Accueil Tags Alejandro Gonzalez Inarritu

Tag: Alejandro Gonzalez Inarritu

Cannes 2019, jour 2 : Le Daim, Carpenter, et Bacurau

0
Le Daim - 4/5 Premier véritable jour à Cannes, et premier coup...

Cannes 2019, jour 1 : The Dead don’t die

0
Le premier jour à Cannes est toujours calme. Trop calme, même. Alors que le tapis rouge est enfin installé, quelques Cannois s'installent en face sur des échelles à leur nom, parés à attendre des heures sous un soleil torride - ou sous une pluie d'été - pour voir, au loin, une star pointer le bout de son nez avant de grimper les 24 marches.

Cannes 2019 : Alejandro Gonzalez Iñarritu président

0
Le réalisateur mexicain Alejandro Gonzalez Iñarritu sera le président du jury du prochain Festival de Cannes. C'est ce que le président du festival Pierre Lescure et son délégué général Thierry Frémaux ont annoncé hier. Il succède à l'actrice Cate Blanchett, dont le jury avait couronné Une affaire de famille de la Palme d'or en mai dernier.

Oscars 2018 : Prix spécial à l’installation de Alejandro Gonzalez Iñarritu

0
Jamais quatre sans cinq ! C'est ce que le comité de direction de l'Académie du cinéma américain a dû se dire en votant la semaine passée un Oscar spécial à l'installation en réalité virtuelle Carne y Arena de Alejandro Gonzalez Iñarritu. Ce prix extraordinaire sera présenté au réalisateur mexicain, ainsi qu'à son chef opérateur attitré Emmanuel Lubezki lors des Governors Awards, la cérémonie des Oscars d'honneur, qui aura lieu le 11 novembre à Hollywood.

Cannes 70 : les découvertes de la Semaine

0
70 ans, 70 textes, 70 instantanés comme autant de fragments épars, sans chronologie mais pas au hasard, pour fêter les noces de platine des...

Back To The Past #27

0
Amis cinéphiles, bienvenue ! Ton site préféré te propose les Madeleines de Proust de David : par moult souvenirs et autres petites anecdotes, notre...

Critique : We are the flesh

0
Lorsque nous avons découvert ce film à L’Étrange Festival 2016, il arrivait déjà précédé d’une flatteuse réputation acquise dans les précédents festivals où il avait été présenté, mais également grâce au concours de cinéastes prestigieux tels que Alejandro González Iñarritu, Alfonso Cuaron ou encore Yann Gonzalez, qui n’ont pas hésité à qualifier le jeune cinéaste de génie. Si ce genre de pratique est désormais démocratisée et que l’on peut toujours douter de l’authenticité de telle ou telle citation, dans le cas présent, on peut affirmer que ces dithyrambes n’étaient en rien usurpés, tant la force du premier long métrage de ce jeune mexicain de 26 ans force une certaine admiration.

Test Blu-ray : The revenant

3
On se souvient d’Alejandro González Iñárritu pour Amours chiennes et pour 21 grammes, pour ce goût du film d’auteur choral aux personnages forts et dont les tourments étaient explorés sans complaisance. Au début des années 2000, nous pensions alors découvrir un cinéaste dont le discours ne cesserait de nous questionner. Vint alors Babel et sa vulgarisation sauvée par un aspect solaire et un dispositif un peu superficiel (l’effet papillon), mais ne manquant pas d’un certain charme – osons – d’une certaine poésie. Depuis l’année dernière et passé un Biutiful plus intéressé par un paratexte misérabiliste que par un texte qui ne disait plus grand chose, nous découvrons un nouvel Iñárritu. Cette nouvelle version de lui-même, c’est celle d’un cinéaste performer, qui n’a pas manqué de séduire le jury des Oscars avec Birdman et son plan-séquence d’1h59 qui fut – entre autres – récompensé des deux plus hautes distinctions de la compétition (meilleur film et meilleur réalisateur). Après une courte année, le mexicain entend bien capitaliser et s’inscrire dans une nouvelle performance avec The revenant, un survival en solitaire prenant place dans l’Amérique coloniale.

Oscars 2016 : les pronostics victoires

1
La longueur de la campagne pour les oscars minimise le suspense même si cette année la course avait l'air plus ouverte. Hélas, une deuxième...

Bafta 2016 : The Revenant domine le palmarès

1
Le réalisateur mexicain Alejandro González Iñárritu avait échoué à triompher aux trophées du cinéma britannique (qui ne sont que très peu britanniques, ces trophées)...

Directors Guild Awards 2016 : le palmarès

1
La 68ème cérémonie des Directors Guild Awards, décernés par le syndicat américain des réalisateurs, a eu lieu avant-hier soir au Hyatt Regency Century Plaza à Los Angeles. Elle a été animée par l’actrice Jane Lynch et parmi les présentateurs figuraient, entre autres, Jennifer Jason Leigh, Rachel McAdams, Christian Bale, Bryan Cranston, Matt Damon et Leonardo DiCaprio, tous nommés à l’Oscar cette année.

Critique : The Revenant

2
On se souvient d’Alejandro González Iñárritu pour Amours chiennes et pour 21 grammes, pour ce goût du film d’auteur choral aux personnages forts et dont les tourments étaient explorés sans complaisance. Au début des années 2000, nous pensions alors découvrir un cinéaste dont le discours ne cesserait de nous questionner.