Sorties de la semaine — 28 mars 2018
Les sorties du 28 mars 2018

Si vous ne savez pas quelle activité pratiquer pendant cette semaine pascale, que diriez-vous d’une chasse aux œufs cinématographiques ? Le choix est en effet une fois de plus abondant ce mercredi avec une vingtaine de nouveautés à l’affiche, sans compter la sélection des films en reprise, particulièrement somptueuse. Pour éviter de tomber sur un œuf pourri, voici donc nos recommandations : du côté français, quatre films sortent positivement du lot, deux fictions et deux documentaires. Le fantastique et le social sont au programme des longs-métrages de fiction, avec une relecture du mythe de Jekyll et Hyde par le loufoque Serge Bozon dans , ainsi qu’un conte social sur la difficulté de trouver un travail à partir d’un certain âge, le saisissant de Walid Mattar que notre confrère Jean-Jacques semble avoir le plus aimé cette semaine. En documentaire, il y aurait la dure réhabilitation de prisonniers par le théâtre dans Après l’ombre de Stéphane Mercurio ou bien un sujet tout à fait dans l’air du temps, quoique pas du tout exploité vulgairement dans de Christian Sonderegger ou l’histoire somme toute ordinaire d’un homme transgenre.


Parmi les films étrangers, vous ne pourrez pas passer à côté du nouveau Steven Spielberg … puisqu’il sera projeté dans pratiquement tous les multiplexes de France. Après, l’avis de notre confrère Sébastien est suffisamment négatif et la bande-annonce tellement laide que ce n’est aucunement une priorité ! Car vous aurez largement de quoi être enchantés par d’autres films venus d’ailleurs, en l’occurrence d’Israël, d’Autriche, de Lituanie, du Chili et oui, aussi des États-Unis. Dans l’ordre, on vous conseille donc le quotidien d’un ouvrier du bâtiment qui peine à finir ses études dans Les Destinées d’Asher de Matan Yair, la sortie enfin d’un film que nous avions découvert à Berlin l’année dernière et qui vaut le détour par son humour caustique dont Joseph Hader, une véritable institution culturelle dans l’espace germanophone, détient le secret dans La Tête à l’envers, le fascinant de Sharunas Bartas, même si le réalisateur n’est pas moralement sans reproche dans le sillage de l’affaire Weinstein, un nouveau représentant du cinéma latino-américain décidément très vigoureux ces derniers temps avec Jesus petit criminel de Fernando Guzzoni et en guise de cerise sur le gâteau le très beau de Chloé Zhao, qui a l’air d’avoir de même rencontré les faveurs de notre chroniqueur infatigable Jean-Jacques.


Le meilleur pour la fin, avec une formidable rétrospective de six films du maître du cinéma de genre japonais , concoctée avec soin par le distributeur Splendor Films ! L’occasion idéale de voir ou revoir ces chefs-d’œuvre des années 1960, qui ont laissé une empreinte durable dans l’Histoire du cinéma, grâce à l’inspiration stylistique qu’ils ont transmise à des cinéastes aussi divers que Quentin Tarantino, Jim Jarmusch ou encore Damien Chazelle. Puis, si vous préférez des effets de mise en scène un peu moins extravagants, on vous invite au mariage pour le moins compliqué entre les deux monstres sacrés du cinéma italien que sont Marcello Mastroianni et Claudia Cardinale dans Le Bel Antonio de Mauro Bolognini, tourné à peu près à la même époque que les feux d’artifice viscéraux de Seijun Suzuki, mais tributaire d’une perversion moins expressive …


Après l’ombre de Stéphane Mercurio (France, Documentaire, 1h33, distribué sur 30 copies)

Blue de Keith Scholey et Alastair Fothergill (Royaume-Uni, Documentaire animalier, 1h18, distribué sur 293 copies)

C’est assez bien d’être fou de Antoine Page (France, Documentaire, 1h44)

de Jérémie Renier et Yannick Renier (France, Comédie dramatique, 1h25) avec Leila Bekhti, Zita Hanrot et Bastien Bouillon

Coby de Christian Sonderegger (France, Documentaire, 1h17, distribué sur 10 copies)

Le Collier rouge de Jean Becker (France, Drame historique, 1h23) avec François Cluzet, Nicolas Duvauchelle et Sophie Verbeeck (critique)

de Alexandre Espigares (France, Animation, 1h27, distribué sur 483 copies)

Les Dents pipi et au lit de Emmanuel Gillibert (France, Comédie, 1h45, distribué sur 306 copies) avec Arnaud Ducret, Louise Bourgoin et Gigi Akoka

Les Destinées d’Asher de Matan Yair (Israël, Comédie dramatique, 1h34, distribué sur 24 copies) avec Asher Lax, Ami Smolartchik et Yaacov Cohen

Frost de Sharunas Bartas (Lituanie, Drame, 2h00) avec Mantas Janciauskas, Lyja Maknaviciute et Vanessa Paradis

Jesus petit criminel de Fernando Guzzoni (Chili, Drame, 1h26, distribué sur 4 copies) avec Sebastian Ayala, Nicolas Duran et Alejandro Goic

de Vito Gennaro Giacalone (France, Documentaire, 0h54)

Madame Hyde de Serge Bozon (France, Comédie, 1h35) avec Isabelle Huppert, Romain Duris et José Garcia

de Garth Davis (États-Unis, Biographie filmique, 2h10) avec Rooney Mara, Joaquin Phoenix et Chiwetel Ejiofor

de Neïl Beloufa (France, Drame, 1h13) avec Hamza Meziani, Louise Orry-Diquero et Paul Hamy

de Marek Benes (Tchéquie, Animation, 0h40, distribué sur 100 copies)

Ready Player One de Steven Spielberg (États-Unis, Science-fiction, 2h20, distribué sur 719 copies) avec Tye Sheridan, Olivia Cooke et Ben Mendelsohn (critique)

The Rider de Chloé Zhao (États-Unis, Drame, 1h44) avec Brady Jandreau, Tim Jandreau et Lilly Jandreau (critique)

La Tête à l’envers de Joseph Hader (Autriche, Comédie dramatique, 1h43) avec Joseph Hader, Pia Hierzegger et Georg Friedrich (critique)

Vent du nord de Walid Mattar (France, Drame, 1h30, distribué sur 73 copies) avec Philippe Rebbot, Mohamed Amine Hamzaoui et Corinne Masiero (critique)

Reprises

Le Bel Antonio (1960) de Mauro Bolognini (Italie, Drame, 1h42) avec Marcello Mastroianni, Claudia Cardinale et Pierre Brasseur

Rétrospective Seijun Suzuki (1963-67) de Seijun Suzuki (Japon) : La Marque du tueur / Le Vagabond de Tokyo / Histoire d’une prostituée / La Barrière de chair / Détective bureau 2-3 / La Jeunesse de la bête

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Tobias Dunschen

Cet article a été rédigé par Tobias Dunschen, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles

(0) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *