Arras 2019 : Deux (Filippo Meneghetti)

0
Le poids des secrets devient de plus en plus insoutenable dans ce drame intimiste, qui était hélas déjà le dernier film que nous avons pu voir à l'Arras Film Festival, où il fut présenté dans le cadre des « Découvertes européennes ».

Critique : Quand passent les cigognes

0
Le cinéma russe de l'époque de l'Union soviétique n'a pas vraiment bonne réputation en France et ailleurs en Europe de l'Ouest. A l'exception de quelques rares maîtres célébrés – en fait, il n'y en a qu'un seul avec lequel la communauté des cinéphiles occidentaux continue, voire rafraîchit périodiquement son histoire d'amour : Andreï Tarkovski – , l'essentiel de la production cinématographique de ces cinquante années passées derrière le rideau de fer ne paraît être guère plus qu'un instrument parmi d'autres de la propagande communiste.

Critique : La belle époque

0
Rares sont les comédies françaises aussi inventives, aussi rythmées, mélangeant avec autant de finesse cocasserie et émotion et bénéficiant en plus d'une telle distribution XXL.

La Roche-sur-Yon 2019 : Le Photographe

0
Calme et discret, le quatrième film de Ritesh Batra a eu beaucoup de mal à nous subjuguer. Après avoir fait tourner des légendes du cinéma anglophone comme Jim Broadbent et Charlotte Rampling dans A l'heure des souvenirs, ainsi que Jane Fonda et Robert Redford dans Nos âmes la nuit, le réalisateur revient dans son pays natal avec Le Photographe.

Critique : Tu mérites un amour

0
Il reste encore pas mal de chemin à parcourir à Hafsia Herzi pour devenir une très bonne réalisatrice. Le premier pas pourrait consister à se débarrasser de l'influence Kechiche.

Critique : Passion (Ryusuke Hamaguchi)

0
Pour l'instant, le réalisateur japonais Ryusuke Hamaguchi n'est pas encore entré dans le cercle fermé des cinéastes de son pays, adulés par les cinéphiles français, auquel appartiennent Akira Kurosawa, Yasujiro Ozu et Kenji Mizoguchi, ainsi que plus récemment Takeshi Kitano et Hirokazu Kore-eda.

Critique : Retour de flamme

Bien aidé par Mercedes Morán et Ricardo Darín, le producteur Juan Vera réussit haut la main son examen de passage de réalisateur lorsqu'il se focalise sur les relations internes de ce couple, peintes avec beaucoup de naturel, sans aucune outrance.

Critique : Entre les roseaux

0
Face à un scénario qui donne une impression de déjà vu, mais avec des éléments "tout neufs" et fort intéressants, on ne peut que regretter la mollesse de la réalisation et le côté complaisant de certaines scènes.

Critique : Asako I&II

0
Asako I&II Japon : 2018 Titre original : Netemo Sametemo Réalisation : Ryusuke Hamaguchi Scénario : Ryusuke Hamaguchi, Sachiko Tanaka d'après le roman "Nete mo samete mo" de...

Critique : Carmen & Lola

0
Un film très juste et d'une grande sensibilité, un film très tonique et très coloré, magnifiquement interprété par deux comédiennes non professionnelles.

Critique : Cold War

0
"Cold War" nous plonge dans les tourments d'une histoire d'amour épisodique tout en offrant une belle reconstitution de l'après guerre dans trois pays, sur une durée d'une quinzaine d'années : la Pologne, la France et la Yougoslavie

Critique : Une valse dans les allées

0
"Une valse dans les allées" s'avère être une émouvante valse à 3 temps autour de 3 personnages, Christian, Marion et Bruno. Une valse à laquelle participent également des transpalettes et des chariots élévateurs et les collègues de travail du trio. Un film qui s'attache à traiter les sentiments et les rapports sociaux de façon à la fois réaliste et poétique. De l'excellent cinéma !

Derniers articles

Les armes de défense emblématiques du cinéma 

0
L'univers cinématographique, riche en diversité et en créativité, a vu émerger un éventail d'armes de défense emblématiques, chacune portant avec elle une signification profonde et...

Independent Spirit Awards 2024 : le palmarès

0
Et puis, avant-hier, le dimanche 25 février, s'est tenue la 39ème cérémonie des Independent Spirit Awards, comme le veut la tradition sous une tente du côté de la plage de Santa Monica. Après le raz-de-marée l'année dernière de Everything Everywhere All At Once de Daniel Kwan et Daniel Scheinert et ses sept trophées, les votants de l'association Independent Film Project y ont réparti leurs prix plutôt équitablement sur trois films.

Critique Express : HLM Pussy

Si le sujet est intéressant, si l'interprétation est de très bon niveau, le film pêche au niveau de sa réalisation.

Berlinale 2024 : le palmarès

Au lendemain de la cérémonie des César à Paris, c'était à la 74ème édition du Festival de Berlin de tirer sa révérence dans la capitale allemande. Avant-hier, le samedi 24 février donc, l'annonce du palmarès du jury sous la présidence de l'actrice kényane Lupita Nyong'o a eu lieu au Berlinale Palast.

Critique : La vie de ma mère

Emotion, rires, rares sont les films qui, dans ces deux domaines, en donnent autant aux spectateurs !