Test Blu-ray : Fast & Furious – Hobbs & Shaw

0
Toujours plus énorme, toujours plus fun : Hobbs & Shaw fait partie de ces actioners s'imposant comme les fils spirituels de Commando, True lies ou Bad boys II. Réussissant le tour de force d'être à la fois un blockbuster d'action survitaminé enchainant les scènes d'action les plus folles et les plus surréalistes et une comédie efficace multipliant les vannes et les joutes verbales, non seulement entre Dwayne « The Rock » Johnson et Jason « Le Stath' » Statham, mais également avec d'autres personnages, dont certains invités de marque tels que Ryan Reynolds, Helen Mirren ou Kevin Hart, qui s'offrent des apparitions remarquées et hilarantes.

Test Blu-ray : Elmer Gantry, le charlatan

0
Si le phénomène est quasi-inconnu de notre côté de l’Atlantique, les prédicateurs et autres évangélistes itinérants sillonnent les routes des Etats-Unis depuis de très nombreuses années, répandant la bonne parole du Christ à travers de grands « shows » populaires, spectaculaires et musicaux. Les sermons qui y sont souvent dispensés – le plus souvent devant des milliers de personnes – sont tellement éloignés de l’image que l’on peut se faire de ce pieux exercice qu’on pourrait affirmer qu’ils sont au traditionnel sermon d’église ce que le catch est à la boxe…

Test Blu-ray : Brice 3

0
Jean Dujardin n’a jamais caché son attachement tout particulier pour le personnage de Brice de Nice, qu’il a créé il y a 20 ans sur les planches et avait emmené au cinéma en 2005 dans un film fort logiquement intitulé Brice de Nice. Gros succès, le film de James Huth était parvenu à réunir 4,4 millions de spectateurs dans les salles françaises. Bien sûr, depuis 2005, pas mal d’eau a coulé sous les ponts : Jean Dujardin est depuis 2012 un acteur multi-récompensé (Oscar, Bafta, Golden Globe…), et si son retour à la comédie n’a finalement rien de vraiment étonnant – dans le sens où il ne s’en était jamais écarté de très loin – on pourra en revanche se révéler assez surpris que ce retour tant attendu se fasse non pas dans les frusques de Hubert Bonisseur de la Bath (OSS 117) mais dans celles de Brice, le surfeur winner (ascendant snowboarder) au Q.I de poulpe.

Test Blu-ray : Iron Sky 2

0
Des vaisseaux spatiaux, du kung fu, des nazis, des dinosaures… Sur le papier, Iron Sky 2 était bien parti pour être le meilleur film de tous les temps, ou du moins de faire partie de ces films « rêvés » qui prennent parfois forme comme dans nos fantasmes les plus fous. Cela dit, notre sens critique pas encore tout à fait anesthésié restait tout de même un peu en éveil : comme son titre l’indique, le film annoncé était la suite de Iron Sky qui, si sympathique soit-il, n’était pas non plus tout à fait le film de la décennie. Qu’à cela ne tienne : on a vu de nombreuses suites pulvériser leurs modèles. Et puis merde, quoi : Des vaisseaux spatiaux ! Du kung fu ! Des nazis ! Des dinosaures ! De l’or en barres. Impossible de se rater avec un tel mélange. Welles, Kubrick, Hawks, Ford, Ozu, Malick… Aucun d’entre eux n’y avait pensé avant – car ce sont des gros nuls. Le finlandais Timo Vuorensola quant à lui a su trouver l’essence même du projet idéal, celui dont on se dit, quand on le voit, qu’on est en train de vivre un moment historique.

Test Blu-ray : Le flic de Beverly Hills – L’intégrale

0
Si elle était disponible au format Blu-ray en France ainsi que d’autres pays d’Europe depuis 2012, la trilogie du Flic de Beverly Hills restait à ce jour inédite aux États-Unis dans sa totalité : en effet, seul le premier film de la saga, signé par Martin Brest en 1984, était disponible en Haute-Définition sur le territoire américain. Histoire de fêter dignement l’arrivée de la totalité de la franchise aux USA, les trois films ont donc bénéficié de tout nouveaux transferts, remasterisés en 4K pour l’occasion. De quoi assurément foutre votre ancienne édition à la poubelle, ou vous en servir pour caler un meuble, n’est-ce pas ? Cette ressortie est également l’occasion de redécouvrir la saga, plus de 35 ans après la sortie du premier épisode, et éventuellement de revoir votre jugement sur celle-ci. On ne peut également s'empêcher de penser que Paramount a pu lancer cette restauration comme une façon de tâter le terrain concernant l'hypothétique mise en chantier d'un quatrième épisode de la saga – véritable arlésienne dans le sens où Le flic de Beverly Hills 4 est régulièrement annoncé en développement puis repoussé depuis une quinzaine d'années... On ne désespère pas de le voir un jour débarquer sur grand écran, même si après l'excellent Dolemite is my name en 2019, on commence à se dire qu'il y a de fortes chances que le film voie le jour directement sur Netflix.

Test Blu-ray : Une baraque à tout casser

0
Trop occupés à se lamenter sur leur âge grandissant et le fait d’être passés du statut très convoité de « jeune » à celui, plus infamant, de « ieuv », les cinéphiles nés, grosso modo, entre 1970 et 1985 – et donc âgés aujourd’hui de 35 à 50 ans – ne mesurent qu’en de très rares occasions la chance qu’ils ont eue de découvrir durant leur enfance ou leur adolescence les trésors de la comédie américaine des années 80. Si beaucoup de ces comédies ont certes mal vieilli, la nostalgie reste, et surtout, les ieuv d’aujourd’hui peuvent se targuer d’avoir connu, en leur temps, des acteurs aujourd’hui complètement oubliés (Dudley Moore, John Candy, John Belushi) ou en passe de le devenir (Steve Martin, Chevy Chase, Dan Aykroyd, Eddie Murphy). Mieux encore : ils sont les mieux placés pour avoir pu assister au changement de registre complet d’une petite poignée d’acteurs, passés du jour au lendemain et sans réel signe avant-coureur de la pignolade et des interprétations ouvertement comiques à des rôles plus sérieux – on pense par exemple à Bruce Willis, Michael Keaton ou bien sûr à Tom Hanks, qui nous intéresse aujourd’hui.

Test Blu-ray : Un nouveau jour sur Terre

0
Du lever du jour jusqu’à la tombée de la nuit, ce documentaire à vocation écologique poursuit l’état du monde de la nature observé dans Un jour sur Terre, sorti en 2007. L’effet du soleil sur une journée est mis en valeur comme le lien qui unit de façon concrète et subliminale les populations végétales et animales, de tous les horizons et continents, dont ceux peuplant ce documentaire.

Test Blu-ray : Aladdin

0
Dans la série « Disney adapte en prises de vues réelles ses classiques animés », voici venir le nouvel Aladdin, avec Will Smith qui remplace avec aise le regretté Robin Williams en Génie facétieux…

Test Blu-ray : Une femme mariée

0
Huitième long-métrage de Jean-Luc Godard, Une femme mariée, dont le sous-titre poétique est « Suite de fragments d'un film tourné en 1964 », est, comme son titre l’indique, un portrait de femme. Ou plutôt une ébauche de portrait, forcément morcelé, parcellaire, comme l’implique cet assemblage façon puzzle de fragments, de morceaux de vie. Une femme mariée raconte aussi une époque, abordant les mœurs des français en cette période pré-révolution sexuelle. Amour, adultère, couple, contraception ou encore divorce sont donc au centre d’un film finalement beaucoup moins décousu que ce à quoi on pouvait s’attendre. Godard opte certes pour une narration volontairement fragmentaire, mais chaque nouvelle séquence apporte finalement au spectateur de quoi se construire mentalement l’histoire et les relations de cette femme, campée à l’écran par une Macha Méril toute en douceur et en retenue. D’un point de vue formel, Jean-Luc Godard ose tous les cadrages, s’amuse avec le montage et les plans très rapprochés, morcelant autant son image que son récit.

