Accueil Tags Bertrand Bonello

Tag: Bertrand Bonello

Critique : Zombi child

0
L'art de torpiller des sujets potentiellement intéressants.

Nouveaux membres de l’Académie : la promotion 2018

0
L'initiative de l'ancienne présidente de l'Académie du cinéma américain Cheryl Boone Isaacs, de promouvoir la représentativité au sens large des membres de cette vénérable institution, a pour le moins été pérennisée par son successeur, le chef opérateur John Bailey. En effet, le nombre des nouveaux membres de l'Académie, dont la liste a été annoncée hier, a une fois de plus fait un bond spectaculaire, puisqu'il s'établit désormais à 928, c'est-à-dire 150 de plus qu'en l'année record 2017.

Cannes 2018 : palmarès de la Cinéfondation

0
Bertrand Bonello a remis la Palme d'or du court-métrage hier soir à l'Australien Charles Williams pour...

Cannes 2018 : les présidents des autres jurys

0
Dans un peu plus d'une semaine, le jeudi 12 avril, nous connaîtrons les heureux élus retenus pour la sélection officielle du 71ème Festival de Cannes, qui se déroulera du mardi 8 au samedi 19 mai du côté de la Croisette. Alors que le nom de la présidente du jury principal, l'actrice australienne Cate Blanchett, a été annoncé début janvier (voir notre news), ce sont les postes prestigieux des jurys annexes qui ont été attribués ces derniers jours et semaines.

Test DVD : Nocturama

0
On s’imagine à quel point la production de Nocturama a dû être compliquée. Écrit avant les attentats du 7 janvier, tourné avant ceux du 13 novembre, évoquer le sujet du terrorisme semble très sensible aujourd’hui : Made in France avait été déprogrammé, Salafistes interdit aux moins de 18 ans. Une forme de censure, d’autocensure ? Ce qui est sûr c’est que Nocturama n’en propose pas, et n’a d’ailleurs aucune raison de le faire (si tant est qu’il y ait des raisons valables de censurer, mais c’est un autre débat …). Outre le fait que les événements du film n’ont aucun rapport avec le massacre d’innocents, Nocturama est une œuvre sur la jeunesse plus que sur le terrorisme.

Critique : Nocturama (2ème avis)

0
On s’imagine à quel point la production de Nocturama a dû être compliquée. Écrit avant les attentats du 7 janvier, tourné avant ceux du 13 novembre, évoquer le sujet du terrorisme semble très sensible aujourd’hui : Made in France avait été déprogrammé, Salafistes interdit aux moins de 18 ans. Une forme de censure, d’autocensure ? Ce qui est sûr c’est que Nocturama n’en propose pas, et n’a d’ailleurs aucune raison de le faire (si tant est qu’il y ait des raisons valables de censurer, mais c’est un autre débat …). Outre le fait que les événements du film n’ont aucun rapport avec le massacre d’innocents, Nocturama est une œuvre sur la jeunesse plus que sur le terrorisme.

Critique : Nocturama

1
Si tant est que le cinéma puisse avoir une influence sur la vie réelle, on peut s'interroger sur les répercussions envisageables, suite à la sortie de "Nocturama". Quelle que soit la réponse, on regrette que la réalisation soit aussi maladroite et le résultat aussi ennuyeux.

Cannes 2015 : les projets de L’Atelier ‏de la Cinéfondation

0
Onzième édition de l’Atelier de la Cinéfondation qui permet à 15 réalisateurs et à leurs producteurs de rencontrer des partenaires pour finaliser leurs projets...

Après Saint Laurent, retour sur Bonello. Quelle perspective pour 2015 ?

1
Bertrand Bonello, dont l'année 2014 a été marquée par un film, Saint Laurent, une rétrospective au centre Pompidou, ainsi que la publication d'un livre sur ses Films Fantômes, s'attelle désormais au tournage de Paris est une fête. Ce long-métrage, comme Bonello le confie dans une interview donnée aux Inrockuptibles, « suivra des jeunes qui posent des bombes à Paris, de nos jours ». Après L'Apollonide et Saint Laurent, deux films d'époque en huis clos que le cinéaste considère comme des « films jumeaux », Paris demeure au cœur du film prévu pour 2015. Le huis clos, lui, explosera peut-être. En tout cas, la bulle confinée du film d'époque, jusqu'alors assez caractéristique de l'esthétique de Bonello, volera en éclat.

Critique : L’Apollonide – souvenirs de la maison close

0
Dans le cadre de la troisième édition du festival du cinéma d’Arte, L’Apollonide - souvenirs d’une maison close de Bertrand Bonello a été projeté au Luminor Hôtel de Ville le dimanche 25 novembre. Une belle occasion, quelques mois après Saint Laurent (lien vers la critique), de (re)voir le cinquième long-métrage d’un réalisateur qui, manifestement, s’impose dans le cinéma français. Après la projection, Bonello a pris le micro dans la salle pour un débat avec les spectateurs.

Cannes 2014 : présentation de la compétition officielle

0
Synopsis, bande-annonces, dates de sorties, durées et principales têtes d'affiches des 18 films de la compétition officielle qui seront présentés lors de la 67ème...

Cannes 2014 : tous les longs-métrages des sélections officielles

0
Les diverses sélections des longs-métrages de la sélection officielle (compétition, hors-compétition et séances spéciales et Un Certain Regard) supervisée par son directeur général Thierry...