Test Blu-ray : Un sac de billes

0
Alors que Gaumont a mis en boite en 2017 une nouvelle adaptation d’Un sac de billes devant la caméra de Christian Duguay, Pathé nous propose aujourd’hui de redécouvrir la vision de Jacques Doillon du roman autobiographique de Joseph Joffo, racontant la fuite en avant de deux jeunes garçons au cœur de la France occupée de 1942.

Test Blu-ray : Le bazar de la charité

0
Dix ans après la « révolution » télévisuelle américaine, et la multiplication sur le petit écran de shows tellement ambitieux et soignés qu'ils n'ont littéralement plus rien à envier à la production cinématographique, il semble que la France se mette enfin à penser au-delà des limites un peu trop étriquées de la fiction télévisuelle telle qu'elle était envisagée chez nous dans les années 90/2000. Ainsi, après les séries produites et diffusées par Canal+ depuis quelques années (Braquo, Maison close, Le bureau des légendes...), et grâce au soutien de Netflix qui, décidément, compte bien montrer que l'on peut réellement changer la donne de nos jours en termes de télévision de qualité, c'est aujourd'hui TF1 qui se lance dans l'aventure de la série romanesque à gros budget avec Le bazar de la charité.

Test Blu-ray : Coffy, la panthère noire de Harlem

0
S’il n’est ni le premier ni le meilleur film de Blaxploitation ayant vu le jour dans les années 70, Coffy, la panthère noire de Harlem s’impose en revanche comme l’un de ses représentants les plus célèbres. Néanmoins, les raisons du succès du film auprès du public, malgré les années qui nous séparent de sa sortie, sont nombreuses. Déjà, il faut noter que le personnage-titre, la redoutable Coffy, est interprétée par Pam Grier, véritable icône du genre, et chouchou des fanboys depuis 1997 puisqu’elle fut également l’héroïne de Jackie Brown, le troisième film de Quentin Tarantino. Sorti juste avant l’explosion du format DVD, le film de Tarantino a probablement largement contribué à remettre en lumière la Blaxploitation en France, que les jeunes cinéphiles d'alors ont découvert par le biais de Pam Grier, et de Coffy, la panthère noire de Harlem naturellement.

Test Blu-ray : Maniac

0
Véritable conte morbide, doublé d’une plongée dans la psyché dérangée d’un tueur en série, Maniac est qualifié sur la page Wikipédia qui lui est consacrée de « classique du cinéma d’horreur ». Et comment que c’est un classique ! Malgré une note sur le site de référence IMDb finalement assez peu élevée, surtout compte-tenu de son importance historique (6,5/10 – c’est à peine plus que la note accordée au remake de 2012), le film de William Lustig s’impose comme une véritable date dans l’Histoire du cinéma d’horreur. Papa de toute la vague de psycho-killers qui suivraient durant les années 80/90, Maniac s’impose comme le mètre étalon, le père fondateur pour tous les films de tarés qui ont bercé la jeunesse – et parfois les fantasmes – d’une génération entière de cinéphiles. On pense à des films tels que Cauchemars à Daytona Beach, Le sadique à la tronçonneuse, Rosemary's killer, Henry portrait d’un tueur en série ou encore Schizophrenia le tueur de l’ombre : ces films-cultes pour tant d’amateurs d’horreur / de dévoreurs de VHS et de video nasties des années 80 sont tous les enfants plus ou moins légitimes du chef d’œuvre de William Lustig, et il y a fort à parier finalement pour qu’aucun tueur de cinéma ne parvienne jamais à marquer autant les mémoires que celui incarné par Joe Spinell, littéralement « habité » par son rôle. Oui, bon, d’accord, c’est un lieu commun que d’affirmer cela, mais c’est vraiment le cas ici, d’autant que Spinell est également co-auteur du scénario : quel ado découvrant le film dans les années 80 ou 90 n’a pas imaginé un instant que Spinell était un véritable sadique ?

Test Blu-ray : Le bal de l’horreur

0
Révélée par Halloween en 1978, Jamie Lee Curtis a durant quelques années poursuivi sur la voie de l’horreur, avec plusieurs expériences dans le genre qui lui vaudront son surnom de « scream queen » : après avoir retrouvé John Carpenter sur Fog (1980), elle tournera la même année Le bal de l'horreur – le film qui nous intéresse aujourd’hui – puis Le monstre du train, avant d’embrayer sur Déviation mortelle et Halloween II en 1981. Un début de carrière placé sous le signe du frisson donc, et dont le maillon que nous découvrons aujourd’hui grâce à Rimini Editions restait à ce jour malheureusement inédit en France en DVD – et à plus forte raison en Blu-ray.

Test Blu-ray : Maléfique 2 – Le pouvoir du mal

0
Les films produits par Disney se suivent et ne se ressemblent pas : après le carton international du Roi lion en 2019 (1,65 milliard de dollars de recettes, 9,7 millions d’entrées en France), qui précédait de peu l’autre carton constitué par La reine des neiges II (1,43 milliard de dollars de recettes, 7,4 millions d’entrées en France), on avait vu débarquer sur les écrans Maléfique 2 : Le pouvoir du Mal, une nouvelle aventure d’Angelina Jolie dans la peau de la sorcière la plus iconique de la maison Disney – une fausse méchante qui, on le rappelle, avait sorti elle-même la Belle au bois dormant de son sommeil forcé dans le film de 2014. Maléfique en 2014, c’était 760 millions de dollars de recettes (830 après l’exploitation du film en vidéo), et deux millions de spectateurs en France. En 2019, Maléfique 2 : Le pouvoir du Mal n’a quant à lui cumulé « que » 477 millions de dollars, et réuni 2,6 millions de français dans les salles. Les adeptes hexagonaux augmentent, mais paradoxalement, le film a rapporté moitié moins que l’original aux Etats-Unis. Les chiffres sont déjà fracassants, mais on suppose qu’avec l’habitude des recettes dépassant régulièrement le milliard, la boite à Mickey doit franchement tirer la gueule à moins de 300% de rentabilité de nos jours. Dans les bureaux de Disney, des têtes vont tomber !

Test Blu-ray : Alex, le destin d’un roi

0
Avec un peu moins de 81.000 entrées enregistrées sur un parc de 250 copies, Alex, le destin d’un roi est vraiment passé inaperçu en France. Le problème pour la Fox, c’est malheureusement que le film a également fait un four retentissant aux Etats-Unis, où il n‘a récolté que 17 millions de dollars de recettes… sur un budget avoisinant les 60 millions. La tuile pour Joe Cornish, qui portait ce sujet et ce scénario dans son cœur depuis son adolescence, et qui avait mis plusieurs années pour parvenir à le porter à l’écran…

Test Blu-ray : Iron Sky 2

0
Des vaisseaux spatiaux, du kung fu, des nazis, des dinosaures… Sur le papier, Iron Sky 2 était bien parti pour être le meilleur film de tous les temps, ou du moins de faire partie de ces films « rêvés » qui prennent parfois forme comme dans nos fantasmes les plus fous. Cela dit, notre sens critique pas encore tout à fait anesthésié restait tout de même un peu en éveil : comme son titre l’indique, le film annoncé était la suite de Iron Sky qui, si sympathique soit-il, n’était pas non plus tout à fait le film de la décennie. Qu’à cela ne tienne : on a vu de nombreuses suites pulvériser leurs modèles. Et puis merde, quoi : Des vaisseaux spatiaux ! Du kung fu ! Des nazis ! Des dinosaures ! De l’or en barres. Impossible de se rater avec un tel mélange. Welles, Kubrick, Hawks, Ford, Ozu, Malick… Aucun d’entre eux n’y avait pensé avant – car ce sont des gros nuls. Le finlandais Timo Vuorensola quant à lui a su trouver l’essence même du projet idéal, celui dont on se dit, quand on le voit, qu’on est en train de vivre un moment historique.

Test Blu-ray : Abominable

0
Si Dreamworks est resté relativement discret sur le film en termes de promotion et de merchandising, s’il a été exploité de façon presque « timide » pour un film d’animation américain (561 salles, c’est 120 de moins que Toy Story 4, et 50 de moins que Baby boss ou Les trolls si on le compare à d’autres films de chez Dreamworks), le succès fut quand même clairement au rendez-vous pour Abominable, qui est parvenu à réunir deux millions de français dans les salles à l’automne 2019 (et 172 millions de dollars de recettes à l’international).

Test Blu-ray : Inside man – Most wanted

0
Inside man : Most wanted est une suite d’Inside man : L’homme de l’intérieur, le très efficace petit thriller mis en scène par Spike Lee en 2006. Treize ans plus tard, c’est M.J. Bassett que l’on retrouve derrière la caméra ; un nom relativement prestigieux quoi qu’un peu oublié ces dernières années… Découvert en 2002 avec le très intéressant La tranchée, Bassett confirmerait par la suite son statut de valeur sure du cinéma fantastique avec Wilderness (2006), Solomon Kane (2009) et Silent Hill : Revelation (2012). En 2016, le cinéaste que l’on avait connu à ses débuts sous le patronyme de Michael J. Bassett deviendrait officiellement M.J. Bassett, puisqu’elle révélerait être « transgenre », à la façon des frères Wachowski, devenus sœurs Wachowski en 2012 et 2016. Mais trêve de digressions et parlons plutôt du film.

Test DVD : Gloria Mundi

0
Guédiguian nous montre un monde économique de plus en plus inhumain, dans lequel il n'y a plus de lutte des classes mais une lutte, individualiste, à l'intérieur d'une des classes, celle des gens qui n'arrivent pas à joindre les deux bouts.

Test Blu-ray : Willie Boy

0
Scénariste et réalisateur américain, Abraham Polonsky aura sans doute d'avantage marqué les mémoires pour avoir été victime du Maccarthysme (il fut inscrit durant de longues années sur la liste noire de Hollywood) que pour sa filmographie en tant que réalisateur, qui ne compte finalement que trois longs-métrages : L'enfer de la corruption (1948), Willie Boy (1969) et Le voleur de chevaux (1971). Entre ses deux premiers films, un creux de 21 ans l'ayant éloigné des plateaux et forcé à travailler sous pseudonyme sur des scénarios remarquables, tels que celui du Coup de l’escalier de Robert Wise.

Restons connectés

3,832FansJ'aime
2,817SuiveursSuivre
1,750AbonnésS'abonner

Derniers articles

Test Blu-ray : Out of time

0
Presque dix ans après Le diable en robe bleue (1995), Carl Franklin et Denzel Washington se sont retrouvés en 2003 sur le projet Out of time, un nouveau polar sous perfusion de « Film Noir » des années 40/50...

Les sorties du 8 juillet 2020

Deux semaines après la réouverture des salles, les affaires reprennent toujours aussi doucement du côté des cinémas français. Le nombre de sorties hebdomadaires a certes doublé par rapport à mercredi dernier et son offre rachitique en termes de quantité.

Test Blu-ray : Comme un oiseau sur la branche

0
Et au final, devant la caméra solide et expérimentée de John Badham, Comme un oiseau sur la branche est devenu un véritable petit film culte, un OVNI que l’on se régalera à redécouvrir en famille trente ans après sa sortie. Véritable madeleine de Proust cinématographique, le film de Badham est un actioner 100% plaisir

Test Blu-ray : Nightmare Island

0
S’il s’agit à nouveau d’un film « concept » d’avantage porté par un pitch malicieux que par son casting, Nightmare Island marque tout de même une petite rupture dans les habitudes de Jason Blum et Blumhouse Productions. En effet, le nouveau film de Jeff Wadlow ne se base pas sur un scénario « original ».

Décès du compositeur Ennio Morricone

0
Le cinéma mondial est en deuil de l'un de ses plus grands maîtres musicaux. Le compositeur italien Ennio Morricone est décédé ce matin à Rome. Il était âgé de 91 ans. Morricone avait été admis quelques jours plus tôt à l'hôpital suite à une chute, qui avait causé une fracture du col du fémur.