Test Blu-ray : Freelance

0
441

Freelance

États-Unis : 2023
Titre original : –
Réalisation : Pierre Morel
Scénario : Jacob Lentz
Acteurs : John Cena, Alison Brie, Juan Pablo Raba
Éditeur : Metropolitan Vidéo
Durée : 1h49
Genre : Action, Comédie
Date de sortie DVD/BR : 27 janvier 2024

Un vétéran des forces spéciales accepte d’assurer la sécurité d’une célèbre journaliste pour son interview avec un dictateur d’Amérique Latine. Mais pendant l’entretien, un coup d’état militaire éclate et ils sont forcés de s’enfuir dans la jungle…

Le film

[3/5]

Vous connaissez le dicton « Once you go black you never go back » ? Hé bien, au cinéma, c’est un peu pareil : une fois que vous vous êtes laissé aller à goûter aux joies du DTV, comme l’a fait Pierre Morel en 2021 avec Embuscade, vous ne revenez jamais plus vraiment au cinéma traditionnel. Fier artisan d’un certain cinéma populaire, Pierre Morel avait de toute façon plus ou moins toujours tourné du DTV depuis ses débuts aux côtés de Luc Besson, sauf que les productions EuropaCorp avaient l’insigne honneur de sortir dans les salles obscures ; le cinéma d’exploitation, il connaît, il maîtrise, et il n’y a donc rien d’étonnant à ce que sa carrière se tourne aujourd’hui vers les films d’action à destination de la vidéo et des plateformes de SVOD.

Et dans son créneau, Freelance s’impose vraiment comme un pur DTV des familles. Imaginez un blockbuster produit par la 20th Century Fox – un savant mélange d’humour et d’action, une relecture post-moderne d’A la poursuite du diamant vert, mettant en scène un trio de personnages hauts en couleur : un baroudeur, une journaliste arrogante et un dictateur que-tout-le-monde-croit-qu-il-est-méchant-alors-qu-en-fait-non-pas-tant-que-ça. Dans les rôles principaux, The Rock, Florence Pugh et Pedro Pascal. Des scènes d’action musclées, du rire, de l’émotion, une partie de l’intrigue prenant place dans la jungle, une autre dans des paysages idylliques d’Amérique du Sud… Bref, le divertissement idéal, le truc parfait pour une sortie familiale du dimanche après-midi.

Hé bien, Freelance, c’est presque pareil, sauf que, hum, la production ne disposait pas d’un budget suffisant pour nous proposer exactement tout ça. Le trio de tête sera donc composé de John Cena, Alison Brie et Juan Pablo Raba, beaucoup moins gourmands en termes de prétentions salariales. On n’a pas suffisamment d’argent non plus pour nous proposer de l’action non-stop, mais Pierre Morel est un artisan doué, donc il parvient à donner le change, nous livrant des scènes d’action globalement efficaces en dépit du budget étriqué. Entre les (correctes) scènes d’action, le tout sera délayé avec davantage de scènes de comédie, mais qui dit pas de budget, dit pas de « script doctors » ni de projections test, ce qui empêchera malheureusement à Freelance de trouver sa tonalité. Le film manque d’homogénéité, avec des débuts de scènes de comédie, quelques idées qui auraient pu être drôles, mais aucune scène comique ne décolle jamais réellement.

Freelance souffre donc du genre de crise d’identité dont on souffert nombre de films avant lui, même du côté des blockbusters pétés de thunes : le film de Pierre Morel a le cul entre deux chaises, puisqu’il n’est ni une pure comédie, ni un pur film d’action, et qu’il ne pousse pas les curseurs suffisamment haut dans un domaine ou dans l’autre pour basculer vers la totale réussite. C’est dommage, d’autant que le bêtisier que l’on peut voir au début du générique de fin nous laisse entrevoir ce que le film aurait pu être si on avait un peu lâché la bride aux acteurs. C’est dommage aussi parce que le scénario de Jacob Lentz comporte une poignée de bonnes idées, telles que celles revenant sur le lien entre les dictatures et l’exploitation des pays pauvres par de puissantes entreprises.

Cela dit, Freelance est correctement rythmé, et l’ensemble passe plutôt bien dans le sens où nul ne s’attendait de toute façon à un miracle dès le départ. A partir du moment où le spectateur n’aura pas cultivé des espoirs trop élevés en mettant le film dans son lecteur Blu-ray, le film de Pierre Morel devrait logiquement faire son taf. Et même si le couple qu’elle forme à l’écran avec John Cena ne trouve jamais vraiment l’alchimie attendue, on salue la prestation d’Alison Brie (Célibataire mode d’emploi, Jamais entre amis) qui, à 41 ans, ne figure plus sur la A-List des producteurs Hollywoodiens mais se démène encore et toujours pour tenter de se rappeler à la mémoire du public. Du côté des seconds-rôles, on notera également la présence de Christian Slater (True Romance, Very Bad Things), Alice Eve (Men in Black 3) et Marton Csokas (Le Seigneur des anneaux), malheureusement tous trois largement sous-exploités.

Le Blu-ray

[4/5]

Fidèle à la carrière de Pierre Morel depuis quelques années, Metropolitan Vidéo prend le relais de Prime Video qui proposait le film depuis le mois de novembre, mais s’offre aujourd’hui une inattendue sortie en Blu-ray. Et comme à son habitude, l’éditeur nous propose une expérience visuelle et sonore absolument immersive et à 100% bluffante. La définition et le piqué sont assez extraordinaires, les couleurs pétantes et contrastées aux petits oignons, bref tous les curseurs sont au taquet et les noirs affichent une finesse étonnante. Côté son, et comme d’hab avec l’éditeur, le film est proposée dans de puissants mixages DTS-HD Master Audio 5.1, en VF et en VO. Le rendu acoustique est explosif et vraiment extrêmement dynamique ; le film est d’ailleurs suffisamment généreux en action pour solliciter de façon régulière le caisson de basses. Du beau travail technique ! Rayon suppléments, on trouvera les bandes-annonces des films de Pierre Morel disponibles chez Metropolitan (Peppermint, Embuscade), ainsi qu’un petit quart d’heure de bandes-annonces éditeur, essentiellement des films d’action (The Wall, Un talent en or massif…).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici