqué les années 70, la collaboration artistique de Robert et Dabadie aura permis la naissance de six longs-métrages, étalés entre 1969 et 1992.

Le gros de leur collaboration tourne autour de personnages tentant de fuir la réalité, le quotidien, la « prison » de la normalité ; une belle thématique de cinéma. On remercie donc chaleureusement , qui nous permet aujourd’hui de redécouvrir sur support Blu-ray trois films nés des amours platoniques de Jean-Loup Dabadie et Yves Robert : (1969), Salut l’artiste (1973) et (1979).

 

 

Clérambard


France : 1969
Titre original : –
Réalisation : Yves Robert
Scénario : Jean-Loup Dabadie, Yves Robert
Acteurs : , ,
Éditeur : Gaumont
Durée : 1h38
Genre : Comédie
Date de sortie cinéma : 1 octobre 1969
Date de sortie DVD/BR : 26 avril 2017

 

 

En France, vers 1910, le Comte Hector de Clérambard essaye tant bien que mal de conserver son château qui part en ruines. Criblé de dettes, il oblige sa femme, sa belle-mère et son fils Octave à travailler nuit et jour pour confectionner des vêtements. Tandis que lui-même fait, en désespoir de cause, la chasse aux chiens et aux chats pour en faire ses repas. Pourtant, un jour, Saint François d’Assise apparaît à ce personnage aigri et tyrannique. Dès lors, Clérambard décide de changer du tout au tout…

 

 

Salut l’artiste


France, Italie : 1973
Titre original : –
Réalisation : Yves Robert
Scénario : Jean-Loup Dabadie, Yves Robert
Acteurs : , ,
Éditeur : Gaumont
Durée : 1h37
Genre : Comédie
Date de sortie cinéma : 6 décembre 1973
Date de sortie DVD/BR : 26 avril 2017

 

 

Nicolas Montei est un comédien fauché. À quarante ans, il attend toujours le grand rôle qui le fera sortir de l’ombre et des petits emplois alimentaires. Partagé entre sa maîtresse Peggy, son ami Clément, soumis aux mêmes contraintes de métier et sa femme Elisabeth qu’il ne voit que très rarement, Nicolas est un homme déprimé. Entre ses deux femmes, son cœur balance…

 

 

Courage fuyons


France : 1979
Titre original : –
Réalisation : Yves Robert
Scénario : Jean-Loup Dabadie, Yves Robert
Acteurs : Jean Rochefort, ,
Éditeur : Gaumont
Durée : 1h37
Genre : Comédie
Date de sortie cinéma : 17 octobre 1979
Date de sortie DVD/BR : 26 avril 2017

 

 

Lâche depuis sa plus tendre enfance, Martin Belhomme, pharmacien quadragénaire, vit sous la domination de son épouse Mathilda et de son frère Frankie, un horrible avare. Mais au terme de cette vie monotone, survient mai 68, et sa lâcheté va paradoxalement le conduire dans une folle aventure, loin des siens, avec Eva, ravissante blonde chanteuse dans un cabaret d’Amsterdam. Dès lors, il fera tout son possible pour séduire la belle, et passer pour un aventurier à ses yeux…

 

 

Première rencontre de cinéma pour Jean-Loup Dabadie et Yves Robert, Clérambard est un film un peu à part dans leur filmographie commune. Conçu tel un négatif d’Alexandre le bienheureux, cette adaptation (fidèle) de Marcel Aymé prend un malin plaisir à remettre en scène un Philippe Noiret excessif, tonitruant, portant littéralement film à bout de bras, s’offrant autant de scènes drôles et tendres que de passages nettement plus noirs et cruels. Comme s’il ne parvenait à trouver un ton et hésitait à « poser » son récit, Yves Robert fait le grand écart, slalomant entre vaudeville, la comédie de mœurs et l’ironie grinçante et anticléricale. En résulte au final une attachante « fable comportementaliste », s’achevant sur une dernière demi-heure assez grandiose et réjouissante.

Avec Salut l’artiste en revanche, le spectateur pourra commencer à sentir poindre les prémisses du ton d’Un éléphant ça trompe énormément et de sa suite. Suivant les destins de deux acteurs ratés refusant clairement de grandir, le film s’avère non seulement un magnifique hommage aux acteurs de « l’ombre » enchaînant les emplois alimentaires en attendant « LE » rôle de leur vie, mais propose également le portrait bienveillant et fraternel de personnages complètement paumés, de grands enfants interprétés avec une formidable humanité par un Marcello Mastroianni et un Jean Rochefort au sommet de leur Art. Nostalgie, désillusions, mais également passion, humour et tendresse : le cocktail gagnant pour Yves Robert et Jean-Loup Dabadie.

En 1979, Robert et Dabadie retrouvent à nouveau Jean Rochefort dans Courage fuyons, portrait d’un pleutre bien décidé, par amour, à trouver le courage de quitter son existence conventionnelle et sans saveur, afin de retrouver la liberté et le droit de rêver dans les champs de tulipes d’Amsterdam. Mais change-t-on vraiment ? Chassez le naturel, et il revient au galop… Fable anar et romantique, Courage fuyons fait la part belle à une nouvelle composition grandiose de la part de Jean Rochefort : charme fou, lucidité et répartie… A ses côtés, Catherine Deneuve fait preuve d’une retenue qu’on lui connaît peu, délaissant son débit de parole habituellement très rapide pour s’adapter à la tendresse et à l’originalité du film, qui nous propose qui plus est un final absolument formidable.

 

 

Les Blu-ray

[4,5/5]

Disponibles chez Gaumont au sein de la dix-septième vague de sa collection Blu-ray Découverte, Clérambard, Salut l’artiste et Courage fuyons s’offrent donc un lifting HD sur galette Blu-ray, que l’éditeur propose au prix tout doux de 14,99€.

Du côté des masters, et aussi bien côté image que côté son, l’éditeur nous propose des éditions de très bonne tenue ; les trois films sont présentés dans leurs format d’origine respectés, en 1080p. L’ensemble est absolument recommandable, préserve scrupuleusement la granulation d’origine, avec de belles couleurs et des mixages globalement bien gérés. Le mixage audio est proposé en DTS-HD Master Audio 1.0 mono d’origine, dans les trois cas de façon parfaitement claire, nette et précise.

Côté suppléments, l’éditeur nous propose de redécouvrir l’intégralité des suppléments disponibles sur les éditions DVD des trois films, initialement sorties en 2009. On retrouvera donc avec un grand plaisir de longs et assez passionnants entretiens avec Yves Robert et Jean-Loup Dabadie (définition standard).

Petit à petit, et sous l’impulsion des équipes vidéo de Gaumont, la filmographie d’Yves Robert disponible en Blu-ray s’étoffe de façon vraiment remarquable : avec la livraison de ces trois nouveaux films, seuls trois longs-métrages d’Yves Robert restent à ce jour inédits sur support Haute Définition : Les hommes ne pensent qu’à ça (1954), Monnaie de singe (1966) et Montparnasse Pondichéry (1994).

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici