Critique : Vincent n’a pas d’écailles

0
336

vincent n'a pas d'écailles afficheVincent n’a pas d’écailles

France, 2014
Titre original : –
Réalisateur :
Scénario : , ,
Acteurs : , ,
Distribution : Le Pacte
Durée : 1 h 18
Genre : Fantastique, comédie dramatique
Date de sortie : 18 février 2015

Note : 2.5/5

Synopsis :  Vincent a un pouvoir extraordinaire : sa force et ses réflexes décuplent au contact de l’eau. Pour vivre pleinement ce don, il s’installe dans une région riche en lacs et rivières, et suffisamment isolée pour préserver sa tranquillité. Lors d’une escapade aquatique, il est surpris par Lucie dont il tombe amoureux.

Vincent n'a pas d'écailles 2

Après un grand nombre de court-métrages, souvent couronnés dans de nombreux festivals, le quadragénaire réalise son premier long métrage avec Vincent n’a pas d’écailles. Il y interprète le rôle principal, un rôle de super-héros très modeste dans lequel il peut utiliser toutes ses qualités de nageur, d’acrobate, d’alpiniste et de danseur. Son film, présenté dans un grand nombre de festivals, a reçu le Grand Prix du Jury au Festival de Bordeaux et le Prix du public à celui de La Roche-sur-Yon.

Non mais, à l’eau, quoi !

Vincent est un homme apparemment tout à fait banal. Sauf qu’il dispose d’un pouvoir extraordinaire : le contact de l’eau décuple ses forces. Cette faculté peu banale, Vincent tient à la garder pour lui. Mais, comme c’est le cas presque toujours, du moins au cinéma, la rencontre d’une femme, Lucie, arrive à changer son comportement : pour la première fois, il va montrer à quelqu’un ce dont il est capable. Bien entendu, cette divulgation va entraîner Vincent vers des événements qu’il aurait préféré éviter.

vincent n'a pas d'écailles 3

Un vrai-faux super-héros

Fan de comics et de films de super-héros, se dit également avoir été influencé par Buster Keaton, Charlie Chaplin, Jacques Tati et Nanni Moretti. Dans Vincent n’a pas d’écailles, il a choisi de mettre en scène un personnage qui pourrait se comporter en super-héros mais qui ne le souhaite pas. La devise de Vincent serait plutôt : pour vivre heureux, vivons caché. ne nous montre pas comment ce don est apparu. Vincent n’a pas de double identité, il n’a pas de tenue de super-héros, il n’est pas « programmé » pour une lutte particulière. Il est Vincent, tout simplement, un homme normal qui vit au présent et qui souhaite, ou, plutôt, souhaitait, rester le seul à savoir qu’il peut se doper au contact de l’eau. Même si la bande-annonce du film parle de « premier film de super-héros français », , lui, dans ses interviews, se défend d’avoir voulu faire un film de super-héros à la française. Ce qui ne l’a pas empêché de faire quelques clins d’œil au genre « film de super-héros », par exemple à la scène du baiser à l’envers de Spider-Man, scène qui, d’ailleurs, est particulièrement … mouillée. Garanti 100 % sans effets numériques, proclame également la bande-annonce. Là, pas de problème : souhaitait en effet réaliser son film dans des décors naturels, sans jamais faire appel aux corrections que le monde du numérique apporte de plus en plus facilement. Certes, il y a des « trucages », mais ils viennent le plus souvent du monde du cirque ou de la magie. Le résultat : un film fantastique profondément ancré dans le réel. Un film dans lequel, peut utiliser ses nombreuses expériences, lui qui est tout à la fois acrobate, alpiniste, danseur et bon nageur.

vincent n'a pas d'écailles 5

Des comédiens qui savent jouer avec leur corps

Alors qu’il s’est mis en scène dans tous ses court-métrages, s’est longtemps demandé s’il allait pouvoir tout à la fois jouer et réaliser dans le cadre d’un long métrage. Il a même rencontré des comédiens suffisamment physiques pour interpréter le rôle de Vincent. Pour finir, une évidence s’est imposée : il devait jouer Vincent. , qui joue Lucie, l’avait repérée dans La fille du 14 juillet. C’est en la rencontrant qu’il a appris qu’elle était artiste de cirque tout autant que comédienne. Quant à , qui interprète le rôle de Driss, l’ami de Vincent, il est comédien et … danseur. Un trio de comédiens qui savent à la perfection jouer avec leur corps, tout ce que recherchait le réalisateur.

Résumé

A de nombreux points de vue, Vincent n’a pas d’écailles est un film éminemment sympathique. Il souffre toutefois d’un gros défaut : la matière scénaristique n’est pas assez importante pour un long métrage, quand bien même le film ne dure que 78 minutes. Ce scénario, en effet, n’est construit que sur une idée et une seule ! Certes, l’histoire d’amour est tout à fait charmante, certes on sourit la première fois où on voit qu’un Vincent en danger devient très vulnérable lorsque l’environnement l’empêche d’avoir un quelconque contact avec de l’eau, mais il est difficile de tenir 78 minutes sans répétitions sur un scénario idéal pour un moyen métrage de 40 minutes. On attend sur un deuxième long métrage au scénario plus riche et plus construit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici