Hommage à l’acteur Bob Hoskins (26/10/1942 – 29/4/2014)

0
289

Déjà affaibli par la maladie de Parkinson qui l’avait poussé à annoncer son retrait définitif des plateaux de cinéma en 2012, l’acteur anglais Bob Hoskins est décédé à l’âge de 71 ans des suites d’une pneumonie. Sa carrière plus qu’honorable s’étale sur quarante ans, ce qu’il doit à sa présence unique qui a marqué de nombreux films et téléfilms, au premier plan ou en retrait, capable de s’illustrer dans la comédie et le drame.

'MONA LISA' FILMING ON SET AT BRIGHTON PIER, BRITAIN - 1986

Deux rôles emblématiques dans les années 80 avaient marqué sa carrière. Grâce à son personnage de petit truand devenu chauffeur de la très jolie Cathy Tyson pour le compte de Michael Caine dans Mona Lisa de , il obtient le prix d’interprétation à Cannes en 1986 (ex-aequo avec Michel Blanc dans Tenue de soirée) et le BAFTA ainsi qu’une nomination à l’Oscar du meilleur acteur, battu par Paul Newman dans La Couleur de l’argent de Martin Scorsese.

bob hoskins-cannes

C’est Eddie Valiant, le détective des toons dans Qui veut la peau de Roger Rabbit ? de Robert Zemeckis qui lui offre sa plus grande reconnaissance internationale. Il partage l’affiche avec le lapin bafouilleur marié à la sexy Jessica Rabbit et les plus grandes stars de l’Age d’or du cinéma d’animation, de Betty Boop à Bugs Bunny, en passant par Mickey Mouse, Donald Duck et biens d’autres… notamment interprétés par Mae Questel, voix mythique de Betty Boop ou Mel Blanc, voix emblématique de Daffy Duck, Titi, Bugs Bunny, Gros Minet et Porky. Il est nommé aux Golden Globes du meilleur acteur dans une comédie.

Avec Cheryl Campbell dans Pennies from Heaven
Avec Cheryl Campbell dans Pennies from Heaven

Après quelques premières apparitions à la télévision puis au cinéma à partir de 1972, il se fait remarquer pour la première fois grâce à son rôle de Big Mac dans Gros plan de John Byrum en 1974, mais c’est la minisérie Pennies From Heaven écrite par Dennis Potter qui devient son premier titre de gloire à la fin des années 70. Grâce à ce VRP en partitions musicales qui retrouve un sens à sa vie, il est cité pour la meilleure fois aux Bafta et sa carrière est alors véritablement lancée pour ne plus s’arrêter.

Avec Helen Mirren dans Racket
Avec dans Racket

Il sera encore nommé aux trophées du cinéma britannique pour Racket et Le consul honoraire en premier puis second rôle. Ces deux longs-métrages un peu oubliés (au moins en France) aujourd’hui et réalisés par John Mackenzie lui permettent là encore de donner la mesure de son talent. Son rôle du gangster trop ambitieux Harold Shand dans le premier est un jalon dans le cinéma britannique contemporain. Avec le temps, il est devenu une source d’inspiration pour un grand nombre d’acteurs de sa génération et parmi les plus jeunes qui le citent souvent comme une référence.

Les succès qui s’enchaînent lui offrent la possibilité de se lancer dans sa seule réalisation d’envergure, le drame révélé à Un Certain Regard en 1988 et où il rendait hommage aux origines tziganes de sa grand-mère maternelle. C’est peu après cette décennie prodigieuse qu’il représente British Telecom pour des publicités qui améliorent nettement ses revenus. La phrase « It’s good to talk » est la phrase du moment pendant quelques années.

avec le réalisateur Shane Meadows
avec le réalisateur Shane Meadows

L’une de ses autres prestations inoubliables en tête d’affiche est celle de Joe Hilditch dans Le Voyage de Félicia d’Atom Agoyan, un être dangereux, complexe et dont la retenue le rend encore plus inquiétant. Le film est en compétition à Cannes en 1999 mais il ne remporte pas de nouveau prix d’interprétation. Son rôle bienveillant d’entraîneur de boxe amateur pour jeunes désoeuvrés dans 24 heures sur 24 de Shane Meadows lui permet de remporter le prix du meilleur acteur aux European Film Awards. Après cette modeste production où il s’impose dans un joli pas de danse, il tiendra un petit rôle dans un autre de ses films, A Room for Romeo Brass. Il est encore impressionnant en agent secret dans le film du même titre de , d’après un roman de Joseph Conrad déjà adapté par Alfred Hitchcock (Agent secret / Sabotage) et où il fait exploser l’innocent Christian Bale.

avec Christian Bale dans ' L'Agent Secret '
avec Christian Bale dans ‘ L’Agent Secret ‘

S’il tient quelques premiers rôles, il est aussi un acteur de complément indispensable, à l’image de ses apparitions plus ou moins longues dans des longs-métrages plus ou moins cultes dans les années 80 et 90. L’ultime attaque (Zulu Dawn) de Douglas Hickox en 1979 ou Pink Floyd The Wall d’Alan Parker où il est le manager de Pink (Bob Geldof) lancent cette période très active. Il sera un détective privé dans Signé: Lassiter de Roger Young, avec Tom Selleck, un plombier ubuesque dans Brazil de Terry Gilliam, le patron du Cotton Club de Francis Ford Coppola, un scénariste hollywoodien dans Sweet Liberty d’Alan Alda où il croise aussi Michael Caine (ils apparaissent dans quatre films ensemble), un prêtre dans L’Irlandais de Mike Hodges, l’amoureux touchant de Cher dans Les 2 sirènes de Richard Benjamin, un autre détective privé à deux visages dans le bon film noir de Wolfgang Petersen ou Monsieur Mouche dans le très décevant de Steven Spielberg en souffre-douleurs de Dustin Hoffman/Capitaine Crochet.

Brazil
Brazil

 

avec Cher, Christina Ricci et Winona Ryder dans ' Les Deux Sirènes '
avec Cher, Christina Ricci et Winona Ryder dans ‘ Les Deux Sirènes ‘

Il a interprété plusieurs personnages historiques : Benito Mussolini dans le téléfilm Mussolini and I en 1985, Beria dans Le cercle des intimes d’Andreï Konchalovskiy en 1991, Winston Churchill dans le téléfilm World War II: When Lions Roared en 1994, J. Edgar Hoover dans Nixon d’Oliver Stone, Nikita Khrouchtchev dans Stalingrad de Jean-Jacques Annaud en 2001. Au hasard des films et téléfilms, il sera encore Noriega ou le pape Jean XXIII récemment canonisé. Son physique, il le reconnaissait aisément lui-même, lui permettait de tenir ces rôles de dictateurs et autres hommes de pouvoir, souvent eux-mêmes petits et enrobés. Il incarne aussi une grande figure littéraire, Sancho Panza, aux côtés d’un John Lithgow en Don Quichote, sous la direction de Peter Yates. De ses apparitions sur le petit écran, on retient encore une adaptation, pour la BBC, de Othello en 1981 (pas forcément d’une grande subtilité) où il est le terrible Iago qui manipule Anthony Hopkins dans le rôle-titre. Il rencontre sur le tournage Linda Banwell qui devient sa seconde épouse, jusqu’à son décès en cette fin du mois d’avril 2014. Il est le partenaire du jeune dans l’une des multiples adaptations de David Copperfield, tourné avant la série des Harry Potter, Geppetto dans Pinocchio, un coeur de bois et joue dans un épisode de la série Frasier avec Kelsey Grammer. Il remporte un International Emmy pour l’anthologie The Street créée par l’excellent Jimmy McGovern et où il est roué de coups par Liam Cunningham.

avec Daniel Radcliffe dans le téléfilm ' David Copperfield '
avec Daniel Radcliffe dans le téléfilm ‘ David Copperfield ‘

Il s’égare parfois dans des productions de qualité douteuse comme Danny the Dog, Spice World ou surtout (aïe!) Super Mario Bros, où il est l’un des deux frères livreurs de pizzas et héros de jeux vidéo confrontés à des mini dinosaures de pacotille dirigés par un Dennis Hopper en roue libre… comme lui. Le comédien précisait que ce film était son pire souvenir de tournage, ulcéré par la morgue démesurée du duo Annabel Jankel & Rocky Morton qui ont depuis disparu des radars malgré le réussi Mort à l’arrivée quatre ans plus tôt. Ajoutons à cette peu glorieuse liste Coup de foudre à Manhattan de Wayne Wang ou Le Fils du Mask, suite totalement ratée du film qui révéla Jim Carrey. Si We want sex equality avec Sally Hawkins ne marque pas durablement les esprits, victime des conventions du scénario, il est néanmoins excellent dans le rôle d’un syndicaliste.

avec Judi Dench dans ' Mme Henderson présente '
avec Judi Dench dans ‘ Mme Henderson présente ‘

Malgré ces quelques escapades dans le nanar, il s’illustre encore dans quelques films plus recommandables. Il était Eddie Mannix, dirigeant nerveux de la MGM soupçonné du meurtre de l’acteur George Reeves qui avait une liaison avec sa femme () dans Hollywoodland. Pour présente de Stephen Frears, où il est le directeur artistique qui doit supporter les extravagances de Judi Dench et diriger les danseuses nues, il est cité une dernière fois aux Golden Globes. Il tient un rôle proche mais bien plus fantasque dans d’Abel Ferrara, où il est l’assistant dévoué de Willem Dafoe, se plaignant du train de 20h38 qui fait fuir les travailleurs banlieusards de leur cabaret. L’attitude physique, plus que morale, de son personnage semble influencée par le jeu de Ben Gazzara dans Meurtre d’un bookmaker anglais. Il fit une dernière apparition dans Blanche Neige et le chasseur de Rupert Sanders où il est le nain Muyr, aux côtés d’autres acteurs britanniques de renom, aucun n’étant réellement de petite taille (, Ray Winstone, Nick Frost, … ). C’est peu après la sortie qu’il annonçait son retrait de la scène.

avec Riccardo Scamarcio dans ' Go Go Tales '
avec Riccardo Scamarcio dans ‘ Go Go Tales ‘

Les réactions à l’annonce de son décès soulignent l’affection portée à ce grand acteur qui a marqué ces trente dernières années à l’image des propos émus de Helen Mirren, sa partenaire dans les films Racket et dans la pièce The Duchess of Malfi de John Webster puis dans Last Orders en 2001 (où il croisait aussi , Tom Courtenay et Michael Caine), Judi Dench, Steven Spielberg, Stephen Fry, Shane Meadows, Michael Caine ou Stephen Frears entre autres.

 

VOIR EN LIEN QUELQUES GRANDS MOMENTS DE SA CARRIERE EN VIDEO en cliquant sur ce lien

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici