Les sorties du 1er juillet 2020

0
295

© 2020 Caroline Fauvel / Insolence Productions / Les Films Fauves / Kwassa Films / Rezo Films Tous droits réservés

Le premier vrai mercredi de sorties cinéma depuis la fin du confinement ne nous incite guère à l’enthousiasme. Ce n’est pas tellement la qualité des films proposés qui nous inquiète ici, mais leur nombre extrêmement faible. Avec cinq nouveaux films à l’affiche, cette sélection hebdomadaire s’apparente en toute modestie à la semaine creuse annuelle en plein Festival de Cannes au mois de mai – normalement – ou aux périodes estivales tout juste ponctuées de quelques mastodontes hollywoodiens et d’autres films peu attrayants, largués sur cette décharge négligée à juste titre et par le public, et par les distributeurs. Espérons que les affaires reprendront tout de même avec un peu plus de vigueur dans les semaines à venir, puisque les spectateurs français, au rendez-vous de la réouverture des salles depuis une dizaine de jours, méritent mieux qu’une offre se renouvelant au compte-gouttes !

Plus en détail, il y a quand même de quoi trouver son bonheur parmi les films qui sortent ce jour. Le moins intéressant, quoique toujours plaisant, nous paraît être le deuxième long-métrage de Jon Stewart, le célèbre animateur de « The Daily Show », la satire politique . De même, de Grégory Magne constitue le genre de divertissement un peu trop consensuel pour éveiller notre passion cinéphile. L’autre film français de la semaine, Jumbo de Zoé Wittock, s’inscrit par contre davantage dans une forme de bizarrerie thématique susceptible de nous intriguer.

Enfin, quelques jours après la marche des fiertés, virtuelle cette année elle aussi pour cause de pandémie, deux films à associer de près ou de loin au cinéma gay comptent parmi nos coups de cœur de la semaine. Dans , Isabel Sandoval nous conte une belle histoire d’amour sur fond d’immigration et de confusion des genres. Et dans le film argentin de Marco Berger, il s’en passe des choses dans un appartement où des attirances insoupçonnées naissent, puis s’épanouissent.

Red-Headed Woman © 1932 Metro-Goldwyn-Mayer / Warner Bros. France / Institut Lumière Tous droits réservés

Quand on écrit que le programme de cinéma de cette semaine est un peu rachitique, on ne pense pas aux ressorties, depuis toujours notre bouée de sauvetage pendant l’été. Il n’y a pas grand-chose à dire sur de Claude Faraldo, une curiosité bien dans l’air du temps du début des années 1970, qui bénéficie d’une sortie assez confidentielle grâce aux hommages rendus un peu partout au géant du cinéma français Michel Piccoli, disparu le 12 mai dernier.

La rétrospective prestigieuse, concoctée par l’Institut Lumière avec le soutien de la Warner, qui donne un coup de projecteur révélateur sur le cinéma américain d’avant l’instauration de cette atrocité de pudibonderie qu’était le code Hays, risque toutefois de nous faire jubiler jusqu’à la rentrée. Quoi de mieux, en effet, pendant cette saison potentiellement chaude, que de se glisser pour à peine plus d’une heure dans des salles obscures climatisées, afin d’y découvrir les débuts d’actrices et d’acteurs de légende comme Jean Harlow et Barbara Stanwyck côté féminin et Clark Gable et James Cagney côté masculin ?!


Brooklyn Secret de Isabel Sandoval (États-Unis, Drame, 1h29, distribué sur 90 copies) avec Isabel Sandoval, Eamon Farren et Lynn Cohen (critique)

Le Colocataire de Marco Berger (Argentine, Drame, 1h49) avec Alfonso Barón, Gaston Re et Malena Irusta

Irrésistible de Jon Stewart (États-Unis, Satire politique, 1h41) avec Steve Carell, Chris Cooper et Mackenzie Davis

Jumbo de Zoé Wittock (France, Drame, 1h33) avec Noémie Merlant, Emmanuelle Bercot et Bastien Bouillon

Les Parfums de Grégory Magne (France, Comédie, 1h40, distribué sur 561 copies) avec Emmanuelle Devos, Grégory Montel et Gustave Kervern (critique)

Reprises

Rétrospective Forbidden Hollywood (1931-1933) dix films de l’ère pré-code (États-Unis, distribué sur 18 copies) : Âmes libres, L’Ange blanc, Baby Face, La Belle de Saïgon, Blonde Crazy, Employees’ Entrance, Female, Red-Headed Woman, Jewel Robbery et The Mind Reader

Themroc (1972) de Claude Faraldo (France, Comédie dramatique, 1h45, distribué sur 10 copies) avec Béatrice Romand, Francesca Romana Coluzzi et Marilu Tolo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici