Test Blu-ray : Escape game

0
D’une façon extrêmement étonnante, Escape game n’est pas une production Blumhouse. Même s’il en affiche à priori tous les atours – budgétaires, promotionnels, mais également formels et narratifs – et même s’il a été réalisé par Adam Robitel, petit protégé de Jason Blum et Oren Peli, Escape game est bien un film produit par Original Film, boite habituellement plutôt spécialisée dans le gros divertissement familial. D’où un thriller aux allures carrées, résolument tourné vers l’efficacité. Ainsi, s’il met certes en scène quelques têtes connues (Tyler Labine, qui incarnait Dale dans Tucker & Dale fightent le mal, ou encore Deborah Ann Woll, connue pour le personnage de Jessica « Baby Vamp » dans True blood)

Test Blu-ray : La saignée

2
La redécouverte de La saignée, presque 50 ans après sa sortie, tient du miracle. Film quasi-inconnu, invisible si ce n’est pas le biais d’une antique VHS éditée par Proserpine dans les années 80, le film de Claude Mulot s’impose comme « LA » pépite inattendue de cette année 2019. Si bien sûr la ressortie de La rose écorchée chez Le chat qui fume était déjà un événement extraordinaire, il faut reconnaître que le film traînait tout de même derrière lui quelques centaines de fans inconditionnels, qui réclamaient à corps et à cris qu’un éditeur français fasse enfin le choix de l’éditer. La saignée était quant à lui nettement plus discret, et le fait de le redécouvrir aujourd’hui dans de telles conditions d’excellence était tout simplement inespéré. D’avoir repéré le film et d’avoir su croire en son potentiel commercial (on croise les doigts sur ce point-là du moins) dénote de la part du Chat et de ses équipes une sacrée paire de balloches, doublée d’une foi absolue dans la confiance que peuvent avoir en eux les nombreux consommateurs français qui les suivent. Et si l’on ajoute qu’en plus d’être une totale découverte pour la plupart d’entre nous, le film est une tuerie absolue, vous y croyez ? Honte sur la cinéphilie française d’avoir pu oublier et mettre de côté ce petit trésor de polar, à la croisée des chemins entre les plus fiers représentants français, italiens et américains du genre…

Test Blu-ray : Rebelles

0
Dans le monde très codifié du polar contemporain, le fait d'hériter d'un sac rempli à craquer de billets de banque n'augure généralement rien de très bon pour la suite des événements. La teneur des quiproquos qui s’enchaineront par la suite pourra s’avérer encore plus radicale quand le magot disparu échoue entre les mains de « pieds nickelés » à l’intelligence limitée, n’ayant aucune connaissance des arcanes du crime organisé ou ne s’avérant pas particulièrement doués dans l’Art de la dissimulation. Très influencé par des cinéastes tels que les frères Coen ou Quentin Tarantino, Allan Mauduit décide de jouer avec les codes du cinéma américain, et compose avec Rebelles sa propre conception du polar teinté d’humour noir.

Test Blu-ray : Dragon Ball Super – Broly

0
Vingtième film d'animation à évoluer dans l'univers du manga Dragon Ball, créé en 1984 par Akira Toriyama, Dragon Ball Super : Broly s’est imposé, d’une façon finalement assez étonnante, comme un véritable événement cinématographique à travers le monde entier. Avec plus de 820.000 entrées en seulement trois jours d’exploitation au Japon (et un milliard de yen de recettes), le film a littéralement cassé la baraque, et s’est peu à peu forgé une excellente réputation dans le reste du monde, affichant notamment actuellement une note moyenne de 8/10 sur le site de référence IMDb, calculée sur les votes de plus de 17.000 cinéphiles. Il faut dire aussi qu’en l’espace de 35 ans, les multiples mangas et séries Dragon Ball nés de l’imagination d’Akira Toriyama ont eu le temps de faire leur trou, au point de devenir une référence culturelle aussi majeure qu’incontournable.

