Sorties de la semaine — 27 juin 2018
Les sorties du 27 juin 2018

A l’époque, il y a très, très longtemps, la Fête du cinéma était un véritable événement, unique et enivrant, qui permettait aux cinéphiles français de goûter pendant trois jours quasiment sans modération au plaisir de dévorer des films plus ou moins bons en salles. Depuis, les cartes d’abonnement et autres facilités de consommer des films légalement chez soi sont passées par là et la 34ème édition de cette célébration du Septième Art, qui aura donc lieu du dimanche 1er au mercredi 4 juillet, servira avant tout à rendre les résultats du box-office national un peu moins inquiétants. Car en ce début d’été, la concurrence est rude. Entre les soldes qui commencent ce jour, la Coupe du monde de foot qui rentrera très bientôt dans sa phase chaude et – pour ceux que cela intéresse ou qui se sentent concernés – la Marche des fiertés ce samedi à Paris, les offres complémentaires ne manquent pas pour bouder les salles obscures en cette semaine à la météo de surcroît estivale. Les distributeurs n’ont certes pas chômé, mais comparée à la multitude de films très divers qui sortaient jadis au moment de la Fête du cinéma, leur sélection d’une dizaine de films ne donne pas forcément envie d’enchaîner les séances plusieurs jours d’affilé.


Ce qui ne veut point dire qu’on n’a pas trouvé notre bonheur parmi les films à l’affiche ce mercredi ! Les deux films qui méritent le plus notre soutien sont le drame d’adolescents très touchant de Greg Berlanti, aussi vaguement consensuel et bien élevé soit-il, et la suite explosive de Sicario, de Stefano Sollima, où l’Amérique finit par mettre le pays de leurs pauvres voisins mexicains définitivement à feu et à sang. Pour les autres, nos recommandations sont plus mesurées, soit parce que notre cher confrère Jean-Jacques a visiblement détesté de Yann Gonzalez, l’option plus trash pour se faire une toile après la Gay Pride, soit à cause des résultats peu glorieux de de Jason Reitman sur son territoire d’origine et de la collaboration entre le réalisateur et sa scénariste récurrente Diablo Cody, qui commence à battre de l’aile. Enfin, nous aussi, on a notre « bête noire » cette semaine, qui n’est pas l’offre française assez dispensable mais le plus mauvais film qu’on a vu au dernier Festival de Berlin, l’horriblement convenu de Laura Bispuri, tellement peu original qu’un autre film au même titre sortira dans moins de trois mois !


Qui a dit que seul le cinéma actuel méritait d’être célébré ? En effet, si le programme des nouvelles sorties vous laisse de marbre, vous aurez largement de quoi remplir votre carnet virtuel avec les reprises et autres inédits. Les sujets adultes y prédominent certes, entre l’horreur italienne et l’érotisme glauque du cinéma indépendant américain d’une autre époque, mais même si vous cherchez des frissons moins viscérales, il y a largement de quoi faire. La ressortie la plus prestigieuse est une fois de plus asiatique, avec la première française de l’un des premiers films de Park Chan-wook, un thriller historique qui a enthousiasmé Jean-Jacques et qui rencontre également notre approbation. Encore plus stylisés, les films du maître de l’angoisse vous permettront de plonger dans ce que le giallo avait de mieux à offrir pendant les années 1970. Enfin, l’institution américaine par excellence du mariage est malicieusement malmenée dans de Leonard Kastle, un film qui reflète à sa façon l’évolution des mœurs dans le sillage de mai ’68.


de Virginie Verrier (France, Comédie, 1h20) avec Frédéric Pierrot, Thierry Frémont et Fred Testot

de Léa Frédeval (France, Comédie, 1h35, distribué sur 309 copies) avec Louane Emera, François Deblock et Marc Jarousseau

de Xavier Gens (France, Comédie, 1h42, distribué sur 326 copies) avec Manu Payet, Jonathan Cohen et Monsieur Poulpe

Love Simon de Greg Berlanti (États-Unis, Drame d’adolescents, 1h50) avec Nick Robinson, Jennifer Garner et Josh Duhamel (critique)

Ma fille de Laura Bispuri (Italie, Drame, 1h37, distribué sur 59 copies) avec Valeria Golino, Alba Rohrwacher et Sara Casu (critique)

de Nora Twomey (Canada, Animation, 1h34)

de Cory Finley (États-Unis, Thriller, 1h32) avec Olivia Cooke, Anya Taylor-Joy et Anton Yelchin

Sicario La Guerre des cartels de Stefano Sollima (États-Unis, Thriller, 2h02, distribué sur 451 copies) avec Benicio Del Toro, Josh Brolin et Isabela Moner

Tully de Jason Reitman (États-Unis, Comédie, 1h36, distribué sur 129 copies) avec Charlize Theron, Mackenzie Davis et Mark Duplass

Un couteau dans le cœur de Yann Gonzalez (France, Thriller, 1h42, distribué sur 100 copies) avec Vanessa Paradis, Nicolas Maury et Kate Moran (critique)

Reprises

Dario Argento Le Magicien de la peur (1970-1987) de Dario Argento : rétrospective en cinq films – L’Oiseau au plumage de cristal / Le Chat à neuf queues / Suspiria / Phenomena / Opera

Les Frissons de l’angoisse (1975) de Dario Argento (Italie, Horreur, 2h06) avec David Hemmings, Daria Nicolodi et Gabriele Lavia

(2000) de Park Chan-wook (Corée du Sud, Drame, 1h50, distribué sur 20 copies) avec Song Kang-ho, Lee Byung-hun et Lee Yeong-ae (critique)

Les Tueurs de la lune de miel (1969) de Leonard Kastle (États-Unis, Thriller, 1h48) avec Shirley Stoler, Tony Lo Bianco et Mary Jane Higby

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Tobias Dunschen

Cet article a été rédigé par Tobias Dunschen, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles