Test Blu-ray : Qui ?

0
515

Qui ?

France, Italie : 1970
Titre original : –
Réalisation : Léonard Keigel
Scénario : Léonard Keigel, Paul Gégauff
Acteurs : Maurice Ronet, Romy Schneider, Gabriele Tinti
Éditeur : StudioCanal
Durée : 1h18
Genre : Drame, Thriller
Date de sortie cinéma : 23 septembre 1970
Date de sortie DVD/BR : 6 décembre 2023

Serge cherche la vérité sur la mort de son frère. Il soupçonne Marina mais finit par en tomber amoureux. Désormais convaincu de son innocence, Serge construit son bonheur avec Marina. Un jour, pourtant, un policier les attend, au loin, sur la jetée…

Le film

[3/5]

Curieuse carrière que celle Léonard Keigel : après avoir fait ses armes en tant qu’assistant-réalisateur aux côtés de René Clément tout au long des années 50, il a par la suite entamé une carrière prometteuse derrière la caméra en réalisant Leviathan (1962), adaptation d’un roman de Julien Green, puis La Dame de pique (1965), adapté une nouvelle d’Alexandre Pouchkine. Malheureusement, ces deux expériences se solderaient par des échecs publics. Par la suite, il tournerait donc un peu pour la télévision avant de retenter l’expérience cinéma en 1970 avec Qui ?, un film volontairement plus commercial que ses longs-métrages précédents.

Côté casting, Qui ? réunissait Romy Schneider et Maurice Ronet à l’écran seulement un an après leur mémorable duo dans La Piscine (1969). Pour autant, quand ça veut pas, ça veut pas, et ce troisième long-métrage ne réunirait qu’un peu moins de 485.000 français dans les salles : une performance décevante qui mettrait quasiment un terme définitif à la carrière du cinéaste. Léonard Keigel ne tournerait en effet plus par la suite qu’un seul autre film, en 1977, Une femme, un jour, qui se solderait d’ailleurs par un nouvel échec public.

Si les films de Léonard Keigel sont aujourd’hui quasi-invisibles, la présence de Romy Schneider et Maurice Ronet à l’affiche de Qui ? a tout de même permis au film de traverser les décennies sans totalement retomber dans l’oubli. On mentirait cependant en affirmant qu’il s’agit d’une des pièces maîtresses de leurs filmographies respectives : l’essentiel du film se situe dans les interactions étincelantes entre les deux acteurs, mais il faut bien avouer qu’ils peinent tout de même à porter un film dont l’intrigue ne possède pas assez de substance pour maintenir l’intérêt du spectateur en éveil durant un peu moins d’une heure vingt.

Malgré le soutien au scénario de la plume prestigieuse de Paul Gégauff (collaborateur régulier de Claude Chabrol dans les années 60/70), l’intrigue de Qui ? ne décolle jamais réellement. Passée la scène d’introduction, qui met en scène un accident de voiture sur une falaise bretonne, Léonard Keigel a du mal à soutenir le récit et multiplie les atermoiements sans savoir dans quelle direction orienter son intrigue : le mort « ressuscité » interprété par le brillant Gabriele Tinti intervient de fait un peu trop tard dans le récit, la première moitié ne faisant finalement qu’introduire des digressions qui ne font que compliquer les choses sans raison, et sans parvenir à faire grimper la tension.

L’étrangeté générale de Qui ?, intrinsèquement liée aux états d’âme du personnage de Maurice Ronet quant à la culpabilité éventuelle de Romy Schneider, n’est pas poussée suffisamment loin, et ne revêt jamais le caractère obsessionnel qu’elle aurait dû afficher. On sent confusément que Léonard Keigel aimerait faire basculer son intrigue dans la folie qui baignait le giallo naissant à la même époque, mais il n’y parvient jamais réellement, chaque tentative tombant désespérément à plat. Et en dépit d’une ouverture efficace et d’un twist final sympathique (quoi que clairement pompé sur Plein soleil), dans l’ensemble, Qui ? semble malheureusement condamné à tourner à vide.

Cette impression est encore renforcée par l’utilisation de la musique de Claude Bolling, qui répète les mêmes airs en boucle tout au long du film. Pour autant, la courte durée du film ainsi que le charisme animal du trio d’acteurs principaux (Romy Schneider / Maurice Ronet / Gabriele Tinti) permettent finalement au spectateur de ne jamais réellement s’ennuyer au fur et à mesure de l’évolution du récit. Et à la fin du film, on pourra se dire « Et c’était Qui ? Et c’était Qui ? Et c’était Qui ? C’est Qui ? C’est Qui ? C’était Loli, c’était Loli c’était Lolo, c’était Lola » Ouh la la pardon je pense qu’il est temps que j’aille prendre un peu de repos.

Le Blu-ray

[4/5]

C’est sous les couleurs de StudioCanal que Qui ? vient de faire son apparition sur support Blu-ray, au sein de la riche collection « Nos années 70 » dirigée par Jérôme Wybon. Et côté master, cette édition Haute Définition du film de Léonard Keigel s’avère tout à fait convaincante : le piqué est d’une belle précision, la colorimétrie s’avère assez superbe, et le grain argentique d’origine a été préservé. La copie affiche par ailleurs une parfaite stabilité et une propreté de tous les instants, sauf sur les plans « à effets » bien entendu, qui affichent un grain plus épais. Côté son, l’éditeur nous propose un mixage clair et propre en DTS-HD Master Audio 2.0, faisant honneur à la musique de Claude Bolling (que l’on entend beaucoup).

Du côté des suppléments, on commencera avec la traditionnelle présentation du film par Jérôme Wybon (3 minutes), qui reviendra succinctement sur le contexte de production du film, pour enchaîner avec un court entretien avec Romy Schneider (3 minutes), qui défend son personnage dans Qui ? avec conviction, et enfin terminer par un entretien avec Claude Bolling (7 minutes), qui évoquera son rapport à la musique de film de façon très intéressante.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici