http://www.lebenssalz.ch http://www.paulplaza.nl http://www.ostendsurfing.be http://www.qsneaker.nl http://www.wtcbentille.be http://www.thegooddeal.ch http://www.kantoorencreatief.nl
DVD — 02 juin 2016
Test Blu-ray : Les 8 salopards

 
États-Unis : 2015
Titre original :
Réalisateur :
Scénario : Quentin Tarantino
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 2h47
Genre : Western
Date de sortie cinéma : 6 janvier 2016
Date de sortie DVD/BR : 25 mai 2016

 

 

En plein hiver, une diligence fonce à travers la campagne enneigée du Wyoming. A son bord, le chasseur de primes John Ruth, surnommé « le Bourreau », se rend dans la petite ville de Red Rock afin que la femme qu’il a capturée, Daisy Domergue, y soit pendue. En chemin, ils croisent deux étrangers : le commandant Marquis Warren, ancien soldat nordiste reconverti chasseur de primes, et Chris Mannix, renégat sudiste qui se revendique shérif. Pris dans la tempête de neige, les 4 premiers salopards trouvent refuge chez Minnie, un refuge de montagne où les diligences ont l’habitude de faire halte. En arrivant sur place, ils sont accueillis par quatre inconnus qui ont eux aussi voulu échapper au blizzard. Tandis que la tempête s’abat sur la petite maison, les huit aventuriers comprennent peu à peu qu’ils ne réussiront sans doute pas à gagner Red Rock…

 

 

Le film

[4/5]

Si le Quentin Tarantino des années 90 semble avoir définitivement disparu, recyclant, plus de vingt ans après Pulp fiction, ses gimmicks d’écriture d’une façon apparaissant aujourd’hui comme un peu mécanique, voire même « forcée » (moins fluide, plus vulgaire). Néanmoins, il faut tout de même admettre que ses films se suivent et nous proposent toujours de sacrés beaux morceaux de péloche. Combien de cinéastes seraient en effet capables de signer des films de trois heures ne distillant pas le moindre sentiment d’ennui pour le spectateur ?

Un peu hâtivement vendu par la presse ciné et sur les réseaux sociaux comme un western mâtiné de film d’horreur (on ne compte plus les comparaisons avec The thing que l’on a pu lire ici ou là), Les 8 salopards ne contient en réalité pas le moindre élément fantastique. Il s’agit juste d’un western extrêmement tendu (malgré de nombreux passages assez drôles), dont le dernier acte propose tant de violence et de débordements « gore » que certains auront tendance à le classer dans la catégorie « horreur ». Mais non, le huitième film de Quentin Tarantino ne sera pas encore celui à l’occasion duquel il abordera de front le genre fantastique… Dommage, car on aimerait beaucoup que le cinéaste bavard investisse un genre dans lequel il serait un poil moins à l’aise : de la mise en danger pourrait naître le nouveau chef d’œuvre que l’on attend de le voir ajouter à sa riche filmographie depuis une douzaine d’années…

Mais on le répète : Les 8 salopards demeure un film puissant et hypnotique, que l’on aura sans le moindre doute un grand plaisir à voir et à revoir dans les années à venir.

Retrouvez également la critique de notre rédacteur Jean-Jacques Corrio en cliquant sur ce lien !

 


 

Le Blu-ray

[4,5/5]

C’est M6 Vidéo qui nous propose aujourd’hui de découvrir Les 8 salopards en Blu-ray, dans sa version dite « numérique » d’une durée de 2h47. Une version appelée « roadshow » était en effet réservée à quelques projections exceptionnelles en 70MM, et comprenait une entracte ainsi qu’une séquence inédite de 7 minutes, faisant monter la durée du film à 3h07. Le master est présenté au format Ultra-Panavision 2.76 respecté, et le rendu est de toute beauté, avec des couleurs superbes et un piqué d’une précision époustouflante. Les scènes nocturnes ne dépareillent pas, contrastes et densité des noirs sont clairement au rendez-vous, c’est un sans faute. Côté son, l’éditeur n’abandonne pas ses bonnes habitudes et nous propose à la fois la VF et la VO en DTS-HD Master Audio 5.1, toutes deux bien enveloppantes (les effets surround sont légion !) et bien punchy. On préfèrera cela dit largement la version originale, pour de simples raisons artistiques.

Du côté des suppléments, une featurette ainsi que des entretiens exclusifs avec Quentin Tarantino et les comédiens nous en apprendront d’avantage sur la conception mouvementée du film : suite à la « fuite » du scénario sur le Net, Tarantino avait décidé d’abandonner le projet, mais a tout de même organisé avec ses acteurs une lecture publique du scénar devant un public de plus de 1000 personnes. Ce n’est que suite au succès de cette lecture que le cinéaste a décidé de remanier son texte et de tout de même tourner le film. Il reviendra avec d’avantage de détails sur la genèse du projet et la création de ses personnages lors de l’interview donnée lors de l’avant-première du film à Paris. Enfin, le réalisateur et le directeur photo s’expliqueront sur le choix du grandiose Ultra-Panavision utilisé pour le tournage dans un sujet présenté par Samuel L. Jackson.

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles