Accueil Tags Golshifteh Farahani

Tag: Golshifteh Farahani

À voir sur Netflix : Tyler Rake – Badass au Bengladesh

0
Tyler Rake est un projet de longue date pour les frères Russo. Les premiers articles concernant la mise en chantier du film datent en effet de 2008. A la base, les deux frères devaient réaliser eux-mêmes l'adaptation de Ciudad, leur propre graphic novel, signé avec l'aide d'Ande Parks et Fernando León González.

Test DVD : Le dossier Mona Lina

0
Une histoire qui permet à Eran Riklis de traiter à nouveau un thème qui lui est cher, celui des frontières, quelles qu'elles soient.

Cannes 2018 : Les Filles du soleil

0
Certains sujets mériteraient d'office des films irréprochables, ne serait-ce qu'à cause de leur importance culturelle et sociale. Hélas, la plupart de ces bonnes œuvres cinématographiques – dans l'immense majorité des cas bien intentionnées, on n'en doute pas – deviennent des films écrasés par le message qu'elles souhaitent colporter.

Test Blu-ray : Santa & Cie

0
Alain Chabat occupe vraiment une place « à part » dans le paysage du cinéma français actuel, autant que dans le cœur des français. Sans doute en partie parce qu'il faisait partie de la fameuse troupe comique des « Nuls », qui s'était employé à dynamiter l'humour français entre 1987 et 1992 à la télévision, puis dès 1994 au cinéma avec le cultissime La cité de la peur (une comédie familiale). Peut-être aussi parce que certains de ces personnages, tel que celui du Professeur Thibault (« la mouche qui pète ! »), ont littéralement marqué au fer rouge toute une génération d'adolescents. Peut-être parce que « Les Nuls, l'émission » ou le « Burger Quiz » ont façonné une certaine idée de la télévision d'aujourd'hui. Peut-être aussi, qui sait, parce qu'Alain Chabat -on l'oublie un peu trop souvent- peut également se targuer d'avoir réalisé, en 2002, l'un des films français les plus rentables de tous les temps. En effet, avec plus de 14 millions d'entrées, Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre se classe en effet encore aujourd'hui à la quatrième place des plus grands succès français du box-office, derrière Bienvenue chez les Ch'tis, Intouchables et La grande vadrouille, mais devant Les visiteurs. Et pour la petite histoire, au sein du « Top 10 » des plus grands succès français du box-office, Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre est également le seul film demeurant encore, à ce jour, inédit sur support Blu-ray (alors même que de nombreux cinéphiles meurent d'envie de le revoir). Bref, la France aime Alain Chabat. Elle l'aime d'amour. A part bien sûr quelques mamies pouvant encore s'offusquer de ses dérives verbales parfois qualifiées de « vulgarité » - ce qui nous paraît un peu difficile à avaler à une époque où la télé-réalité est devenue un business et un métier.

Nouveaux membres de l’Académie : la promotion 2017

0
L'actuelle présidente de l'Académie du cinéma américain, Cheryl Boone Isaacs, devra passer la main cet été à son successeur, puisque elle aura atteint le nombre maximal de quatre mandats annuels autorisés. Sa présidence se sera surtout distinguée par une ouverture sans précédent de la vénérable institution hollywoodienne, qui existe depuis 90 ans, à plus de diversité parmi ses membres. La preuve ultime en a été annoncée hier avec la liste des 774 nouveaux membres, originaires de 57 pays, qui peuvent – s'ils le souhaitent – rejoindre les près de 7000 autres membres de l'Académie.

Critique : Pirates des Caraïbes La Vengeance de Salazar

0
Les pirates sont de retour, sous le commandement du plus loufoque d'entre eux, Jack Sparrow ! Ces retrouvailles ont-elles pourtant été indispensables, au vu des quatre films précédents, guère capables d'assurer plus que le service minimum, c'est-à-dire de faire tourner en boucle une recette invariablement couronnée de succès commercial ? Il n'y a eu aucune impatience en effet de notre part, après l'ennui profond que nous ont procuré les aventures précédentes des pirates de Disney, ordonnées sans verve il y a six ans par Rob Marshall.

Test Blu-ray : Paterson

0
Si vous avez un jour aimé un film de Jim Jarmusch, il y a de fortes chances que vous aimeriez également tous les autres ! En effet, la filmographie du réalisateur brille par une incroyable cohérence dans la forme et le fond, à laquelle il est en même temps compréhensible de rester hermétiquement fermé. En tout cas, Paterson y ajoute un élément honorable

Critique : Paterson

0
Le cinéma de Jim Jarmusch oscille entre deux univers, certes pas mutuellement exclusifs, quoique engageants à des niveaux différents. Sur un ton sans exception très détendu et cool, une sorte de contemplation zen pleine de sagesse, le réalisateur a pour habitude soit de s’improviser en artiste du néant, soit de soumettre souverainement des genres normalement plus actifs à son sens aigu de l’observation tranquille.

Festival de Gardanne 2016 : jour 5

0
Mardi 18 octobre, jour 5 du Festival 2016 : 4 films en avant-première, "Paterson" de Jim Jarmush, "La supplication" de Pol Cruchten, "Le concours" de Claire Simon et "L'attrape-rêves" de Claudia Llosa.

Test Blu-ray : Les malheurs de Sophie

0
Célèbre roman de la Comtesse de Ségur, « Les malheurs de Sophie » a déjà été adapté de multiples fois au cinéma et à la télévision. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'on attendait pas forcément que Christophe Honoré s'attelle à une nouvelle version des mésaventures de cette sale gosse turbulente : son cinéma très orienté « bobo parisien » ne semblait pas trop coller au style de cette histoire très tournée vers l'enfance. Pourtant, avec cette adaptation couplée des « Malheurs de Sophie » et des « Petites filles modèles » réunies en un seul et même film, Honoré s'en sort plutôt bien, étonnant souvent le spectateur grâce à quelques idées de mise en scène souvent originales et plutôt payantes, rompant assez nettement avec les versions précédentes.

Paul McCartney rejoint Pirates des Caraïbes 5

1
Alors que son tournage principal est terminé depuis un moment déjà, le cinquième volet de Jack Sparrow & co (Pirates Of The Caribbean: Dead...

Critique : Les Deux amis

0
Le premier film est toujours le plus personnel, celui qui révèle le plus cruellement les aspirations et les limitations du réalisateur débutant. Il est en quelque sorte le reflet de l’âme de son créateur, qui nous donne envie soit d’en apprendre davantage sur lui ou elle, soit de fuir ce nouveau monde filmique qui ne nous apporte rien.