Test Blu-ray : Le Continent des hommes poissons

0
808

Le Continent des hommes poissons

Italie : 1979
Titre original : L’Isola degli uomini pesce
Réalisation : Sergio Martino
Scénario : Sergio Donati, Cesare Frugoni, Luciano Martino…
Acteurs : Claudio Cassinelli, Barbara Bach, Richard Johnson
Éditeur : Artus Films
Durée : 1h39
Genre : Fantastique, Aventures, Horreur
Date de sortie cinéma : 28 février 1979
Date de sortie DVD/BR : 5 décembre 2023

En 1891, un bateau de trafiquant d’esclaves sombre dans la mer des Antilles. Cinq rescapés parviennent à rejoindre une île qui semble déserte. Deux membres de l’équipage sont sauvagement massacrés et deux autres disparaissent dans d’étranges circonstances. Il s’avère que cette île est gouvernée par un dangereux despote, Rackham, qui retient prisonniers un biologiste et sa splendide fille…

Le film

[4/5]

Révélé à la fin des années 60 par une série de films tournés avec Edwige Fenech (qui se trouvait être sa belle-sœur), Sergio Martino a œuvré, au fil de ses 25/30 ans de bons et loyaux services consacrés au « bis », dans à peu près tous les genres du cinéma d’exploitation italien : giallo, comédie, horreur, mondo, polar, érotique, western, science-fiction… De fait, sa filmographie est incontestablement riche en pépites, parmi lesquelles on peut assurément compter Le Continent des hommes poissons, démarcation ritale de L’île du docteur Moreau réalisé par Don Taylor en 1977.

Sorti dans les salles françaises début 1979, Le Continent des hommes poissons est donc un mélange de film d’aventures et de fantastique, agrémenté d’une petite pointe d’horreur. D’une façon assez amusante, le film de Sergio Martino s’impose donc comme une œuvre presque aussi hybride que les fameux hommes-poissons qu’il met en scène, et le film est tout à fait divertissant dans son genre, alternant les scènes de violence « gore » et les passages plus mélodramatiques, surtout en ce qui concerne la relation qui lie les créatures au personnage incarné par Barbara Bach.

La première partie du Continent des hommes poissons nous propose donc de faire la connaissance de Claude (Claudio Cassinelli) et d’un groupe de prisonniers qui, après avoir fait naufrage sur une île inconnue des Caraïbes, se retrouvent décimés par ce qui s’apparente à des hommes-poissons, utilisant leurs mains palmées géantes pour déchiqueter les intrus. Passé ce carnage inaugural, et une fois l’intrigue débarrassée de toute personne superflue, le film nous emmènera dans un avant-poste autochtone dirigé d’une main de fer par Edmond (Richard Johnson). A ses côtés, sa femme Amanda (Barbara Bach) semble cultiver une certaine mélancolie ; le spectateur ne tardera pas à apprendre que le père d’Amanda, le professeur Marvin (Joseph Cotten), est détenu par Edmond pour des raisons que l’on ne comprend pas tout de suite.

C’est durant cette partie du film que, Le Continent des hommes poissons trouve son meilleur équilibre entre le mystère et l’hostilité du milieu dans lequel évoluent les personnages. L’influence de Jules Verne est manifeste, notamment par le biais d’une sous-intrigue mettant en scène la mythique cité de l’Atlantide. On découvrira également qu’Edmond garde les hommes-poissons en son pouvoir grâce à une potion qui les maintient sous son contrôle. De son côté, Amanda alias Barbara Bach devient une sorte de figure maternelle pour ces monstres, qui ne représentent pas le moindre danger pour elle : au contraire, ils la respectent et lui caressent les cheveux quand elle leur apporte leur potion.

Ces petites touches de fantastique teintées de poésie font prendre une direction inattendue à l’intrigue du Continent des hommes poissons, ce qui confère finalement au film de Sergio Martino une atmosphère assez unique, renforcée par des acteurs qui offrent des performances solides et emphatiques à l’ensemble. L’ambiance générale est par ailleurs soutenue par une splendide partition de Luciano Michelini, qui fusionne les sonorités romantiques avec des rythmiques inquiétantes héritées du cinéma d’horreur. Du très beau travail !

Le Combo Blu-ray + DVD + Livret

[5/5]

Après une édition DVD sortie sous les couleurs de Neo Publishing en 2006, Le Continent des hommes poissons refait son apparition sur les linéaires de vos revendeurs préférés, mais cette fois au format Blu-ray, et sous la bannière d’Artus Films, qui lui offre à cette occasion un joli coffret d’apparence luxueuse. Le film de Sergio Martino débarque donc dans un sublime Digipack contenant le Blu-ray + un DVD du film, le tout étant surmonté d’un joli fourreau reprenant une des affiches du film ; le coffret contient également un livret inédit de 62 pages signé Christophe Bier nous proposant un panorama des hommes-poissons au cinéma. Les collectionneurs seront donc aux anges, d’autant que comme à son habitude, l’éditeur français a également soigné la qualité de son transfert Haute Définition.

Côté image, la copie est quasi-irréprochable : le Blu-ray est tiré d’un master 2K restauré, et force est de constater que la restauration a été faite avec soin. Le Blu-ray (naturellement encodé en 1080p) s’impose sans peine comme tout à fait respectueux des couleurs et de la granulation d’origine, tout en proposant un piqué et un niveau de détail assez bluffants. Les contrastes ne sont jamais pris à revers, et les (nombreuses) scènes nocturnes ne souffrent jamais de noirs « bouchés ». Côté son, VF et VO italienne nous sont proposées en LPCM Audio 2.0 (mono d’origine), et s’avèrent l’une comme l’autre tout à fait satisfaisantes.

Dans la section des suppléments, on trouvera tout d’abord une présentation du film par Curd Ridel (17 minutes). Il reviendra sur l’étrange destin du film aux Etats-Unis, et sur le remontage opéré par Roger Corman pour sortir le film dans les salles américaines. Il évoquera également la carrière de Sergio Martino, Claudio Cassinelli et Barbara Bach, l’intrigue du film et, bien sûr, sa suite, La Reine des hommes-poissons, réalisée en 1995 par Sergio Martino. On poursuivra ensuite avec un entretien avec Sergio Martino (20 minutes), dans lequel le cinéaste reviendra sans langue de bois sur le tournage de son film, ainsi que sur l’héritage de ce dernier dans la culture populaire. Chantre d’un certain cinéma de genre fabriqué à l’ancienne, il reviendra sur l’importance de ses divers collaborateurs, du côté des décors comme des effets spéciaux. On continuera avec un entretien avec Antonello Geleng, décorateur du film (33 minutes), qui reviendra assez longuement sur son travail de préparation du Continent des hommes poissons, sur ses idées abandonnées, sur le fait d’avoir pu s’adapter non seulement au budget du film, mais également aux décors naturels choisis par la production pour le tournage. Il évoquera également les amitiés qui se créaient entre les techniciens et différents membres des équipes de tournage quand ils étaient amenés à travailler ensemble en dehors de Rome. On terminera avec une galerie de croquis préparatoires commentés par Antonello Geleng (8 minutes), ainsi qu’avec la traditionnelle bande-annonce, qui s’accompagnera de la galerie photos d’usage.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici