Critique : Abracadabra

Sans être aussi jubilatoire que "Blancanieves", "Abracadabra" n'engendre pas la mélancolie et s'avère plaisant à regarder.

Critique : Gods of Egypt

1
S'il parle de grandeur et le fait bien, Gods of Egypt n’en est pas pour autant un grand film, car terni par des fautes de goûts et tombant à plusieurs moments dans le ridicule.
Coraline

Critique : Coraline

0
Coraline est l'adaptation cinématographique du conte noir de l'écrivain anglais Neil Gaiman publié en 2002. Par son côté surréaliste, le cinéma d'Henry Selick rappelle celui de Tim Burton dont les univers sont finalement assez similaires, mais aussi le conte de Lewis Caroll, Alice au Pays des Merveilles par la présence de réalité-alternative. Univers merveilleux ou angoissant, l'histoire de cette petite fille nous plonge dans un monde entre rêves et cauchemars...

Critique : Absolutely anything

0
Que feriez-vous, si vous disposiez du pouvoir de faire absolument tout ? Pour votre propre bien et celui de l’humanité toute entière, espérons que vous trouveriez un emploi un peu plus utile à ces capacités illimitées que l’usage qu’en fait le personnage principal de cette comédie britannique.

Critique : Notre-Dame-des-Hormones (court-métrage)

0
Au programme du nouveau film de Bertrand Mandinco à qui l’on devait l’étonnant Boro in the box : un hommage au cinéma de monstre frappadingue. Le cinéma est riche en grands moments d’actrices au bord de la crise de nerfs, ou sur le point d’être rejetées de l’Histoire, les deux chefs d’oeuvre indépassables étant Sunset Boulevard de Billy Wilder et Eve de Joseph Mankiewicz. Ici l’on pense plus à Qu’est-il arrivé à Baby Jane ? de Robert Aldrich ou Femmes Femmes de Paul Vecchiali
alice au pays des merveilles

Critique : Alice au Pays des Merveilles – Tim Burton

4
En tant que fan inconditionnel de M. Tim Burton, je peux dire que je l’ai attendu celui la. Annoncé 2 ans avant sa sortie avec un budget considérable et un tournage discret et des informations bien filtrées, j'attendais Alice aux pays des Merveilles avec impatience.

Critique : Docteur Jekyll et Sister Hyde

1
La figure du scientifique qui se transforme en monstre est un grand classique du cinéma de genre, notamment par le biais des différentes adaptations au fil du temps de l’histoire imaginée par Robert Louis Stevenson. Le mythe de Docteur Jekyll et Mister Hyde sur les deux faces d’une même personnalité s’est inscrit, au moins depuis les débuts du cinéma parlant, dans le catalogue des craintes collectives, mis à jour successivement par les soins de Rouben Mamoulian, Victor Fleming ou encore Jean Renoir.
Peau d'âne

Peau d’âne

0
Peau d'âne est un film de Jacques Demy datant de 1970 et adapté du conte de Perrault. Pas facile de reprendre un tel conte au cinéma, pourtant, le réalisateur n'hésite pas à donner sa propre interprétation de l’œuvre et ne lésine pas sur les détails tous plus incroyables les uns que les autres.
The Amazing Spider-Man photo finale

Critique : The Amazing Spider-Man

2
Cinq ans seulement après le contestable Spider-Man 3 de Sam Raimi, Sony Pictures a préféré privilégier avec The Amazing Spider-Man un « reboot », à la mode à Hollywood, plutôt qu'un quatrième volet de la saga.
Battleship combat Transformers Rihanna

Battleship

1
Océan Pacifique… Au large d’Hawaï, l’US Navy déploie toute sa puissance. Mais bientôt, une forme étrange et menaçante émerge à la surface des eaux, suivie par des dizaines d’autres dotées d’une puissance de destruction inimaginable. Qui sont-ils ? Que faisaient-ils, cachés depuis si longtemps au fond de l’océan ? A bord de l’USS John Paul Jones, le jeune officier Hopper, l’Amiral Shane, le sous-officier Raikes vont découvrir que l’océan n’est pas toujours aussi pacifique qu’il y paraît. La bataille pour sauver notre planète débute en mer
La Fiancée de Chucky, photo du film

Critique : La fiancée de Chucky

0
La fiancée de Chucky est le quatrième opus de la saga infernale Chucky, et certainement le meilleur - il rajoute du piment à l'histoire et rythme une aventure rock'n'roll sur des airs de Rob Zombie...

Critique : Personal Shopper

0
Après Sils Maria sélectionné à Cannes, récompensé du Prix Louis-Delluc puis nommé à six reprises aux Césars, Olivier Assayas revenait en mai dernier en compétition officielle au Festival de Cannes avec ce nouveau film Personal Shopper où il dirige à nouveau Kristen Stewart déjà au casting de ce précédent opus, qui lui a permis de remporter le César de la meilleure actrice dans un second rôle. Le début d’une longue collaboration entre Olivier Assayas et Kristen Stewart ?

Restons connectés

3,832FansJ'aime
2,817SuiveursSuivre
1,750AbonnésS'abonner

Derniers articles

Critique : La fracture

0
Avec "La fracture", les spectateurs ne peuvent que se réjouir en retrouvant dans un seul et même film intelligence, profondeur, émotion, prestation d'acteurs et d'actrices et formidable drôlerie.

Livre : Bioman – La Bible officielle

Moitié-homme, moitié-robot, le plus valeureux des héros – les habitués du Club Dorothée, biberonnés aux séries japonaises depuis leur plus tendre enfance, auront bien sûr compris que l’on parle ici de Bioman. Mais connaissez-vous vraiment Bioman ?

Jeu Concours Halloween : Le Métro de la Mort + Lot de Blu-ray à...

0
A l'occasion de la sortie du film Le Métro de la Mort,critique-film.fr et Rimini Éditions vous proposent un jeu concours qui vous permettra de gagner un lot exceptionnel de 5 Blu-ray incluant Le Métro de la Mort, Incubus, Terror Train - Le Monstre du train, Mutations et Harlequin.

Test Blu-ray : Le Métro de la mort

0
Rimini Éditions vient de prendre la décision de remettre Gary Sherman sur le devant de la scène grâce à la sortie en Blu-ray de son premier long-métrage, Le Métro de la Mort (1972), également connu sous les titres Death Line et Raw Meat.

Le box-office de la semaine du 6 octobre 2021

0
L'arrivée tant attendue du dernier James Bond avec Daniel Craig était-elle en mesure de faire grimper le box-office français à ses niveaux les plus élevés d'avant la crise sanitaire ? Cette semaine 41, allant du 6 au 12 octobre, était certes placée sous le signe de cette (très) grosse sortie, transformée en véritable psychodrame de la reprise, tant sa date de débarquement dans les salles a été repoussée encore et encore.