Test Blu-ray : Raspoutine le moine fou

0
635

Raspoutine le moine fou

Royaume-Uni : 1966
Titre original : Rasputin the Mad Monk
Réalisation : Don Sharp
Scénario : Anthony Hinds
Acteurs : Christopher Lee, Barbara Shelley, Richard Pasco
Éditeur : Tamasa Diffusion
Durée : 1h32
Genre : Fantastique, Horreur
Date de sortie cinéma : 28 septembre 1966
Date de sortie DVD/BR : 31 octobre 2023

Gare à son regard meurtrier, à son toucher mystique, vous ne serez plus jamais libre de son emprise maléfique ! Avant la révolution russe à St Petersbourg, le sinistre moine Raspoutine démontre qu’il a le pouvoir surnaturel de tranquilliser les fous et guérir les malades. Mais à quel prix ? Aidé de ses pouvoirs d’hypnotiseur, Raspoutine entame une quête de pouvoir et de richesse dépravée et sans scrupules…

Le film

[3,5/5]

Production assez singulière dans le catalogue de la Hammer Films, Raspoutine le moine fou s’écarte pour un temps des créatures du bestiaire fantastique afin de s’attarder sur une personnalité historique : celle de Grigori Efimovitch Raspoutine (1869-1916), mystique et guérisseur russe, qui eut en son temps une forte influence sur la cour impériale du Tsar Nicolas II.

Dans le rôle de Raspoutine le moine fou, l’immense Christopher Lee trouve un personnage taillé à sa mesure. Sa prestation est un véritable tour de force, et constitue sans le moindre doute le point fort du film de Don Sharp. Sa voix de stentor, sa gestuelle et sa grande taille concentrent indéniablement toute l’attention du spectateur, et de façon encore plus spectaculaire que l’acteur sortait alors d’un rôle de Dracula entièrement muet dans Dracula prince des ténèbres. D’ailleurs, et pour la petite histoire, la filiation entre les deux films ne s’arrête pas là : la Hammer lança en effet la production de Raspoutine le moine fou seulement trois jours après la fin du tournage du film de Terence Fisher. De ce fait, les deux films partagent plusieurs acteurs en commun (Christopher Lee, Francis Matthews, Barbara Shelley, Suzan Farmer…), et la Hammer y a réutilisé plusieurs décors (la taverne, le lac gelé…).

De fait, les amoureux de la firme britannique ne devraient pas être trop dépaysés, d’autant plus que Raspoutine le moine fou s’intéresse plus aux mythes et légendes populaires entourant le personnage qu’à la véracité historique. Le scénariste Anthony Hinds (crédité au générique sous le pseudonyme de John Elder) ne cherche ainsi pas réellement à faire de son Raspoutine un être « humain », de chair et de sang, avec ses failles et ses faiblesses, mais bel et bien une espèce de génie du mal, de moine satanique utilisant ses capacités de guérison surnaturelles afin de gravir les échelons du pouvoir et devenir un chef suprême. Finalement, peu de choses séparent ce Raspoutine et le Fu Manchu du Masque de Fu-Manchu, que Don Sharp et Christopher Lee avaient tourné ensemble l’année précédente, en 1965.

Mais cette volonté de créer un « monstre » est finalement ce qui permet à Raspoutine le moine fou de garder une cohérence par rapport aux autres films produits par la Hammer dans les années 60, même si l’atmosphère gothique laisse ici la place à une mise en place visuelle inspirée de l’architecture russe et byzantine. A découvrir !

Le Blu-ray

[4,5/5]

À ce jour, Raspoutine le moine fou est uniquement disponible en Blu-ray au sein du coffret Hammer 1966-1969 – l’Âge d’Or, disponible chez Tamasa Diffusion depuis le 31 octobre. Ce coffret est disponible en édition limitée et numérotée à 2000 exemplaires, et nous propose sept films produits par le studio Hammer dans les années 60, dans de superbes versions restaurées. Le coffret contient par ailleurs une poignée de goodies, telles que des cartes reproduisant les affiches originales des 7 films et un livret inédit de 52 pages avec documents, illustrations, photos et affiches. Si vous commandez le coffret sur le site de l’éditeur Tamasa Diffusion, vous pourrez peut-être également recevoir un décapsuleur aux couleurs de la Hammer ainsi qu’un jeu de 3 sous-bocks. Attention, quantités limitées !

Comme dans le cas du coffret Hammer 1970-1976 – Sex & Blood sorti en novembre 2020, on a choisi d’évoquer la sortie de ce coffret majeur en revenant sur chaque film de façon individuelle, dans une série d’articles qui paraîtront dans les jours à venir. Le coffret Hammer 1966-1969 – l’Âge d’Or contient donc sept films, qui étaient tous sortis en France au format DVD en 2005, chez Metropolitan Vidéo, dans la collection « Les Trésors de la Hammer ». Il s’agit des films suivants : Dracula prince des ténèbres (1966), Raspoutine le moine fou (1966), L’Invasion des morts-vivants (1966), La Femme reptile (1966), Dans les griffes de la momie (1967), Frankenstein créa la femme (1967) et Les Vierges de Satan (1968).

Côté Blu-ray, le travail éditorial fourni par Tamasa Diffusion sur les films composant le coffret Hammer 1966-1969 – l’Âge d’Or est d’une solidité à toute épreuve. Même si des taches et autres petits défauts apparaissent de façon occasionnelle, même si les scènes nocturnes et/ou à effets affichent de légères pertes de définition, le grain argentique a globalement été scrupuleusement préservé, la définition est accrue et les couleurs s’avèrent assez sublimes. Les films bénéficient donc indéniablement d’un joli upgrade Haute-Définition, surtout lorsqu’on les compare à leurs équivalents au format DVD. Bref, le résultat s’avère vraiment excellent. Côté son, chaque film du coffret est proposé en VOST uniquement et Dolby Digital 2.0 (mono d’origine). Le rendu acoustique s’avère, dans chaque cas, parfaitement clair, net et sans bavures. On pourra néanmoins regretter la disparition des versions françaises, qui étaient en revanche disponibles sur la plupart des galettes DVD de 2005.

Du côté des suppléments, chaque Blu-ray nous propose, en plus de la traditionnelle bande-annonce, une présentation du film par Nicolas Stanzick, qui s’avère incontestablement « LE » grand spécialiste français de la Hammer, puisqu’il est l’auteur de l’ouvrage de référence Dans les griffes de la Hammer (éditions Bord de l’Eau, 2010). Un deuxième module est présent sur tous les Blu-ray du coffret : il s’agit d’une analyse de séquence par Mélanie Boissonneau, docteure en études cinématographiques, spécialiste de la figure de la « pin-up » au cinéma. Enseignante à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle et à L’École de la Cité, elle travaille également sur le cinéma d’horreur, le sport au cinéma et les super-héroïnes.

Sur le Blu-ray de Raspoutine le moine fou, on trouvera donc tout d’abord une présentation du film par Nicolas Stanzick (« L’épouvante historique », 30 minutes). Il commencera son intervention en citant les différents films revenant sur l’histoire de Raspoutine dans les années précédentes, et la façon dont la plupart mélangeaient allégrement l’Histoire et le mythe. Il abordera assez longuement le scénario du film, puis reviendra sur les similitudes – notamment en termes de décors – entre Dracula prince des ténèbres et Raspoutine le moine fou, ainsi que sur la prestation de Christopher Lee dans le rôle-titre, très éloigné de son « habituelle prestance aristocratique ». On terminera enfin avec une analyse de séquence signée Mélanie Boissonneau (« Folie furieuse et satin rose », 8 minutes), qui permettra à la jeune femme de souligner les codes couleurs du film, et de dresser un parallèle entre la folie grandissante du personnage central et ses tenues, de plus en plus colorées et flamboyantes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici