Test Blu-ray : Ennio

0
756

Ennio

Italie, Allemagne, Belgique, Chine, Japon, Pays-Bas : 2021
Titre original : –
Réalisation : Giuseppe Tornatore
Scénario : Giuseppe Tornatore
Acteurs : Ennio Morricone, Giuseppe Tornatore, Dario Argento
Éditeur : Le Pacte
Durée : 2h36
Genre : Documentaire
Date de sortie cinéma : 6 juillet 2022
Date de sortie DVD/BR : 16 novembre 2022

À l’âge de 8 ans, Ennio Morricone rêve de devenir médecin. Mais son père décide qu’il sera trompettiste, comme lui. Du conservatoire de musique à l’Oscar du meilleur compositeur, l’itinéraire d’un des plus grands musiciens du 20ème siècle…

Le film

[4/5]

Ennio est un documentaire signé Giuseppe Tornatore (Cinema Paradiso) consacré à la carrière de l’hyper-prolifique compositeur italien Ennio Morricone, décédé en 2020. Le film a bénéficié d’une présentation à la Mostra de Venise à l’automne 2021, puis a reçu plusieurs prix à la 67ème cérémonie des David di Donatello en 2022, avant d’arriver dans les salles françaises en juillet, où il a attiré un peu plus de 102.000 mélomanes et autres curieux sur un petit circuit de 133 salles.

Un beau succès donc pour un documentaire passionnant, Ennio nous proposant une plongée minutieusement détaillée et fantastiquement divertissante dans la carrière du maestro italien, surtout connu dans le monde entier pour ses collaborations avec Sergio Leone (notamment sur la trilogie du Dollar et sur Il était une fois dans l’Ouest), mais ayant également travaillé sur toute une série de films américains, tels que Les Moissons du ciel de Terrence Malick, Les Incorruptibles de Brian De Palma, The Thing de John Carpenter ou Les Huit salopards de Quentin Tarantino.

D’une durée de 2h35, Ennio nous propose donc une immense et passionnante mosaïque cinématographique, qui associe un long entretien avec Ennio Morricone lui-même (filmé juste avant sa mort en 2020) à des tonnes d’images d’archives et d’extraits des films pour lesquels il a écrit des bandes originales. Pour l’amoureux de la musique de Morricone, on approche assurément des deux heures trente de bonheur. Pour le néophyte en revanche, on notera tout de même que le film présente quelques petits coups de mou dans son rythme général.

Bien sûr, le plaisir pur sera forcément de la partie lors des passages musicaux, qui nous proposent un impact sonore et émotionnel toujours aussi saisissant, mais on pourra un peu décrocher lors des innombrables interviews de ses collaborateurs, amis et admirateurs. Toutefois, les points faibles d’Ennio du point de vue du rythme seront plus que compensés par le niveau général des propos des différents intervenants, qui accordent une place prépondérante à la musique, avec par exemple des observations intéressantes de la part de compositeurs contemporains de Morricone oeuvrant dans le domaine de la musique de film, tels que Hans Zimmer ou Mychael Danna.

Comme on peut s’y attendre, Ennio nous permettra également d’apprendre beaucoup de petites anecdotes, notamment de la part du réalisateur Roland Joffé, pour qui Morricone a composé la musique de Mission. Étant donné que le réalisateur du documentaire est Giuseppe Tornatore, il n’est pas surprenant qu’une petite partie du film soit consacrée à ses collaborations avec le maestro, notamment bien sûr sur Cinema Paradiso, mais dans l’ensemble, Tornatore fait preuve d’une certaine modestie en s’efforçant de maintenir le cap et de garder son film sur les rails de son sujet principal. On notera également le remarquable boulot du monteur du film, Massimo Quaglia, qui nous propose avec Ennio un film d’une fluidité étonnante, surtout si l’on considère les heures et les heures de travail qu’ont dû représenter pour lui l’assemblage des rushes du film.

Notre rédacteur en chef Pascal Le Duff n’était pas non plus passé à côté du charme développé par Ennio. Voici la critique qu’il avait rédigée au moment de la sortie du film dans les salles :

« Peu avant sa disparition en juillet 2020, Ennio Morricone s’est entretenu avec Giuseppe Tornatore, pour lequel il avait composé plusieurs bandes originales dont Cinema Paradiso. Il revient sur son parcours, de son enfance dans les années 30 où il a débuté avec son père trompettiste jusqu’à l’origine de ses plus belles partitions pour le cinéma… Ce qui fait l’intérêt premier de ce documentaire est de laisser en priorité la parole au Maestro aux propos concis mais pertinents. Il évoque sa formation de musicien classique et sa honte de s’en être détourné.

Un portrait esquissé aussi par les cinéastes avec qui il a travaillé, dont Bernardo Bertolucci, Dario Argento ou Clint Eastwood, ainsi que la chanteuse Joan Baez qui a interprété la chanson du drame politique Sacco et Vanzetti. Une hagiographie documentée, qui revient en détail sur la naissance de ses plus belles compositions dont celles pour Sergio Leone (Il était une fois dans l’Ouest et son harmonica) ou pour Mission, Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon ou Les Huit Salopards de Tarantino. Indispensable pour tous ceux qui ont aimé écouter et fredonner ses thèmes entrés dans l’éternité. 2 h 35 de bonheur ! »

Le Blu-ray

[4/5]

Le Blu-ray de Ennio édité par Le Pacte rend un joli hommage au film de Giuseppe Tornatore, tout autant qu’à la musique d’Ennio Morricone. La définition est au taquet, le piqué précis, les couleurs explosives et les noirs admirablement denses et profonds. Le film est naturellement proposé au format et en 1080p, bref c’est du tout bon, on peut applaudir des deux mains l’éditeur. Côté son, le film nous est proposé dans un mixage DTS-HD Master Audio 5.1, en VOST uniquement, et se révèle particulièrement dynamique, surtout bien sûr lors des séquences musicales, qui raviront les amoureux des bandes originales signées par la maestro Ennio Morricone.

Côté suppléments, l’éditeur Le Pacte nous propose tout d’abord un court making of (7 minutes), qui s’accompagnera d’une scène coupée (2 minutes) ainsi que d’un entretien avec Giuseppe Tornatore (31 minutes), qui permettra au cinéaste italien de dresser une note d’intention très complète de ce qu’il désirait faire avec son film. Last but not least, on aura également droit à la bande originale du film, sous la forme de 15 pistes audio à écouter tranquilou dans la chaleur cosy de notre Home Sweet Home.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici