Castle Saison 5 Episode 18 – The Wild Rover

Après l’épisode quelque peu décevant de la semaine dernière, nous propose pour ce 99e chapitre une histoire solide portée par le très bon jeu de . Des progrès !

Le meurtre d’un pâtissier permet à et à Castle de remonter jusqu’à une filière de la mafia irlandaise. Mais impossible pour eux de creuser plus l’enquête tant ils se heurtent à un mur de silence. Ryan va alors utiliser la couverture de bras droit de Bobby S, chef de la mafia locale, qu’il avait dans le passé pour trouver le meurtrier.

Après Kick the Ballistics (Saison 4 épisode 4) qui ne restera pas dans les annales de la série, un autre scénario consacré au personnage de Ryan avait de quoi faire peur. Mais est d’un autre acabit. Seamus Deaver est en grande forme et sert une histoire rondement menée qui le plonge 7 ans dans le passé alors qu’il était infiltré dans la mafia irlandaise sous le nom de Fenton O’Connell. Durant les 18 mois que dura sa mission il tomba amoureux de Shiobhan O’Doul (, Mad Men, The Sopranos). Une fausse relation qui avait tout l’air d’une vraie histoire… Ryan avait clairement des sentiments pour Shiobhan et l’alchimie incroyable entre Seamus Deaver et Cara Buono nous laisse imaginer sans mal la tendresse de leur couple alors. Cara Buono fait partie des guest star de la série qui restent dans les esprits. Son charisme et son jeu sans fausse note crient un « encore » que l’on aimerait beaucoup voir s’exaucer

Castle Saison 5 Episode 18

La prestation de Seamus Deaver est toute aussi bonne. Oublié le rôle du Ryan bien propre sur lui, il excelle en Fenton O’Connel, bad boy au grand cœur ! D’ailleurs la scène où Bobby S lui demande d’exécuter Shiobhan pour lui prouver sa loyauté est empreinte d’une tension finement orchestrée qui continue crescendo avec la révélation de son identité puis l’arrivée successive d’, Beckett et… Castle en renfort. Au moins pour les deux premiers, l’écrivain étant la caution comique destinée à désamorcer habilement la tension construire dans les minutes précédentes.

L’autre grand mystère de l’épisode concerne Castle et Beckett. Le premier a crié plusieurs fois le nom de « Jordan » pendant la nuit et la détective est déterminée à savoir qui est-il. Le refus de l’écrivain de divulguer l’identité de cette personne laisse l’opportunité à Stana Katic de s’en donner à cœur joie dans son rôle passif-agressif d’amoureuse voulant absolument tirer les vers du nez de sa moitié. Reste que l’explication de Castle quant à l’identité de ce « Jordan » est risible – c’est un élève qu’il a payé à l’époque pour lui écrire une dissertation -. Elle aura au moins le mérite d’aboutir sur un baiser, un vrai, entre Beckett et Castle. Fait assez rare pour être souligné !

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Marina

Cet article a été rédigé par Marina Leggiero, Responsable séries de Critique Film.