News — 16 mars 2014
Le 15ème Printemps du Cinéma commence aujourd’hui !

À partir de ce dimanche 16 et jusqu’au mardi 18 mars, toutes les séances dans les quelques 5400 salles françaises sont au tarif unique de 3,50 euros, hors majoration pour les films en 3D et quelques séances spéciales. L’an dernier près de 2,6 millions de spectateurs se sont déplacés, fera-t-on mieux cette année ?

 

La bande annonce, maline et créative, est signée de Stéphane Pribile du collectif PlanKtoon, sur une musique de Yohann Sveig. Des fauteuils célèbres de cinéma s’enchaînent joliment, d’Emmanuelle de Just Jaeckin à Gravity en passant par Là-haut de chez Pixar et … Intouchables de Nakache & Toledano !

 

 

Comme chaque année, des acteurs-ambassadeurs soutiennent la manifestation et seront présents dans les salles dont certains sont dans l’actualité, comme Kev Adams et Franck Dubosc (Fiston), Emmanuelle Chriqui, et Manu Payet (Situation amoureuse : c’est compliqué), Emmanuelle Devos () mais ausi Audrey Fleurot et Catherine Frot, hors promotion.

 

La manifestation se prolongera pendant sept jours après la fin de l’opération du 19 au 25 mars avec BNP Paribas, partenaire exclusif depuis 10 ans, qui propose 330000 contremarques qui restent destinés à ses clients.

 

Quels films voir pendant ces trois jours ?

Sorties des 5 et 12 mars :

, un documentaire de Jean-Loïc Portron et Gabriella Kessler sur une ville symbole de l’Amérique confrontée au déclin du monde industriel

de Volker Schlondörff, un drame en huis-clos magistralement interprété par et qui donne un frisson rétrospectif sur la disparition programmée de Paris

– l’inattendu How I live now ( maintenant c’est ma vie ) de Kevin Macdonald, un film qui commence comme un drame sur une adolescente américaine perdue dans la campagne anglaise ( Saoirse Ronan ) avec ses cousins qui ne l’intéressent pas vraiment et dérivent soudainement vers le récit post-apocalyptique traité de façon très originale

 

Toujours en salles :

des films noirs ou policiers comme A touch of sin de Jia Zhangke, récit complexe qui a eu le prix du scénario à Cannes en 2013 et L’Amour est un crime parfait des frères Larrieu, avec Mathieu Amalric qui perd pied à la montagne, le documentaire At Berkeley, nouvelle magistrale plongée dans une institution par Frederick Wiseman, Les Bruits de Recife, premier long-métrage du brésilien qui possède déjà un univers très personnel et mérite d’être encouragé, le feel good movie sensible chilien Gloria de Sebastian Lelio avec Paulina Garcia (une sacrée personnalité), le drame polonais Ida de Pawel Pawlikowski, le thriller efficace Non-stop avec Liam Neeson et Julianne Moore, le film de vampires envoûtant(s) de avec Tilda Swinton et Tom Hiddleston amants terribles dans un film rock’n’roll sanglant et élégant, la comédie enlevée The Grand Budapest Hotel de Wes Anderson, la comédie romantique épistolaire indienne The Lunchbox avec Irrfan Khan, Tonnerre de Guillaume Brac, comédie dramatique avec en têtes d’affiches avec une guitare et avec un vélo ou La Vénus à la fourrure, bonheur de mise en scène de Roman Polanski, lauréat mérité du César du réalisateur en février dernier.

 only-lovers-left-alive

 Pour les amateurs de grands classiques, il sera possible de voir pendant cette période : les sept films restaurés en numérique de la rétrospective Ingmar Bergman (Les Fraise sauvages, Persona, Scènes de la vie conjugale, Le Septième sceau, Sonate d’automne, La Source et Sourires d’une nuit d’été) ou de revoir les films de Wes Anderson au Grand Action, de Rushmore à Moonrise Kingdom en passant par La Famille Tenenbaum, La Vie Aquatique, A bord du Darjeeling Limited et Le Fantastique Mister Fox.

wes-anderson

Vous aimez le cinéma et n’avez pas de carte illimitée ? Profitez de cette promotion pour découvrir le meilleur du cinéma en salles… mais hélas, pas de , qui ne sortira qu’en VOD, la Warner ne croyant pas du tout à une sortie sur grand écran de ce long-métrage pourtant attendu par de nombreux fans. Très très dommage !

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Pascal Le Duff

Cet article a été écrit par Pascal Le Duff, rédacteur en chef cinéma sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles