http://www.lebenssalz.ch http://www.paulplaza.nl http://www.ostendsurfing.be http://www.qsneaker.nl http://www.wtcbentille.be http://www.thegooddeal.ch http://www.kantoorencreatief.nl
Mes meilleures amies

Mes meilleures amiesMes meilleures amies

USA : 2011
Titre original : Bridesmaids
Réalisateur :
Scénario : Annie Mumolo
Acteurs : , ,
Distribution : Universal Pictures International France
Durée : 2h05
Genre : Comédie
Date de sortie : 10 août 2011

Globale : [rating:2.5][five-star-rating]

Réalisé par Paul Feig (réalisateur de The Office version U.S) et produit par Judd Apatow, un habitué de la grosse comédie made in USA dont le récent En cloque mode d’emploi, Mes meilleures amies est présenté comme LA comédie de l’été, mais divise les avis. Et pour cause: la patte Apatow c’est quoi ? Parler de sexe avec un humour trash façon ado pré pubère. Ça a marché dans 40 ans toujours puceau, ça fonctionne beaucoup moins bien dans Mes Meilleures amies, pâle traduction de Bridesmaids (Demoiselles d’honneur) d’ailleurs…

Synopsis : Annie a la poisse. Son fiancé l’a quittée et son nouvel amant est un goujat. Lillian, sa meilleure amie, file quant à elle le parfait amour. Lorsqu’elle lui annonce son futur mariage, Annie oublie ses soucis pour se consacrer à son rôle de témoin et transformer les préparatifs en un moment magique et privilégié. Mais c’est sans compter sur les autres amies de Lillian, l’insatiable et athlétique dragueuse Megan, la candide Becca,l’ex-beauté Rita et l’ultra-snob Helen… toutes incontrôlables et décidées à donner de la voix pour imposer leurs choix dans l’organisation de l’enterrement de vie de jeune fille. Débute alors une délirante aventure…!

Mes meilleures amies

Un comédie à l’américaine bien potache

Aujourd’hui, Hollywood aime le recyclage et exploiter un filon qui marche jusqu’au bout. Very bad trip va connaître un troisième volet à l’histoire de ces 4 gars qui n’arrêtent pas de se marier et de se perdre entre eux, et Bon à Tirer à été vue comme la comédie de l’année. Rajoutez à cela un soupçon de féminisme comme quoi, « Ouiiii, nous aussiiii, on aime boire, faire la fête à Vegas et tirer notre cou en rotant et jurant comme des charretiers» et vous obtenez Mes meilleures amies. Décrit comme une comédie hilarante marquant la révolution féminine à Hollywood, Mes meilleures amies nous offre un humour largement plus pipi-caca-prout, bien plus (trop) proche d’American Pie qui rencontre Love Actually que de Very Bad Trip.

Nous sommes en 2011, les femmes sont cools, fortes, belles, intelligentes et tout et tout donc elles méritent d’être traités comme les hommes. Certes. Mais vouloir faire un Very Bad Trip avec des américainEs, on aurait pu s’en passer comme portrait de société. Car le problème c’est qu’ici nous parlons de filles légèrement superficielles, perchés sur des talons de 12cm, maquillées comme des voitures volées, parlant uniquement de shopping ou de mariage et mangeant des cupcakes. Rien de bien nouveau donc, ou de bien révolutionnaire, même si on sent le second degré dans le choix des personnages qui se veulent être des anti Sex and the city.

Car la comparaison serait facile. Tant vestimentairement parlant que dans les personnages : une coincée, une blonde assoiffée de sexe, une bourgeoise, une indépendante… le tout avec un grand mec brun avec qui on couche de temps en temps et le tour est joué.

Mais la comparaison s’arrête là, le sujet du film ne se prêtant pas spécialement à tout cela. Le soucis, c’est que le thème du film lui, s’essouffle très vite, comme les gags. Une fois qu’on a compris que c’était la guerre ouverte entre deux nanas qui revendiquent être la B.F.F (Best Friend Forever pour ceux qui ne vivent pas au temps de One Tree Hill) de la future mariée…bah c’est tout en fait. Et ça, ça prend 20 minutes. Sur 2h de film, ça ne fait pas long. Donc ensuite, et bien il faut meubler avec des gags et des situations qui tombent parfois à plat malgré le fait qu’on sente que cette comédie a ce « je ne sais quoi » qui pourrait faire la différence avec toutes les autres.

