Cannes 2018 : les présidents des autres jurys

0
143

Dans un peu plus d’une semaine, le jeudi 12 avril, nous connaîtrons les heureux élus retenus pour la sélection officielle du 71ème , qui se déroulera du mardi 8 au samedi 19 mai du côté de la Croisette. Alors que le nom de la présidente du jury principal, l’actrice australienne Cate Blanchett, a été annoncé début janvier (voir notre news), ce sont les postes prestigieux des jurys annexes qui ont été attribués ces derniers jours et semaines.


Le premier à avoir eu l’honneur d’être appelé à diriger cette année un jury à Cannes est le réalisateur français (*1968), annoncé le 9 mars dernier comme président du jury de la Cinéfondation et des courts-métrages. Il succède au réalisateur roumain Cristian Mungiu, qui sera de retour à Cannes cette année en tant que parrain de la 10ème édition de la Fabrique cinéma de l’Institut français. Quant à Bonello, il est un habitué du festival, puisqu’il y a présenté trois de ses films en compétition : Tiresia en 2003, L’Apollonide [Souvenirs de la maison close] en 2011 et Saint Laurent en 2014. Son deuxième long-métrage Le Pornographe a été présenté à la Semaine de la Critique en 2001 et son quatrième De la guerre à la Quinzaine des réalisateurs en 2008. Parmi ses courts-métrages, Cindy The Doll is mine avec Asia Argento avait également fait un tour par Cannes, en sélection officielle hors compétition.


Puis vint le tour, la semaine dernière, à l’annonce de la présidente du jury de la Caméra d’or, qui désigne la Meilleure première œuvre présentée en sélection officielle, à la Semaine de la Critique ou à la Quinzaine des réalisateurs. Il s’agit de la réalisatrice suisse (*1971), qui succède à l’actrice française Sandrine Kiberlain, dont le jury avait récompensé l’année dernière Jeune femme de Léonor Serraille. Tandis que son premier long-métrage Home avait été présenté en séance spéciale à la Semaine de la Critique en 2008, c’est surtout avec son deuxième, L’Enfant d’en haut, qu’elle a fait forte impression au Festival de Berlin en 2012, où elle avait gagné un Ours d’argent spécial, voté par le jury sous la présidence du réalisateur anglais Mike Leigh. Elle était de retour à Cannes en 2014, lors de la présentation hors compétition du film collectif Les Ponts de Sarajevo, auquel avaient également participé, entre autres, Jean-Luc Godard, Aida Begic et Cristi Puiu. Sa dernière réalisation, le téléfilm produit par arte « Ondes de choc : Journal de ma tête » a été présenté plus tôt cette année au Festival de Berlin dans le cadre de la section Panorama.


Depuis exactement une semaine, on connaît la composition complète du jury de la 57ème Semaine de la Critique. Il sera présidé par le réalisateur norvégien (*1974), lui aussi un habitué du Festival de Cannes. Il y avait été sélectionné à Un certain regard en 2011 avec son deuxième film Oslo 31 août et avait été en compétition quatre ans plus tard avec Back home. Son dernier film, Thelma, sort aujourd’hui même en vidéo en France. Il sera entouré de l’actrice américaine Chloë Sevigny, qui avait défrayé la chronique cannoise en 2003 à cause de sa participation au sulfureux The Brown Bunny de Vincent Gallo, de l’acteur argentin Nahuel Pérez Biscayart, César du Meilleur espoir masculin cette année pour 120 Battements par minute de Robin Campillo, le Grand Prix du dernier Festival de Cannes, de l’Italienne Eva Sangiorgi, directrice du Festival International du film de Vienne et du journaliste français Augustin Trapenard (Canal +). Pour la première fois, le jury devra choisir, en plus du Grand Prix Nespresso et du Prix Découverte Leica Cine, le Prix Fondation Louis Roederer de la Révélation, remis à un comédien ou une comédienne de l’un des longs-métrages en compétition à la Semaine. La sélection officielle de la Semaine de la Critique sera dévoilée en ligne le lundi 16 avril.


Enfin, nous connaissons depuis ce matin le nom du président du jury Un certain regard : l’acteur porto ricain (*1967). Contrairement aux autres présidents des jurys secondaires, Del Toro avait déjà siégé au jury principal, lorsque celui-ci, sous la présidence de Tim Burton, avait attribué sa Palme d’or en 2010 à Oncle Boonmee [Celui qui se souvient de ses vies antérieures] de Apichatpong Weerasethakul. Il est de même lauréat d’un prix d’interprétation cannois, en 2008 pour le diptyque Che de Steven Soderbergh. C’est grâce au même réalisateur qu’il avait décroché un Ours d’argent au Festival de Berlin en 2001 pour Traffic, ainsi que l’Oscar et le Golden Globe du Meilleur acteur dans un second rôle. A Cannes, il a effectué à de nombreuses reprises la célèbre montée des marches du palais, de Usual suspects de Bryan Singer en séance spéciale en 1995 jusqu’à Sicario de Denis Villeneuve en compétition vingt ans plus tard, en passant par les films en compétition Las Vegas Parano de Terry Gilliam en 1998, The Pledge de Sean Penn en 2001, Sin City de Frank Miller et Robert Rodriguez en 2005 et Jimmy P. [Psychothérapie d’un Indien des Plaines] de Arnaud Desplechin en 2013. Le jury Un certain regard 2017, présidé par l’actrice américaine Uma Thurman, avait donné son prix principal à Un homme intègre de Mohammad Rasoulof.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici