Accueil Tags Melvil Poupaud

Tag: Melvil Poupaud

À (re)voir sur Netflix : Lucky Luke / Dujardin au Far West

0
Ouest sauvage, 1844. Dans une modeste exploitation fermière, la famille Luke prend du bon temps, le petit John, 9 ans, s’amusant tranquillement, déguisé en sioux. Une bande de desperados arrive à l’horizon. L’affrontement inévitable laissera les parents sur le carreau et John orphelin, transi de froid, écrasé de douleur, avec le surnom de « Lucky Luke ».

César 2020 : les nominations & la polémique

0
Eh oui, eh oui, on entend déjà les protestations venir ! Ce n'est effectivement pas du tout aujourd'hui que les nominations pour la 45ème édition des César ont été annoncées. La petite cérémonie traditionnelle au Fouquet's a déjà eu lieu il y a deux semaines, le mercredi 29 janvier, en présence de Alain Terzian, le président de l'Académie des Arts et Techniques du Cinéma, et de Florence Foresti, la maîtresse de la cérémonie qui aura lieu le vendredi 28 février à 21h00 à la Salle Pleyel à Paris et qui sera diffusée en clair et en direct sur Canal +.

Berlinale 2019 : Grâce à Dieu

0
Même avant d'être présenté ce jour en compétition au Festival de Berlin, le nouveau film de François Ozon a déjà fait couler beaucoup d'encre. Film à charge d'une actualité brûlante, Grâce à Dieu participe à cette même grande entreprise d'interrogation des vieilles croyances et autres lois du silence à laquelle appartient également, depuis un point de vue américain cette fois-là, Spotlight – Oscar du Meilleur Film en 2016.

Critique : Une jeunesse dorée

0
Une histoire sans intérêt sur une faune sans intérêt.

Test Blu-ray : Victoria

0
Il y a 3 ans, la sélection ACID du Festival de Cannes avait permis de faire connaissance avec la réalisatrice Justine Triet au travers de La Bataille de Solférino, son premier long métrage. Un film plein d’énergie et de fraîcheur, à la fois délirant et très maîtrisé, un film amalgamant intelligemment petite histoire et grande histoire. Cette année, son deuxième long métrage, Victoria, était de nouveau à Cannes mais, cette fois, dans la sélection de la Semaine de la Critique, en tant que film d’ouverture. Le deuxième film, un cap important pour un ou une jeune cinéaste : confirmation ou déception ?

Critique : Victoria

1
On retrouve dans "Victoria" beaucoup de points communs avec" La Bataille de Solférino", bien que le contexte soit très différent. Toutefois, la réalisatrice a bénéficié cette fois ci de davantage de moyens et, malheureusement, cela se voit : moins de fraîcheur, moins de spontanéité.

Test DVD : Tête baissée

2
La vision que donne Kamen Kalev de la Bulgarie, son pays d'origine, est particulièrement sombre : une société post-communiste dans laquelle des laissés pour compte sont prêts à tout pour échapper à ce qui ressemble fort à de la misère, des mères qui vendent leurs filles à des réseaux de prostitution, une mère qui ne va pas jusque là, mais, dans ce cas, c'est sa fille de 14 ans qui propose elle-même à Samy de l'emmener vers une vie sur le trottoir.

Fatima de Philippe Faucon Prix Louis-Delluc 2015

1
C'est un cinéaste sensible, intelligent, un témoin de notre temps que le jury du Prix Louis-Delluc (présidé par Gilles Jacob) a choisi d'honorer pour...

Critique : Fou d’amour

1
Ce serait mal connaître l’œuvre de Philippe Ramos de s’attendre avec ce film sur un prêtre porté sur les plaisirs charnels à une version française de la série à succès des années 1980 « Les Oiseaux se cachent pour mourir ». Le fait d’avoir vu l’un ou l’autre des films du réalisateur, comme l’austère Capitaine Achab, ne nous a pourtant pas préparés à la nature étrangement viscérale de Fou d’amour, ou des mémoires d’outre-tombe passablement licencieux.

Cette semaine sur la planète cinéma (09/08/2015)

1
Quelques news en bref avec des infos sur le casting du prochain Woody Allen, le film disparu de Jerry Lewis (The Day The Clown...

Cannes 2015 : Sabine Azéma présidente du Jury de la Caméra...

3
  L'actrice française Sabine Azéma a été invitée à présider le jury chargé de désigner le successeur de Party Girl, Caméra d'or en 2015. Le...

Critique : Une nouvelle amie

1
Deux ans après Laurence Anyways de Xavier Dolan, c’est à François Ozon de s’intéresser au personnage d’un homme qui se travestit en femme. C’est-à-dire de mettre en scène un être qui n’est pas né femme, mais qui cherche à le devenir. Romain Duris incarne là le plus beau personnage féminin du film, et joue peut-être aussi l’un des meilleurs rôles de sa carrière.