Test Blu-ray : Mystery Men

0
Cuisant échec dans les salles à sa sortie en 1999, Mystery Men est un film qui, à l’image de Fatal games ou encore Va te faire foutre Freddy, a peu à peu glané ses galons de film-culte suite à son exploitation en vidéo et à la télévision.

Test Blu-ray : Harlequin

0
Réalisé par Simon Wincer sur un scénario du très prolifique Everett De Roche (Patrick, Long weekend, Déviation mortelle, Razorback...), Harlequin s'impose dès ses premières minutes comme un film mystérieux et bizarre, ne ressemblant pour ainsi dire à aucun autre. Presque entièrement centré sur le personnage de Gregory Wolfe, incarné par Robert Powell et pensé comme une relecture contemporaine de Raspoutine, le récit met donc en avant un personnage mystique et pour tout dire assez hypnotique, utilisant la magie et l'illusion pour fasciner et, peut-être, tromper son monde. On insistera d'ailleurs sur le « peut-être », car Simon Wincer s'amuse visiblement beaucoup à « perdre » le spectateur au cœur de son film, qui baigne dans une ambiance ouvertement fantastique et fera rapidement perdre au public tous ses repères rationnels, même si le scénario prend également grand soin de garder un pied solidement ancré dans le réel et le monde impitoyable de la politique.

Test Blu-ray : Un château en enfer

0
Un château en enfer met en scène le siège d’un château imaginaire placé en Belgique, sur la route de Bastogne, pendant la seconde guerre mondiale. Ce château, c’est celui de Malderais, tenu par un aristocrate décadent (Jean-Pierre Aumont) poussant sa femme dans le lit des occupants, indépendamment du fait qu’ils soient allemands ou des forces alliées

Restons connectés

3,832FansJ'aime
2,817SuiveursSuivre
1,750AbonnésS'abonner

Derniers articles

Critique : Fin de siècle

Un film qui, sans avoir l'air d'y toucher, aborde avec beaucoup de sensibilité un grand nombre de thématiques.

Test Blu-ray : Le fort de la dernière chance

0
Le fort de la dernière chance date de 1957, ce qui correspond encore plutôt à la première partie de la carrière d'Audie Murphy - aussi y aura-t-il l'air particulièrement juvénile. Et comme d'habitude avec ce genre de série B western, on a l'impression d'avoir déjà vu ça dix fois auparavant, mais le film dure environ une heure vingt, il est mis en scène par un vieux briscard habitué du western

À voir sur Netflix : Le Diable, tout le temps / Southern comfort

0
Adapté d'un roman de Donald Ray Pollock volontiers considéré comme l'un des meilleurs livres de l'année 2011, Le diable, tout le temps ne s'imposera certes pas comme la comédie de l'année. Terriblement noire, développant une ambiance lourde doublée de thématiques et d'une mise en scène qui amplifient le malaise du spectateur au fur et à mesure du déroulement de son intrigue, l'adaptation qu'en propose aujourd'hui Antonio Campos représente sans le moindre doute possible l'un des films les plus étouffants qu'il nous ait été donné de voir cette année.

Artbook : Sekiro – Shadows die twice / Official artworks

0
C'est à un vibrant hommage à tout un pan de la culture japonaise, que Mana Books nous permet aujourd'hui d'admirer via un « Artbook » grand luxe intitulé Sekiro : Shadows die twice – Official artworks.

Les sorties du 16 septembre 2020

Cette semaine de sorties cinéma a quelque chose d'irréel, voire d'utopique. Car six mois après le début du confinement en France, le cinéma ne s'est visiblement toujours pas remis du choc économique.