Test Blu-ray : Évasion 3 – The Extractors

4
S’il ne s’agissait certainement ni de la série B la plus honteuse de l’année, ni de la carrière de Sylvester Stallone, ce dernier a eu la dent dure sur les réseaux sociaux à l’encontre d’Évasion 2 : Le labyrinthe d'Hadès, qu’il a récemment qualifié de « plus qu’horrible » (« beyond awful »). Il est vrai que le petit film de Steven C. Miller, avec lequel nous avions été relativement indulgent lors de sa sortie en Blu-ray / DVD l’année dernière, s’est vu attribuer une notre cumulée de 3.8/10 sur le site de référence IMDb, ce qui est loin de figurer parmi les meilleures notes de la filmographie de Sly. L’acteur plaçait donc tous ses espoirs dans Évasion 3 : The extractors, réalisé par son complice de toujours John Herzfeld. Une quinzaine de jours après sa sortie en vidéo aux États-Unis, Évasion 3 débarque aujourd’hui en France ; à ce jour, sa note sur IMDb n’est pas beaucoup plus glorieuse, le film culminant à 4.4/10, sur la base des votes de 3365 cinéphiles du monde entier.

Test Blu-ray : Cold skin

0
Gros succès littéraire du début des années 2000, La peau froide (La pell freda) est un roman assez indispensable signé par l’auteur – et anthropologue de formation – Albert Sánchez Piñol. Traduit dans une vingtaine de langues, il s’agit d’un excellent roman fantastique, empruntant autant à Jules Verne et Robert Stevenson qu’à Howard Phillips Lovecraft ou Dan Simmons. Développant un sens de l’horreur et de la tension vraiment remarquable, Piñol signait un roman au cœur duquel les peurs les plus primaires et les plus insidieuses servaient un suspense jouant autant sur la psychologie que sur la violence et les excès sanglants. Huis-clos oppressant prenant place au cœur d’un phare des plus inquiétants, traitant de la peur de l’étranger et s’autorisant même quelques passages émouvants, La peau froide semblait être le matériau de base idéal pour une adaptation cinématographique… qui a finalement mis une quinzaine d’années à débarquer, après plusieurs tentatives infructueuses de développement.

Test Blu-ray 4K Ultra HD : La rose écorchée

0
Même s’il s’agit d’un film relativement oublié de nos jours, dont la notoriété dans l’hexagone n’a guère dépassé une poignée de passionnés de fantastique, La rose écorchée risque bien de surprendre les cinéphiles contemporains qui, s’ils ne l’ont jamais vu, découvriront aujourd’hui une œuvre importante, belle, inspirée, touchant par moments littéralement au sublime. Ne serait-ce que d’un point de vue purement visuel, le film de Claude Mulot s’impose très rapidement comme une véritable merveille, baroque et sensuelle, sublimée par la photo de Roger Fellous. Décors grandioses, brume omniprésente, éclairages sophistiqués, le film passe en un clin d’œil du tableau de maître au kitsch le plus assumé, et crée par là même un contraste plongeant le spectateur dans un univers pictural étrangement et assez paradoxalement homogène, d’une beauté saisissante. La musique et l’histoire en elle-même, traitant d’un amour fou dépassant toutes les limites acceptables socialement parlant, en rajoutent encore dans la poésie macabre et mélancolique développée ici par Claude Mulot. Mais La rose écorchée n’est pas juste un bel objet creux – si bien sûr le film privilégie les plans longs plutôt qu’un montage sec ou nerveux, Mulot fait preuve d’un sens du suspense et de la narration que l’on ne croisait finalement pas si souvent au cœur des œuvres peuplant le cinéma « bis » de l’époque : les rebondissements se succèdent sans temps mort, le rythme est excellent, et l’intérêt du spectateur est maintenu en éveil du début à la fin du film.

Test Blu-ray : La grande aventure Lego 2

0
Depuis la séparation des Monty Python, puis du trio Zucker-Abrahams-Zucker, les amateurs de comédies ont parfois bien du mal à trouver chaussure à leur pied côté grosse marrade. Beaucoup de comédies contemporaines s’avèrent en effet écrites par des manches pour qui la notion de « sens du gag » est probablement un Graal inaccessible, et qui compensent difficilement en soignant punchlines ou casting. La comédie est une mécanique compliquée, et bien des malheureux s’y cassent les dents car n’ayant rien compris à la dynamique d’un gag réussi, au timing précis de la vanne qui tue.

Test Blu-ray : Razorback

0
Au contraire d’un gars comme Peter Hyams, honnête artisan de la série B qui a toujours su privilégier l’efficacité aux artifices techniques et aux effets stroboscopiques, Russell Mulcahy n’est jamais vraiment parvenu à se trouver un style hors des clips « plus 80’s tu meurs » qui l’ont fait connaitre, et qu’il a mis en boite pour de fiers représentants de la décennie spandex fluo, tels que Duran Duran ou Billy Joel. D’où une carrière en dents de scie oscillant le plus souvent entre le mauvais et le très mauvais, allant d’un Highlander ô combien surestimé à une flopée de téléfilms qui feraient passer le cinéma d’Uwe Boll pour du Kubrick.

