DVD — 08 juillet 2019
Test Blu-ray : 125 rue Montmartre

 
France : 1959
Titre original : –
Réalisation :
Scénario : , , Gilles Grangier,
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 1h27
Genre : Policier
Date de sortie cinéma : 9 septembre 1959
Date de sortie DVD/BR : 10 juillet 2019

 

Pascal, un vendeur de journaux bourru, sauve un jour un inconnu, Didier, de la noyade. Peu à peu, le sauveur s’attache à son protégé… Lorsque le mystérieux Didier se dit victime d’une sombre machination, il vole à son secours…

 


 

Le film

[4/5]

125 rue Montmartre est un récit de machination, qui invitera le spectateur à se plonger dans les arcanes d’un mystère tout droit issu d’un roman policier – littéralement parlant d’ailleurs, puisque le film de Gilles Grangier est adapté du roman éponyme d’André Gillois, publié chez Hachette en 1958. Malgré la belle collection affichée dans l’appartement de Dora Doll dans le film, le roman d’origine ne faisait pas partie de la fameuse « Série Noire » de chez Gallimard – mais il en est un cousin pas très éloigné, de la même façon que le film de 1959 s’avère forcément à sa manière un peu cousin du Film Noir américain. Les clins d’yeux aux U.S.A. sont d’ailleurs assez explicites dans le film de Grangier, avec le personnage de Lino Ventura arborant une belle paire de Converse, le commissaire et sa cartouche de Chesterfield

Mais la grande originalité de ce Film Noir à la française se situe dans son personnage principal, qui n’est ni un détective privé porté sur la bouteille, ni un truand, ni un amant passionné poussé aux dernières extrémités par une Femme Fatale : Lino Ventura incarne ici un homme de la rue, simple, normal, sans histoire, exerçant le métier de « crieur » ou de vendeur de journaux à la sauvette. Rien ne le prédisposait donc à se retrouver au cœur d’une machination qui aboutira au meurtre de sang-froid d’un notable.

Et finalement, c’est bel et bien ce personnage qui fera tout le prix de 125 rue Montmartre : le film se pose tout d’abord comme une espèce de chronique de mœurs légère et sympathique, nous permettant de découvrir les ficelles d’un métier disparu et peu représenté au cinéma, et portée par les dialogues naturels et brillants de Michel Audiard. L’intrigue virera ensuite brutalement au cauchemar dans sa deuxième partie, enlevée, solide et relativement riche en tension, même si bien sûr, soixante ans après sa sortie dans les salles, la nature du complot se révélera assez évidente aux yeux du spectateur contemporain.

Qu’à cela ne tienne néanmoins : le plaisir est là et bien là, assuré par des dialogues aux petits oignons signés Audiard et par une série d’acteurs formidables, dominés par Lino Ventura, impeccable en vendeur de journaux, et par Jean Desailly, dont le flegme et l’humour à froid sont absolument redoutables. Une jolie redécouverte.

 

 

Le Blu-ray

[5/5]

Disponible chez Pathé au sein d’une nouvelle vague de sa collection , 125 rue Montmartre s’offre donc un extraordinaire lifting Haute Définition sur galette Blu-ray. Et côté master, le rendu est littéralement sublime : le film est proposé au format 1.66 respecté et encodé en 1080p, et affiche un niveau de détail très accru, tout en respectant scrupuleusement le grain pellicule d’origine. Le piqué est d’une étonnante précision et les contrastes pointus accentuent l’impression de profondeur de l’ensemble, tout en soulignant les qualités de la photo noir et blanc de Jacques Lemare : c’est du très beau travail. Le mixage audio est proposé en DTS-HD Master Audio 2.0, clair, équilibré, sans souffle ni craquement disgracieux : même si l’on est naturellement pas en présence d’un spectacle ultra-spectaculaire du strict point de vue sonore, le rendu acoustique est excellent et irréprochable.

Côté suppléments, l’éditeur nous propose tout d’abord de découvrir un making of rétrospectif de 43 minutes, qui prendra la forme d’entretiens avec Philippe Lombard (journaliste), Jean-Pierre Bleys (historien du cinéma) et Patrick Eveno (spécialiste des médias). Les trois intervenants reviendront sur la production du film, sur le contexte du tournage et la place de 125 rue Montmartre dans les carrières de Gilles Grangier et surtout de Lino Ventura, le scénario et l’adaptation du roman, la contribution de Michel Audiard aux dialogues, etc. Extrêmement complet et intéressant ! On terminera ensuite avec trois courts sujets issus des « actualités Pathé » : un cocktail organisé pour la sortie du film, un amusant retour sur la carrière de Michel Audiard et la captation d’une prestation de Buster Keaton au cirque Medrano en 1947, dont la présence s’explique par le fait que la fin du film de Grangier se passe en partie dans un cirque.

 

CRÉDIT PHOTOS : © ROBERT JOFFRES / COLLECTION FONDATION JÉRÔME SEYDOUX PATHÉ. TOUS DROITS RÉSERVÉS © 1959 – PATHÉ FILMS.

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles