Test Blu-ray : Le Chat noir

1
1082

Le Chat noir

Italie : 1981
Titre original : Gatto nero
Réalisation : Lucio Fulci
Scénario : Biagio Proietti
Acteurs : David Warbeck, Mimsy Farmer, Dagmar Lassander
Éditeur : Le Chat qui fume
Durée : 1h32
Genre : Fantastique
Date de sortie cinéma : 9 mars 1983
Date de sortie DVD/BR : 31 octobre 2023

Dans un village de Grande Bretagne, la photographe Jill Travers rencontre un inquiétant individu précédé d’une réputation sulfureuse, Robert Miles. Passionné de sciences occultes, Miles hante les cimetières et lieux de sépulture, communiquant avec l’au-delà par l’intermédiaire d’un chat noir dont les apparitions constituent autant de rencontres mortelles. Alertés par une cascade de morts violentes, Jill Travers et l’inspecteur Gorley mènent l’enquête sur les activités réelles de Miles et de son sinistre animal de compagnie…

Le film

[3,5/5]

On résume souvent l’œuvre du maestro italien Lucio Fulci au tournant qu’elle a pris en 1979 avec L’Enfer des zombies, et qui se prolongerait grosso-modo jusqu’en 1982. Trois années touchées par la grâce qui permettraient à Fulci de nous livrer une série de chefs d’œuvre de l’horreur viscérale : Frayeurs en 1980, La Maison près du cimetière et L’Au-delà en 1981, et L’éventreur de New York en 1982. Entre ces films entrés dans la légende, Lucio Fulci a néanmoins eu le temps de tourner deux autres longs-métrages, un peu moins connus du grand public : un polar très efficace, La Guerre des gangs (1980), et celui qui nous intéresse aujourd’hui, Le Chat noir (1981), adaptation très libre de la célèbre nouvelle d’Edgar Allan Poe.

Pour les amateurs d’horreur qui voudraient découvrir la façon dont le style de Lucio Fulci s’est développé au début des années 80, Le Chat noir ne constitue peut-être pas la meilleure porte d’entrée. Les fans les plus acharnés du travail de Fulci dans le domaine de la boucherie onirique – tendance Frayeurs et L’Au-delà – déploreront sans doute l’absence de gore, et il est absolument certain que le film aurait pu bénéficier d’une approche plus frontale et malsaine. Pour ces raisons, Le Chat noir est de fait souvent écarté par les thuriféraires du cinéaste, au profit d’œuvres plus viscérales et explicites.

Cependant, il semble que cette sobriété formelle eut été une volonté claire de Lucio Fulci sur le tournage du Chat noir : l’idée était de coller à l’atmosphère de la nouvelle d’Edgar Allan Poe, sans la dénaturer, alors même que l’influence majeure sur les films ayant fait son succès au début des 80’s allait davantage chercher du côté des récits de H.P. Lovecraft. Dans l’absolu, d’un strict point de vue stylistique, Le Chat noir s’apparente davantage à une œuvre telle que La Longue nuit de l’exorcisme. Il s’agit en effet avant tout d’un film atmosphérique, ayant la particularité d’adopter le point de vue du fameux « chat noir » lors de la traque de ses victimes. Visuellement, le rendu est extrêmement efficace et élégant, avec de longs travellings quasi-aériens suivant le chat dans ses pérégrinations meurtrières.

Pour que Le Chat noir fonctionne, il faudra demander au cinéphile d’adhérer à un concept quasi-poétique, hérité de la nouvelle de Poe, et d’accepter le fait qu’un chat – un simple putain de chat – s’attaque à des hommes et les tue sans que ces derniers ne lui foutent la rouste qu’il mérite. Une tatane ou un pain dans la gueule, ou à la rigueur un bon gros coup de boule, voilà qui devrait calmer le félin récalcitrant, et hop on n’en parle plus. Un rhinocéros aurait été plus réaliste (va-t’en lui mettre un coup de boule !), mais ça aurait été moins élégant à l’image, et moins discret. À la rigueur, un gros chien d’attaque aurait pu faire le taf, mais essayez de faire tenir un pitbull sur une gouttière : ça ne marche pas. Bref, tout ça pour dire que la suspension d’incrédulité sera nécessaire tout au long du métrage, surtout lorsque le chat soulève un lit dans une scène clin d’œil à L’Exorciste.

Le Chat noir suit un détective de Scotland Yard (David Warbeck) et une photographe américaine (Mimsy Farmer), qui décident d’unir leurs forces pour enquêter sur une série d’accidents s’étant produits dans un bucolique petit village anglais. Les indices les mèneront au professeur Robert Miles (Patrick Magee), un médium semblant cultiver un lien psychique avec son chat… Développant une tension allant crescendo, le film dénote d’un savoir-faire assez remarquable de la part de Lucio Fulci. Pour autant, le film est indéniablement rythmé par les apparitions du chat, qui utilise non seulement ses griffes mais provoque aussi des accidents de voiture et même un empalement, quand il ne fait pas appel à des rats pour effectuer ses basses besognes.

Du côté des acteurs, on notera la participation d’Al Cliver, un habitué du cinéma de Lucio Fulci, qui joue ici un agent de la police locale. Il croisera à l’écran David Warbeck, un autre fidèle du cinéaste, ainsi que Mimsy Farmer et un Patrick Magee totalement halluciné. Le Chat noir bénéficie également de la superbe photographie atmosphérique de Sergio Salvati, et d’une partition épique signée par le merveilleux Pino Donaggio (plus connu pour son travail avec Brian De Palma).

Le Blu-ray

[5/5]

Une fois de plus, on ne pourra que s’incliner devant la classe absolue de l’édition Collector Blu-ray du Chat noir éditée par Le Chat qui fume, qui s’impose à nouveau dans un superbe Digipack 3 volets avec sur-étui cartonné, et dont le design a été assuré par le talentueux Frédéric Domont, que les anciens du forum bleu d’ecranlarge connaissaient sous le nom de BaNDiNi. Avant même la découverte du film à proprement parler donc, cette édition fera déjà forte impression : il s’agit d’un bel objet aux finitions parfaites, qui se doit d’intégrer derechef la vidéothèque de tout cinéphile qui se respecte un tant soit peu.

C’est donc avec un plaisir non feint que l’on (re)découvrira Le Chat noir sur support Blu-ray. L’image est naturellement proposée au format Scope 2.35:1 respecté, et nous fait profiter d’un gain sensible de précision côté image par rapport aux sources SD auxquelles nous étions jusqu’ici habitués. La photo du film est lumineuse, et le piqué est très satisfaisant, le tout est proposé dans un master restauré parfaitement stable, avec de belles couleurs vives et surtout un grain argentique parfaitement préservé. Côté son, VF et VO nous sont proposées dans des mixages DTS-HD Master Audio 2.0 fidèles au rendu acoustique d’origine. Du très beau travail technique !

Mais une édition du Chat qui fume se fait traditionnellement remarquer par la qualité de ses suppléments, et Le Chat noir ne fera pas exception à la règle. On commencera par un entretien avec Biagio Proietti, scénariste du film (27 minutes). Ce dernier reviendra sur sa découverte de l’œuvre d’Edgar Allan Poe, sur son admiration pour l’écrivain, puis s’attardera sur le film en lui-même. Il parlera des modifications que Lucio Fulci lui a demandé d’effectuer sur le script, de sa relation avec le cinéaste, et enfin du fait que Le Chat noir soit probablement un de ses meilleurs films en raison de sa sobriété en termes de gore. On continuera ensuite par un entretien avec Pino Donaggio (12 minutes), qui évoquera ses inspirations pour la musique du film, puis reviendra sur les particularités de son travail, notamment en ce qui concerne l’utilisation de sons électroniques. Mais ce n’est pas tout, puisqu’on enchaînera avec un entretien avec Roberto Forges Davanzati (17 minutes). Celui qui occupait le poste de cameraman sur Le Chat noir reviendra sur sa rencontre avec Lucio Fulci ainsi que sur son expérience sur le tournage, et notamment sur les plans subjectifs du chat tournés en steadicam. On terminera enfin avec un documentaire sur Lucio Fulci, et plus précisément sur son cinéma des années 80 (1h17). Ce documentaire très intéressant donnera la parole à plusieurs personnalités ayant collaboré avec Lucio Fulci tout au long des années 80 : Massimo Antonello Geleng (décorateur), Carlo Maria Cordio (compositeur), Claudio Fragasso (co-réalisateur de Zombi 3), Marco Di Stefano (acteur), Michele De Angelis (assistant réalisateur), Antonio Tentori (scénariste), Alessandro Grossi (directeur de la photographie), et enfin les réalisateurs Antonio Bido (Terreur sur la lagune) et Gianni Martucci (Démence, La Fleur qui tue). Pour vous procurer cette édition Blu-ray du Chat noir, rendez-vous sur le site de l’éditeur !

1 COMMENTAIRE

  1. Un film avec principalement des acteurs anglo-saxons dont l’action se passe en Angleterre, je doute fortement que la Vo soit italienne ce n’est précisé dans le test .
    Un film italien n’est pas forcément tourné en italien , tout les Dario Argento ont une Vo anglaise, c’est un choix commercial pour mieux vendre les films à l’internationale.
    Une bande son anglaise existe dans l’édition Arrow.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici