Accueil Tags Jean-Jacques Annaud

Tag: Jean-Jacques Annaud

Programme télé du lundi 22 février

2
L'âge de glace 3 - Le Temps des Dinosaures Réalisé par Carlos Saldanha Avec les voix de Simon Pegg, Kristen Wiig Animation, famille / USA...

Oscars 2016 du film étranger : les premiers candidats annoncés

0
Le Dernier loup de Jean-Jacques Annaud n'est pas le seul film déjà en lice pour l'Oscar du meilleur film en langue étrangère de 2016....

Oscars 2016 : Jean-Jacques Annaud en lice pour la Chine

0
Surprise, pour la deuxième année consécutive, c'est un réalisateur français qui est choisi par la Chine pour la représenter dans la course à l'Oscar...

Décès du compositeur James Horner

0
Doublement oscarisé pour la musique et la chanson de Titanic de James Cameron, James Horner est décédé dans le crash de l'avion qu'il pilotait...

Critique : Le Dernier Loup

0
La retraite dans le monde du cinéma ne suscite pas les mêmes fougues et débats que dans le monde «civil». Métier de passion et de passionnés, il n’est pas rare, et même courant, de voir des réalisateurs de plus de 70 ans (le record étant détenu par Manoel de Oliveira et ses 106 ans) réaliser encore des films. C’est le cas ici pour Jean-Jacques Annaud du haut de ses 71 ans, qui nous livre à nouveau une épopée animalière, dont lui seul à le secret. La formule marche-t-elle toujours aussi bien en 2015 ?

Hommage à l’acteur Bob Hoskins (26/10/1942 – 29/4/2014)

0
Déjà affaibli par la maladie de Parkinson qui l'avait poussé à annoncer son retrait définitif des plateaux de cinéma en 2012, l'acteur anglais Bob...

Festival Sport, littérature et cinéma à l’Institut Lumière‏

0
C'est par un hommage à Eddy Merckx que s'ouvrira un (bi)cycle original dans la matrice du cinéma. Sport, Littérature et Cinéma s'invitent à l'Institut...

A mort l’arbitre

0
L'arbitre Maurice Bruno siffle un penalty faisant perdre l'équipe locale. Consternation des supporters du cru. De chantages en traque effrénée, l'embrasement collectif et aveugle déferle sur la ville.

Critique : Or noir

2
Banderas fait boire à Rahim Tahar l’eau rance d’Arabie en l’envoyant jouer les prophètes dans son pays. Las, Annaud s’enlise, nous ennuie avec son histoire de méchant pétrole qui va semer la zizanie chez les peuples du désert. Tout ça part en eau de bédouin et on a vraiment le droit, face à un menu aussi pauvre, de se priver de désert. Sauve qui peut !