Test Blu-ray : The Northman

3
908

The Northman

États-Unis, Chine : 2022
Titre original : –
Réalisation : Robert Eggers
Scénario : Sjón, Robert Eggers
Acteurs : Alexander Skarsgård, Nicole Kidman, Anya Taylor-Joy
Éditeur : Universal Pictures
Durée : 2h17
Genre : Drame, Action
Date de sortie cinéma : 11 mai 2022
Date de sortie DVD/BR : 21 septembre 2022

Le jeune prince Amleth vient tout juste de devenir un homme quand son père est brutalement assassiné par son oncle qui s’empare alors de la mère du garçon. Amleth fuit son royaume insulaire en barque, en jurant de se venger. Deux décennies plus tard, Amleth est devenu un berserker, un guerrier viking capable d’entrer dans une fureur bestiale, qui pille et met à feu, avec ses frères berserkir, des villages slaves jusqu’à ce qu’une devineresse lui rappelle son vœu de venger son père, de secourir sa mère et de tuer son oncle…

Le film

[4/5]

Après The Witch en 2016 (130.000 entrées) et The Lighthouse en 2019 (76.000 entrées), Robert Eggers est enfin parvenu cette année à attirer le public français dans les salles avec The Northman, qui a enregistré 359.000 entrées au mois de mai dernier, sur un circuit de 351 salles. Voila un succès plus qu’honorable pour le cinéaste américain, qui jusqu’ici avait été unanimement salué par la critique pour ses films indépendants, mais s’avérait un peu boudé par le public.

The Northman est également pour Robert Eggers le film de la reconnaissance par le métier : enfin repéré par les grands studios, il disposerait ici des moyens suffisants afin de mettre en forme sa « vision ». Il passerait donc abruptement des budgets limités du cinéma indépendant (un million de dollars pour The Witch, quatre pour The Lighthouse) à un budget estimé à 60 millions. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’ambition du cinéaste et son sens de l’image se ressentent clairement à l’écran : The Northman est en effet un immense spectacle visuel. Eggers a un don pour imaginer des cadres qui claquent, et même ses plus fervents détracteurs ne pourront le nier.

Pour le reste, on peut supposer que les amoureux des premiers films du cinéaste seront aux anges. Côté scénario, l’ambitieux récit imaginé par Robert Eggers et Sjón – écrivain islandais et parolier occasionnel pour Björk, qui joue tient d’ailleurs un petit rôle dans le film – convoque les grands classiques de la mythologie, ainsi que Shakespeare (le héros s’appelle Amleth !). Et au final, The Northman revêt certes en bien des points l’ampleur des grandes légendes classiques, mais s’avère malheureusement également très prévisible : aucun des rebondissements de l’intrigue ne provoquera la moindre surprise chez le spectateur.

Seule compte ici la mise en images, et celle-ci s’avère, on l’a déjà dit, absolument grandiose, mais on pourra regretter que l’histoire d’Amleth (Alexander Skarsgård) se déroule un peu en pilote automatique, au détriment de l’émotion, de la « viscéralité », et par conséquent également de l’immersion pour le spectateur. Ainsi, si le rythme de The Northman est globalement bien maîtrisé par Robert Eggers, il y a tout de même de fortes chances pour que les spectateurs s’étant ennuyé ferme devant The Witch et The Lighthouse trouvent à nouveau le temps long. Car en dépit de ses régulières scènes de combat, le film de Robert Eggers est plutôt une œuvre à combustion lente, qui prend le temps de s’attarder sur la psychologie de ses personnages (pas de gentils, pas de méchants), ainsi que sur la relation entre Amleth et Olga (Anya Taylor-Joy), qui permet au personnage principal de gagner un peu en profondeur.

En résumé, The Northman s’avère donc un film de vengeance des plus classiques, solide mais malheureusement un peu trop cousu de fil blanc pour nous scotcher à nos sièges. Cependant, l’intérêt est clairement rehaussé par une direction photo éblouissante, ainsi que par des décors et une reconstitution historique vraiment bluffants dans leur genre. Si la musique prend parfois un peu trop le pas sur ce qui se passe à l’écran, l’ambiance n’en demeure pas moins très bien tenue, et une poignée de scènes devraient logiquement marquer notre mémoire assez durablement. Par ailleurs, et puisque Robert Eggers est désigné comme l’un des chefs de file du sous-genre horrifique appelé « Elevated Horror », on ne pourra que souligner l’influence qu’a pu avoir Ari Aster sur The Northman, en particulier sur les nombreuses scènes de rituels vikings qui émaillent le film – le réalisateur du génial Midsommar est d’ailleurs remercié au générique.

Le Blu-ray

[4/5]

Côté Blu-ray, la galette de The Northman proposée par Universal Pictures s’avère comme toujours d’excellente qualité. L’image envoie le bois, avec des contrastes au taquet et des couleurs remarquables ; les séquences de jours respectent la photo désaturée signée par l’excellent Jarin Blaschke (collaborateur de toujours de Robert Eggers), les contrastes sont poussés dans leurs derniers retranchements, et le film affiche un niveau de détail assez époustouflant. Les passages nocturnes sont tout aussi sublimes, aucune baisse de définition n’est à déplorer. Niveau son, la VO s’offre un mixage en Dolby Atmos qui sera, faute de matériel adéquat, décodé dans un Dolby TrueHD 7.1 aux dimensions épiques : l’immersion est optimale pour le spectateur, la spatialisation joue la carte de l’ambiance, de l’efficacité et de la finesse : une pure démo acoustique. De son côté, la VF ne bénéficie « que » d’un mixage Dolby Digital+ 7.1, tonitruant et proposant également une immersion du tonnerre.

Dans la section suppléments, outre un commentaire audio du réalisateur Robert Eggers, l’éditeur nous proposera tout d’abord une belle sélection de scènes coupées ou alternatives (12 minutes). La plus intéressante d’entre elles, très courte, met en scène le fantôme d’Aurvandil (Ethan Hawke). On continuera ensuite avec plusieurs featurettes revenant sur le tournage du film. Le premier sujet fera office de rapide making of (11 minutes) : on y abordera l’intrigue, l’influence de la mythologie viking ou encore l’authenticité des décors et des costumes… On passera ensuite à un sujet consacré aux personnages du film (10 minutes), ainsi qu’aux acteurs qui les incarnent. Le reste des suppléments reviendra sur des « points de détail » de l’intrigue – on commencera avec un retour sur la scène du rite de passage d’Amleth (4 minutes). On reviendra ensuite sur la scène du raid sur le village (4 minutes), une des scènes d’action les plus brutales du film, et on terminera avec un petit topo sur le jeu de Knattleikr (3 minutes), à l’issue duquel se joue un des événements les plus importants du film. Enfin, le dernier sujet sera consacré aux paysages et décors d’Irlande du Nord ayant servi au tournage (5 minutes).

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici