Test Blu-ray : La belle de San Francisco

0
Réalisé en 1945, La belle de San Francisco était en quelque sorte un film « événement » pour la Republic Pictures, dans le sens où on célébrait cette année-là les dix ans d’existence du studio. Pour célébrer cet événement en bonne et due forme, un confortable budget de 600.000 dollars fut alloué au projet, dont la réalisation fut confiée à Joseph Kane...

Test Blu-ray : La nuit de la mort

1
Il parait que c’est très classe d’entamer un papier avec des citations extraites des Saintes Écritures. Vous en conviendrez : Jésus, la Bible, l’eau bénite, tout ça, c’est le Swag. Dieu en personne est d’ailleurs récemment apparu en songe à la rédaction de critique-film.fr, pour intimer l’ordre à l’assemblée de mécréants qui compose l’équipe éditoriale du site de commencer à partir de maintenant tous leurs articles par une caisse de vin de messe et quelques saintes citations. D’une façon assez inattendue, La nuit de la mort se prête finalement plutôt bien à l’exercice.

Test Blu-ray : Rogue warfare 3 – La chute d’une nation

0
Après un deuxième opus légèrement moins convaincant que le premier, Rogue Warfare 3 : La chute d'une nation permet à Mike Gunther de redresser la barre dans la dernière ligne droite de sa saga venue de nulle part. Ce n'est pas bien sûr que ce troisième épisode soit à proprement parler une révolution, mais il rectifie sans le moindre problème les petits soucis narratifs du film précédent, qui donnait un peu l'impression de faire du sur-place pendant une heure et demi.

Test Blu-ray : Sputnik – Espèce inconnue

0
Le DTV russe, c’est une loterie, on ne sait jamais sur quoi on va tomber. Hé bien figurez-vous qu’avec Sputnik – Espèce inconnue, on a tiré le bon numéro. Peut-être même bien le meilleur depuis 15 ans…

Test Blu-ray : La vallée de la mort

0
Thriller mineur du début des années 80, La vallée de la mort ne passionnera probablement guère les amateurs de slashers 80’s et autres adeptes du « grand frisson » cinématographique : trop timoré en matière de gore et de séquences choc, le film de Dick Richards souffre qui plus est d’un scénario un peu trop malingre et linéaire pour s’avérer convaincant. De fait, les rebondissements sont tellement prévisibles – et finalement peu nombreux – que pour tenter de gonfler un peu la durée du métrage (déjà très courte), le réalisateur multiplie les plans longs et inutiles sur des éléments non narratifs qui plombent complètement le rythme du film : panoramas, trajets en voiture, des personnages en train de manger ou se déplaçant dans des couloirs… Probablement conscient du côté mou du genou de son film, Richards a donc par la suite fait le choix d’essayer de dynamiser le tout par l’usage de la musique. Et si le score de Dana Kaproff est – c’est le moins que l’on puisse dire – vraiment mis à l’honneur dans de trèèèèèès nombreuses séquences de La vallée de la mort, il sera difficile pour le spectateur de ne pas trouver la répétition de ces accords aussi dissonants que franchement stridents par moments vraiment horripilants, surtout quand ils apparaissent pour souligner des séquences sur lesquelles il ne se passe rien.

Test Blu-ray : Le chat

0
« Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants » raconte-t-on à nos chères têtes blondes – ainsi qu’à certains adultes – pour ne pas les effrayer, et leur apprendre à croire en l’amour. Le chat est là pour nous démontrer que la réalité, c’est parfois tout l’inverse...

Test Blu-ray : Les blancs ne savent pas sauter

0
Quand Les blancs ne savent pas sauter est sorti sur les écrans du monde entier en 1992, les films sur le basket n'étaient pas monnaie courante. Bien sûr, il y avait bien eu quelques essais dans les années 70

Test Blu-ray : Viva Django

0
Initié par l'excellent Pour une poignée de dollars en 1964, le western spaghetti aura fait les beaux jours du cinéma populaire italien : plus de 700 westerns auraient en effet été tournés en Europe en l'espace, grosso modo, d'une quinzaine d'années. Si le genre a contribué à révéler plusieurs cinéastes majeurs, les acteurs ayant joué les cow-boys solitaires sous le cagnard de Cinecittà durant ces années là ont tous eu à souffrir de l'ombre d'un seul et même acteur devenu le représentant ultime et mythique du genre : on veut bien sûr parler de Clint Eastwood. Mètre étalon du cow-boy de cinéma, Eastwood et son personnage de l'homme sans nom ont créé de nombreuses vocations et donné naissance à de nombreux rejetons illégitimes, à qui cependant une poignée de cinéphiles vouent parfois un culte aussi ardent que vivace... On pense à des acteurs tels que Giuliano Gemma, Gianni Garko, Peter Lee Lawrence, George Hilton, William Berger ou bien sûr celui qui nous intéresse tout particulièrement aujourd'hui : le ténébreux Anthony Steffen, qui fut d'ailleurs le héros de 25 westerns spaghetti entre 1965 et 1974.

Test Blu-ray : La fille prodigue

0
Mettant en scène cinq acteurs en tout et pour tout, La fille prodigue se concentrera durant les trois quarts de sa durée sur deux acteurs : Michel Piccoli et Jane Birkin. Autant dire qu'il vaudrait mieux que vous aimiez les nuances de leurs jeux respectifs, sous peine de vous voir violemment mis à la porte du film de Jacques Doillon.

Test Blu-ray : Last seduction

0
Avec le recul, Last seduction s'impose réellement comme l'un des grands Films Noirs du vingtième siècle. Un véritable chef d’œuvre qui aura contribué à graver les noms de John Dahl et de Linda Fiorentino dans le marbre du putain de grand cinéma de sa mère.

Test Blu-ray : Évasion 3 – The Extractors

4
S’il ne s’agissait certainement ni de la série B la plus honteuse de l’année, ni de la carrière de Sylvester Stallone, ce dernier a eu la dent dure sur les réseaux sociaux à l’encontre d’Évasion 2 : Le labyrinthe d'Hadès, qu’il a récemment qualifié de « plus qu’horrible » (« beyond awful »). Il est vrai que le petit film de Steven C. Miller, avec lequel nous avions été relativement indulgent lors de sa sortie en Blu-ray / DVD l’année dernière, s’est vu attribuer une notre cumulée de 3.8/10 sur le site de référence IMDb, ce qui est loin de figurer parmi les meilleures notes de la filmographie de Sly. L’acteur plaçait donc tous ses espoirs dans Évasion 3 : The extractors, réalisé par son complice de toujours John Herzfeld. Une quinzaine de jours après sa sortie en vidéo aux États-Unis, Évasion 3 débarque aujourd’hui en France ; à ce jour, sa note sur IMDb n’est pas beaucoup plus glorieuse, le film culminant à 4.4/10, sur la base des votes de 3365 cinéphiles du monde entier.

Test Blu-ray : La longue nuit de l’exorcisme

0
Si les dérives gore et les excès en tous genre ne représentent finalement qu'une petite partie de l'imposante filmographie de Lucio Fulci, beaucoup de cinéphiles résument son œuvre au tournant qu'elle a pris en 1979 avec L'enfer des zombies, et qui se prolongerait grosso-modo jusqu'en 1982.

Restons connectés

3,832FansJ'aime
2,817SuiveursSuivre
1,750AbonnésS'abonner

Derniers articles

Les délivrés, documentaire-choc, ce soir à 20h30 sur LCP

0
Découvrez les dessous de l'existence de ces livreurs qui nous nourrissent en ces temps de couvre-feu généralisé ou de semi-confinement : le documentaire Les délivrés sera diffusé sur LCP ce soir, jeudi 4 mars, à 20h30.

Test Blu-ray : Ouvre les yeux

0
Pour bien des cinéphiles, la découverte d'Ouvre les yeux à la fin des années 90 fut une double-révélation : celle d'Alejandro Amenábar, mais aussi celle de l'existence d'une véritable « vague » de cinéma fantastique en provenance d'Espagne.

BAFTA 2021 : les nommés au prix EE Rising Star

0
Ce que les Shooting Stars sont pour le Festival de Berlin, les Rising Stars le sont pour l'Académie du cinéma britannique. Nul besoin de maîtriser la langue de Shakespeare pour comprendre qu'il s'agit de prix censés encourager de jeunes talents, destinés à plus qu'une carrière météorique.

Test Blu-ray : Paris Police 1900 – Saison 1

0
L’ambition affichée par Canal + en ce qui concerne ses « créations originales » n’a semble-t-il pas de limites, et la première saison de la série Paris Police 1900 en est une des plus ébouriffantes démonstrations.

Livre : Mister Everywhere (Samuel Blumenfeld)

Ça y est, nous avons repéré notre nouvelle idole dans le monde du cinéma ! Évidemment, nous sommes tout à fait conscients qu'il est désormais trop tard pour nous, personnellement, de suivre la voie si abondante en bifurcations et en rencontres enrichissantes, empruntée entre les années 1950 et 2010 par Pierre Rissient.