Mes meilleures amies

L’histoire donc, encore une fois très « American Bitchy », tourne très vite en rond passé la première demi heure si bien que le film finit par être très long. Heureusement, on nous rajoute plein de petites histoires parallèles qui ne mènent nul part et on réutilise des gags qui ont fait leur preuves des milliers de fois depuis La Soupe aux Choux (pour vous donner une idée). Ouf, on est sauvés. Merci oncle Sam. D’ailleurs il n’y a pas de vrai début ni de fin au film. Mais heureusement, en bonne comédie US, dans Mes meilleures amies la morale est sauve, tout le monde s’excuse et prend conscience de ses erreurs, se pardonne et reprend sa vie en main…

Mais du potentiel et de l’humour

Oui parce qu’effectivement, quand on va voir une comédie, on veut rire. Logique. Rassurez-vous c’est quand même bien le cas ici. Tout dépends bien-sur de votre humour, mais Mes meilleures amies a du gros potentiel (c’est bien pour ça que c’est dommage de l’utiliser si mal Mr Feig!).

Le film est hilarant quand il s’attaque au comique de situation. De plus, et il faut bien le reconnaitre, les 2 actrices principales (Kristen Wiig et la garce Rose Byrne) sont excellentes dans leurs rôles respectifs, et nous feraient avaler n’importe quoi. Leur scène commune dans la voiture pourrie d’Annie est par ailleurs excellente. Rien que pour le casting, le film se distingue de toutes les autres comédies de bas étage. Le personnage de Megan joué par Melissa Mccarthy est également au top si ce n’est au-dessus des autres, à la fois parano, vulgaire, lucide, dingue et pince-sans-rire. Bien meilleure que Zach Galifianakis (Alan de Very Bad Trip) auquel elle est souvent comparée. Les seconds rôles ne sont pas non plus en reste et sont tous bien interprétés, du boyfriend foireux joué par le sérieux Mad Men Jon Hamm, au flic touchant qui change enfin du petit copain cucul de beaucoup d’autres films, comédies ou non d’ailleurs.

Le film arrive à allier le comique de situation, de répétition, au burlesque et aux dialogues finement travaillés. Il reste cependant bien une comédie dramatique, puisque, certes on rit, mais on a aussi bien pitié de cette fausse héroïne et de sa rivale tout aussi pitoyable. Encore une fois, ça aurait pu être bien plus exploité mais Feig ne fait que survoler cette histoire comme tout le reste du récit sans jamais réussir à trouver le style et la tournure qu’il veut faire prendre à son film. Dommage, car comparé a bien d’autres film, celui-là a du cœur et se révèle vraiment intelligent parfois.

Mes meilleures amies

Et à trop vouloir en faire, on tombe dans le potache et l’absurde et on obtient un film inégal avec beaucoup de changements de rythme. Si bien qu’une scène qui pourrait rentrer au panthéon des comédies (la scène dans l’avion vers Vegas est à pleurer de rire) est toujours souillée par ce côté « too much », et blague à répétition. Parce que non, ce n’est pas plus drôle la 3ème fois…

Mes meilleures amies aurait clairement gagné à être un peu plus en finesse, parce que bon, voir des nanas se vomir (ou autre chose que je n’écrirais pas ici) sur elle, c’est pas très glam’ quand même. Surtout que tout le monde sait que nous les femmes, sommes des princesses qui ne vont pas aux toilettes et sentent la fleur toute la journée…(sic)

Heureusement, on sait que le film ne se prend pas au sérieux et se veut une critique de toutes ces filles pimbêches et superficielles. Les personnages non plus ne prennent pas ça au sérieux et c’est ce qui sauve le film sans aucun doute. En attendant, désolés messieurs, mais si notre « révolution » doit passer par l’humour scato, elle se fera sans moi, je passe mon tour!

Résumé :

Un vrai pop-corn movie féminin dont on aurait pu se passer. Quelques scènes et dialogues vraiment hilarants alliés au jeu des actrices sauvent ces 2h de comédie au rythme inégal. Un bon film à regarder en dvd entre nanas en fait…

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=kwRg_IRGJxI[/youtube]

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Anais

Cet article a été rédigé par Anaïs Berno, Rédactrice et responsable des relations presse de Critique Film.fr @AnaBerno