Test Blu-ray : Iron Sky 2

0
Des vaisseaux spatiaux, du kung fu, des nazis, des dinosaures… Sur le papier, Iron Sky 2 était bien parti pour être le meilleur film de tous les temps, ou du moins de faire partie de ces films « rêvés » qui prennent parfois forme comme dans nos fantasmes les plus fous. Cela dit, notre sens critique pas encore tout à fait anesthésié restait tout de même un peu en éveil : comme son titre l’indique, le film annoncé était la suite de Iron Sky qui, si sympathique soit-il, n’était pas non plus tout à fait le film de la décennie. Qu’à cela ne tienne : on a vu de nombreuses suites pulvériser leurs modèles. Et puis merde, quoi : Des vaisseaux spatiaux ! Du kung fu ! Des nazis ! Des dinosaures ! De l’or en barres. Impossible de se rater avec un tel mélange. Welles, Kubrick, Hawks, Ford, Ozu, Malick… Aucun d’entre eux n’y avait pensé avant – car ce sont des gros nuls. Le finlandais Timo Vuorensola quant à lui a su trouver l’essence même du projet idéal, celui dont on se dit, quand on le voit, qu’on est en train de vivre un moment historique.

Test Blu-ray : 125 rue Montmartre

0
125 rue Montmartre est un récit de machination, qui invitera le spectateur à se plonger dans les arcanes d’un mystère tout droit issu d’un roman policier – littéralement parlant d’ailleurs, puisque le film de Gilles Grangier est adapté du roman éponyme d’André Gillois, publié chez Hachette en 1958. Malgré la belle collection affichée dans l’appartement de Dora Doll dans le film, le roman d’origine ne faisait pas partie de la fameuse « Série Noire » de chez Gallimard – mais il en est un cousin pas très éloigné, de la même façon que le film de 1959 s’avère forcément à sa manière un peu cousin du Film Noir américain. Les clins d’yeux aux U.S.A. sont d’ailleurs assez explicites dans le film de Grangier, avec le personnage de Lino Ventura arborant une belle paire de Converse, le commissaire et sa cartouche de Chesterfield…

Test Blu-ray : Un sac de billes

0
Alors que Gaumont a mis en boite en 2017 une nouvelle adaptation d’Un sac de billes devant la caméra de Christian Duguay, Pathé nous propose aujourd’hui de redécouvrir la vision de Jacques Doillon du roman autobiographique de Joseph Joffo, racontant la fuite en avant de deux jeunes garçons au cœur de la France occupée de 1942.

Restons connectés

3,832FansJ'aime
2,817SuiveursSuivre
1,750AbonnésS'abonner

Derniers articles

European Film Awards 2020 : les 6 films supplémentaires en lice

0
Alors que l'Europe, voire le monde entier, redoute en ce début d'automne la deuxième vague de l'épidémie du coronavirus avec une anxiété qui borde à la psychose collective, celle des candidats sélectionnés pour concourir aux prochains European Film Awards fait déjà plus d'heureux.

Les sorties du 23 septembre 2020

Youpi, c'est mercredi !? Permettez-nous de ne pas tomber dans un mode franchement enthousiaste face au programme de nouveaux films que les vaillants distributeurs français nous ont concocté en ce début d'automne.

À voir sur Amazon Prime Video : Brutus vs César / Ave Kheiron

0
Avec Brutus vs César, Kheiron prend donc à nouveau le parti de changer radicalement de style, d’aller là où personne ne l’attendait vraiment, avec une comédie non-sensique sur fond de péplum probablement pensée comme un appel du pied aux Monty Python

Test Blu-ray 4K Ultra HD : Full metal jacket

0
Pour ceux qui l'ignoreraient encore, Full metal jacket est divisé en deux parties : la première heure suivra la formation d'un groupe de marines. On retrouvera quelques-uns de ces jeunes gens durant la deuxième partie du film, qui se concentre sur la guerre en elle-même.

Critique : La Femme des steppes le flic et l’œuf (Deuxième avis)

0
Öndög est avant tout un film sur la matière première du cinéma – le temps. Les dialogues restent moins importants, purement fonctionnels- ils racontent ce que l’image ne transmet pas- ou poétiques et quelque peu naïfs, ils lient les longues scènes contemplatives.