Accueil Tags Hammer Films

Tag: Hammer Films

Test Blu-ray : Sleepy Hollow – La légende du cavalier sans...

0
Sleepy Hollow – La légende du cavalier sans tête développe en effet une atmosphère bien connue des amateurs de fantastique : c’est celle qui baignait la plupart des productions Hammer Films dans les années 50/60, c’est celle des productions Roger Corman adaptées d’Edgar Allan Poe, ou celle bien sûr du film mythique de l’épouvante gothique : Le masque du démon de Mario Bava.

Test Blu-ray : Confession à un cadavre

0
Confession à un cadavre suit - durant une large partie du film du moins - le face à face ambigu entre une gouvernante incarnée par Bette Davis et un horrible petit gamin (William Dix)

Test Blu-ray : Maniac

0
Produit par la Hammer en 1963, Maniac fait partie de la petite vague de thrillers psychologiques lorgnant ouvertement du côté de chez Daphné Du Maurier ou de Boileau-Narcejac mis en boite par la firme britannique suite au succès international de Psychose en 1960. Tournés à la suite les uns des autres, Hurler de peur (1961), Paranoïaque (1963), Maniac (1963), Meurtre par procuration (1964), Confession à un cadavre (1965), Hysteria (1965) ou encore Fanatic (1965) ont donc pris le parti de délaisser – du moins en grande partie – les artifices formels du cinéma gothique pour se concentrer sur des intrigues contemporaines mettant en scène des machinations diaboliques orchestrées comme de véritables plongées au cœur des tourments de la folie humaine. Solidement ficelés, les scénarios de cette série de films étaient, le plus souvent, signés Jimmy Sangster, une des personnalités les plus incontournables de la Hammer, et proposaient le plus souvent un « twist » final inattendu, révélation qui constituerait le clou du film.

Test Blu-ray : Les maléfices de la momie

0
Profondément typique du soin apporté par la Hammer à ses productions, même les plus modestes, tout au long des années 60, Les maléfices de la momie remet, comme son titre l’indique clairement, le personnage de « la momie » sur le devant de la scène. Déjà utilisée en 1959 dans La malédiction des pharaons de Terence Fisher (suite à un accord avec Universal qui permettait à la firme britannique d’utiliser les monstres issus de leur bestiaire classique), la créature à bandelettes revient donc ici au générique d’un film ouvertement moins prestigieux – on n’y retrouve ni le nom de Terence Fisher derrière la caméra ni ceux de Christopher Lee et Peter Cushing devant – mais comme toujours absolument charmant et digne d’intérêt.

Test Blu-ray : Le cirque de la peur

0
Avec les années qui nous séparent de sa sortie dans les salles obscures, une espèce d’immense méprise s’est créée autour du Cirque de la peur. Peut-être parce qu’il fut longtemps invisible en France – comme le souligne très justement Christophe Lemaire qui signe un petit texte disponible à l’intérieur du Combo Blu-ray + DVD édité par Le chat qui fume – on tend de nos jours à confondre Le cirque de la peur (John Llewellyn Moxey, 1966) avec Le cirque des horreurs (Sidney Hayers, 1960). Cette méprise bien sûr n’est pas totalement fortuite : il s’agit de deux films britanniques, tournés durant la même décennie, et partageant la même « ambiance » empruntée au cinéma de la Hammer. Tous deux mettent en scène un criminel se cachant sous une fausse identité, et d’après le site de référence IMDb, non seulement les deux longs-métrages ont été tournés dans le même cirque, mais ils utilisent de plus les mêmes « stock-shots » pour les séquences mettant en scène le spectacle donné par les membres de la troupe. Beaucoup d’éléments factuels relient donc les deux films – mais il convient tout de même de ne pas les confondre.

Test Blu-ray : Asylum + Histoires d’outre-tombe

0
La firme Amicus, concurrente directe de Hammer Films dans les années 60/70 au Royaume-Uni, a produit une petite trentaine de films avant de s’éteindre en 1980, avec le film Le club des monstres. Si aucune des productions Amicus n’a jamais réussi à atteindre l’excellence des plus grands films de la Hammer dans les cœur des amateurs d’horreur classique, on comptera tout de même parmi ces films quelques petites réussites. Aussi bien devant que derrière la caméra, on retrouvait d'ailleurs au générique des productions Amicus plusieurs noms ayant contribué à donner ses lettres de noblesse à la Hammer : on pense au mythique duo composé par Peter Cushing et Christopher Lee, mais également aux réalisateurs Seth Holt, Freddie Francis et Roy Ward Baker, qui naviguaient d'un studio à l'autre.

Hammer Films en Blu-ray chez Elephant #2

0
Afin de ne pas vous « étouffer » avec un article imbuvable revenant d’un bloc sur les neuf films de cette nouvelle vague Hammer Films, on a pris le parti de diviser ce long test en deux parties. Vous trouverez la première partie de l'article en cliquant ici ; la deuxième partie se concentrera d'avantage que la première sur des « personnages » mythiques du fantastique, revisités au cours des années 60 par la Hammer, en collaboration avec Universal Pictures.

Hammer Films en Blu-ray chez Elephant #1

0
Le 9 novembre, Elephant Films a eu la très bonne idée de sortir une toute nouvelle vague de Blu-ray / DVD consacrée au studio britannique Hammer Films. Ce sont donc rien de moins que neuf nouveaux films, pour la plupart inédits en France sur galettes numériques, qui viennent grossir les rangs, encore malheureusement trop peu fournis, des représentants des films de la Hammer disponibles en Haute Définition dans l’hexagone : Les maîtresses de Dracula (1960), La nuit du loup-garou (1961), Le spectre du chat (1961), Le fascinant Capitaine Clegg (1962), Le fantôme de l’opéra (1962), Paranoïaque (1963), Le baiser du vampire (1963), Meurtre par procuration (1964) et L’empreinte de Frankenstein (1964).

Test Blu-ray : Le chien des Baskerville

0
Souvent présenté comme « LE » chef d’œuvre de la Hammer, Le chien des Baskerville se révèle surtout le film le plus orienté « grand public » de la firme anglaise, le plus « abordable » pour le commun des mortels. Pourtant, il est indéniable que tous les éléments qui ont fait le charme et le succès des Hammer Films sont ici présents : un décor de château gothique, une créature démoniaque hantant la lande, des jeunes femmes en déshabillés vaporeux, une tension sexuelle indéniable lors du premier flash-back, sans compter la réalisation élégante de Terence Fisher et le face à face légendaire entre Peter Cushing et Christopher Lee... Tout est là, et bien là.

Test Blu-ray : Une messe pour Dracula

0
Commençant pile poil là où s’arrêtait Dracula et les femmes, le film de Peter Sasdy Une messe pour Dracula s’avère contre toute attente extrêmement différent de son prédécesseur, pourtant tourné seulement un an plus tôt. D’une esthétique gothique sophistiquée, on passera ici à une ambiance et un style baroque décomplexé, à tendance vaguement foutraque. On n’hésitera pas non plus à se vautrer dans les excès en tous genres

Test Blu-ray : Dracula et les femmes

0
Tourné en 1968, Dracula et les femmes est un des derniers représentants de l’âge d’or de la Hammer Films. Proposant des perles gothiques depuis plus de dix ans sans réel renouvellement ou remise en question, les films produits par la Hammer commençaient alors un peu à se suivre et à se ressembler